AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 connection; kanna&minou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: connection; kanna&minou   Mar 30 Nov - 20:56

« TINTINTIN » un silhouette masculine fit soudainement son appariation au centre de la pièce, nommée vulgairement : antre de Jin ! Les mains a même de frôler le plafond, Jin commença à se dandiner sagement avant d’attraper une serviette soigneusement pliée et de la frotter frénétiquement sur le haut de son crâne. Pour faire simple : monsieur se séchait les cheveux ! Car, aujourd’hui n’était pas n’importe quel jour, aujourd’hui était à marqué d’une pierre blanche ! Tout d’abord, la journée avait commencé sur les chapeaux de roues : rangement des étrangères de mangas a.k.a boulot favoris du japonais. Certes, il n’était pas un adepte du ménage, et les poussières le rendaient la plus part du temps grincheux, mais ça, ça c’était juste une bénédiction ! Ranger un part un les tomes dans un ordre bien particuliers, tout d’abord par ordre alphabétiques, puis par auteur -et accessoirement par éditeur.- Alors forcément, son humeur avait atteint un point culminant de non retour, sourire niais à gogo ainsi qu’un nombre incommensurable de blagues à deux sous, toutefois le pire restait à venir.. Dans un peu moins d’une heure l’euphorie de Jin arriverait à son Zénith, l’idée même le rendait excité et fou de joie ! Il n’en avait pas dormi de la nuit, s’était retourné mainte et mainte fois dans ses draps à s’imaginer ce « choc », et maintenant, il en tremblait d’excitation ! Le bruit incessant de l’horloge devenait une source d’énervement, chaque mouvement d’aiguille le rapprochait de ce moment qu’il avait tant attendu.

Un portable vibra, forcément celui de Jin. Il zieuta l’heure et le sms que venait de lui envoyait Shuji. Des étoiles s‘emparèrent de ses beaux yeux bridés.. Bientôt, bientôt.. Un tout dernier petit effort, une réponse au texto, et le brun fila aussi sec ! Il adressa un dernier mot à sa mère pour la prévenir qu’il risquait de rentrer tard, et tout le tralala. Soit dit en passant, madame Shimizu bénissait les amis de son garçon pour la bonne influence qu’ils avaient sur lui : il sortait, avait la vie d’un jeune homme « normal » et c’était bien tout ce qui comptait à ses yeux ! Enfin, Jin ne le voyait pas du même œil que sa mère, les rares fois où ils sortaient ainsi, il finissait généralement sans dessus dessous, saoule comme pas deux et… c’était bien suffisant. Puis ce soir il n’avait pas d’autre choix que de se tenir, au moins la première partie de la soirée e.e. Après tout, Kanna et Shuji allait se rencontrer pour la première fois, enfin il imaginait, après tout il parlait souvent de l’un à l’autres, et aujourd’hui il prenait une initiative qui lui semblait nécessaire. Trêve de bavardage, Jinou aperçut un grand bonhomme, sa carrure imposante laissait penser qu’il s’agissait d’un mannequin poser, là, en pleins milieu du trottoir -ou juste l’imagination du garçon un peu trop grosse.- Sans plus attendre, le nippon courut tout droit sur cette silhouette, s’écriant joyeusement « minou » au milieu des passants du coins, certains regards désapprobateurs le fixèrent toutefois qu’ils essaient rien n’était capable de stopper un Jinou en plein élan d’amour ! Autant dire qu’il y mettait du sien, d’un saut de lapin il bondit tout droit dans les bras de son ami ! « Minou, minou, minou… » puis il se détacha du grand poteau, les joues gonflés tel un hamster il ne pût s’empêcher de sortir un « Wassup man ? » doublé d’un accent anglais des plus déplorable. Son sourire n’en dépérit pas pour autant, il restait rayonnant, il avait bien envie de lui faire découvrir le programme qu’il s’était évertué à préparer depuis plusieurs jours, cependant cette soirée devait être sous le signe de la surprise pour l’un et pour l’autre. Kanna n’était pas plus au courant que Shuji, elle ne se doutait sûrement pas qu’ils étaient à deux pas du lieu de sa prochaine représentation et qu’ils allaient surtout la voir se produire sur scène.

Fier comme Artaban, il embarqua de force son géant d’ami vers le lieu de prédilection, le temps de faire quelques rues mais surtout le temps pour Jin de jouer le rôle du moulin à paroles. « Ce que tu vas ce soir, je suis sûr que tu vas adorer, toi qui joue du piano, tu aimes forcément la musique, alors j’imagine que tu vas vraiment apprécier ! Puis elle est tout simplement formidable de toute façon, si tu me dis le contraire je ne te filerais le petit paquet de croquettes que j’ai caché quelque part dans mon pantalon… enfin dans, c’est pas comme si je l’avais caché dans mon slip hein ! Façon même si je le cachais là tu serais capable de venir le chercher ! ect… » un flot de paroles assommant et particulièrement inutile, néanmoins Shuji avait l’habitude d’entendre les innombrables bêtises qu’était capable de dire Jin, et autant dire que Minou était plutôt bon dans ce domaine lui aussi e.e. Ni une ni deux, les deux inséparables déboulèrent devant un bar/café à l’allure chaleureuse, une petite foule était dors et déjà installé, il ne restait qu’un petit nombres de tables inoccupé, chance : une d’elle, plutôt bien placé, était libre. Sans plus attendra ils assaillirent les chaises de leurs arrières trains respectifs, juste le temps de et une petite brunette fit son appariation : Kanna. Un tonnerre d’applaudissement tout droit dirigé sur elle, et… un feu d’artifice du coté de Jin… suivit deux bras en l’air qui se secouèrent pour prévenir son agent secret préférée de leur présence. Espérons que Kanna et Shuji soit un bon couple de parents pour calmer l’ardeur de leur gamin e.e

tenue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: connection; kanna&minou   Mer 1 Déc - 2:16

Un rayon de soleil entra par la fenêtre du café et alla caresser le visage d’une des employées les plus assidues des lieux. Sentant ses joues se réchauffer au contact de la lumière, Kanna levant les yeux en direction de sa source et un sourire naquit sur ses lèvres. Voilà plusieurs jours que les nuages avaient dominé le ciel sans que les Tokyoïtes n’aient pu apercevoir un peu de soleil. On pouvait donc aisément comprendre pourquoi la jeune japonaise était heureuse de voir que l’astre solaire avait repris sa place dans le ciel. Elle venait de travailler pendant trois heures sans une seule pause et elle devait bien avouer que le temps gris l’avait rendue toute maussade; voir le café s’éclairer en avait fait de même avec son humeur. Se sentait toute changée, la nippone continua de prendre les commandes des clients. Elle ne cessait de penser à l’instant où elle pourrait quitter le Starbucks et aller s’entraîner une dernière fois pour sa représentation du soir-même. Pas qu’elle n’aimait pas son travail –elle appréciait réellement travailler là– mais ce spectacle comptait énormément pour elle. Kanna avait des heures pour s’y préparer, avait même composé de nouvelles chansons pour son petit public habituel. « Excusez-moi, mais vous avez oublié le muffin… » Levant les yeux vers le client en face d’elle, Kanna se confondit bien vite en excuses et se dépêcha d’aller chercher la suite de la commande. Elle secoua frénétiquement sa tête pendant quelques secondes, avant de se calmer: il lui fallait reprendre ses esprits pour la demi-heure qui restait, histoire de ne pas faire de nouvelles gaffes avant la fin de son service.

« J’y vais ! A mardi ! » Kanna se courba une dernière fois avant de sortir par l’issue réservée aux employés. Les nuages étaient désormais loin, ayant laissé la place à un grand soleil automnal. Resserrant néanmoins son écharpe autour de son cou, la jeune nippone prit la direction de l’appartement familial. Là, elle eut à subir pendant une dizaine de minutes l’affection surdimensionnée de sa mère, qui voulut savoir une fois de plus si tout c’était bien passé au café. Kanna soupira et répéta que oui, tout allait bien. Que son patron était gentil. Que les autres employés l’étaient aussi. Sa mère finalement rassurée, elle put se faufiler dans sa chambre et attrapa sa guitare avant de se jeter sur son lit. Jetant un coup d’œil aux partitions posées sur son oreiller, elle ferma bientôt les yeux et commença à gratter les cordes de l’instrument. Elle se balançait d’un côté et de l’autre, laissant la mélodie l’emporter loin, très loin. Ce son, cette sensation… Elle pourrait passer ses journées à ne faire que ça. Mais bien consciente de l’impossibilité d’en vivre, Kanna ne pouvait que s’en attrister et continuer à faire vivre sa passion en tant que telle. « Kannaaa, que fais-tu ? » La jeune nippone sursauta et ouvrit les yeux, pour voir la tête de sa mère dans l’entrebâillement de la porte de sa chambre. Elle soupira une fois de plus, un peu lassée du comportement trop protecteur de sa mère. Elle bredouilla quelques mots avant de lui annoncer qu’elle sortait ce soir. Elle compta mentalement : trois… deux… un. Sa mère lui lança un regard interloqué avant de lui demander ce qu’elle comptait faire. Kanna décida de ne rien lui dire, sachant que trop bien à quel point sa génitrice désapprouvait ses représentations nocturnes dans des bars. Elle inventa une excuse sur le moment, puis se détourna de sa mère et commença à préparer ses affaires. Elle glissa sa guitare dans sa housse et rassembla ses papiers. Jetant un coup d’œil dans le miroir, elle réalisa qu’elle était toujours dans sa tenue de travail, moins le tablier vert. La nippone se frappa le front et entreprit de chercher les vêtements qu’elle avait préparé pour son show. Après quelques minutes, elle finit par mettre la main dessus et se changea en vitesse. (here). Une fois coiffée, maquillée, Kanna rejoignit sa mère dans la cuisine, toutes ses affaires à la main. Elle embrassa rapidement madame Park sur la joue et quitta l’appartement pour aller attraper le bus qui l’amènerait au bar.

Il ne restait plus que quelques minutes avant son entrée sur scène. Elle entendait le « présentateur » faire sa petite introduction habituelle, provoquant quelques rires dans la salle. Elle essayait de se détendre, faisait défiler une dernière fois les paroles dans sa tête. A chaque fois, le stress la paralysait, la prenait toute entière, mais elle savait qu’une fois devant son public, tout cela disparaissait et que seul son amour pour la musique demeurait. Elle entendit son nom, soupira, puis entra sur la scène, sa guitare à la main. Des applaudissements s’élevèrent dans toute la salle, désormais plongée dans le noir. Elle était seule, assise sur son tabouret, à l’exception d’un invité particulier: un pianiste qui avait gentiment accepté de l’accompagner sur une de ses chansons. Elle crut apercevoir quelques mouvements excessifs vers la droite, mais la lumière étant braquée sur elle, elle ne pouvait rien distinguer, même avec les yeux plissés. Elle se promit d’aller voir par là-bas à la fin de la représentation. « Bonsoir à tous et merci d’être venus, je m’appelle Kanna. Je vais commencer par vous interpréter une chanson que j’ai moi-même composée (note; on va faire comme si, hein ? :p). J’espère que vous apprécierez. » Avec un sourire, elle regarda le pianiste, et d’un commun accord, la musique débuta. Bientôt, il n’y eut aucun autre bruit que le son du piano, qui avait empli toute la pièce. Kanna ouvrit la bouche, le micro juste devant elle, et commença à chanter de tout son cœur, de toute son âme. Le stress avait disparu, comme elle l’avait prédit. Elle se laissa emporter et en oublia presque où elle était. C’était le pouvoir de la musique.

***

« Merci à tous ! J’espère que vous avez apprécié et vous souhaite une excellente suite de soirée. Au revoir ! » Kanna quitta la scène, après environ quarante-cinq minutes de spectacle et retourna dans les coulisses, pendant que le présentateur annonçait une pause d’une demi-heure avant que le second artiste de la soirée ne fasse son entrée. La nippone rassembla son matériel et le posa dans un coin, avant de retourner dans la salle. Elle se rappelait les gestes exubérants un peu plus tôt et décida d’aller voir qui en était l’auteur. Se frayant un chemin jusqu’à la table en question, Kanna remercia les personnes qui la félicitaient. Bientôt elle arriva à la table et eut la bonne surprise de découvrir son meilleur ami de toujours, en compagnie d’un autre jeune homme. Elle reconnut le meilleur ami de Jin, le fameux Shuji. Elle les gratifia d’un grand sourire, avant d’aller serrer Jin dans ses bras. Puis elle s’assit en face d’eux et se tourna vers le second jeune homme. « Tu es Shuji c’est ça ? Enchantée, je suis Kanna ! » Elle tendit sa main dans sa direction, toujours toute souriante. « Alors, comment avez-vous trouvé la représentation ? » Elle savait ce que Jin en pensait, ou du moins imaginait, puisqu’elle avait si souvent entendu des compliments de sa part. Néanmoins, elle était curieuse de connaître l’avis de Shuji, étant donné qu’il ne l’avait jamais entendue, et qu’il ne devait sûrement pas savoir qu’elle chantait. Sans savoir trop pourquoi, elle sentait la nervosité l’envahir à nouveau. Dah, sûrement que le fait de se retrouver devant un jeune homme si attractif la mettait dans tous ses états. Elle était une fille comme les autres, ne l’oubliez pas !
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: connection; kanna&minou   Mer 1 Déc - 18:54

Shuji enfila sa veste noire, dernière touche à sa tenue. Un coup d'œil dans le miroir lui appris qu'il frôlait la perfection, et cela n'était en rien étonnant quand on savait qu'il portait là l'ensemble de ses vêtements fétiches. Des lunettes de soleil aux verres jaune complétaient la tenue, accrochées au col de son T-shirt. Profil droit, profil gauche... rien ne dépassait. Il passa sa main sur un pli de son jeans, et sourit à son propre reflet. Narcissique ? Peut-être un peu, certes, comme tout le monde, mais le but véritable de ce petit rituel était avant tout de redorer sa confiance en lui, ainsi que de le rassurer. Il n'était pas toujours simple de mesurer 1m85 et d'être solidement bâti dans un pays comme le Japon : vous étiez très vite repéré comme n'étant pas de sang « pur », et si cela attirait beaucoup de jolies jeunes filles, ça n'en rebutait pas moins beaucoup d'autres. C'était assez douloureux pour vous faire perdre parfois pieds, et le peu d'assurance que vous possédiez. Ce soir pourtant, il en avait plus que besoin, de cette folle assurance qui le caractérisait. Il allait enfin rencontrer le petit brin de fille qu'était la meilleure amie de Jin. Le fait est que son ami les connaissait l'un et l'autre depuis toujours, et qu'il était autant son meilleur ami que celui de la demoiselle. Et pourtant, en vingt et un an, les deux jeunes gens ne s'étaient jamais vu autrement qu'en photo. Ce n'était pourtant pas de la mauvaise volonté : de ce qu'il en avait vu et entendu, Kanna semblait être une jeune fille très bien, en plus d'être particulièrement jolie. Pourtant, aucun des trois jeunes gens n'avaient eu l'initiative, jusqu'ici, d'organiser une rencontre officielle. Il faut dire qu'ils évoluaient tous dans des mondes différents : Jin dans sa boutique, Kanna à Todaï si ses souvenirs étaient bons, et lui à l'école de musique. Leurs chemins ne se croisaient pour ainsi dire jamais, et s'ils n'avaient pas eu Jin en commun, sans doute n'aurait-il jamais entendu parler de l'étudiante. Tôkyô était une ville immense après tout... Sortant de ses pensées, il passa une main dans ses cheveux courts, et descendit quatre à quatre les marches qui le menaient au restaurant familiale. Passant derrière le bar, il embrassa sa belle-mère en lui signalant qu'il rentrerait sans doute tard, et elle lui sourit avant de lui souhaiter une bonne soirée, alors qu'il filait déjà vers la sortie.

Le point de rendez-vous avec son meilleur ami était non loin de là : ils avaient la chance de ne pas vivre très loin l'un de l'autre, ce qui leur avait d'ailleurs permis de fréquenter la même école primaire, puis le même collège et enfin le même lycée. Autant dire qu'ils se connaissaient depuis toujours. Arrivé à bon port, il s'adossa au mur d'un combini. On lui jeta quelques regards en coin, vrai qu'avec sa carrure et la position qu'il venait d'adopter, il n'avait pas l'air d'autre chose que d'un loubard. Levant les yeux au ciel, il sortit son portable de la poche de son jeans, et envoya un texto à l'excité qui lui servait d'ami. Celui-ci répondit dans la minute, et il n'eut pas le temps de prendre conscience du temps qui avait passé qu'on l'attaquait par derrière. Il rit en reconnaissant la voix de son ami hurlant presque son surnom, hérité de la passion peu commune qu'il nourrissait pour les chats. Il y en avait d'ailleurs bien sept qui trainaient dans les pattes de tous les clients du restaurant de ses parents, mais cela ne faisait qu'ajouter au charme du lieu. « Wassup man ? » Shuji ne pu retenir un sourire en coin devant l'accent de son ami, qui avait de quoi se faire retourner dans leurs tombes tous les anglo-saxons de ce monde. Mais tout le monde n'avait pas la chance d'avoir un père businessman, porté sur les langues étrangères et qui avait tenu à ce que son fils maîtrise à la perfection la langue internationale par excellence. « Te fatigue pas mon vieux, tu n'arriveras jamais à mon niveau, tu devrais le savoir depuis le temps. D'ailleurs... » Il posa une main sur la tignasse de Jin. « T'aurais pas arrêté la soupe toi récemment ? Non parce-que, tu frôles le niveau nain là. » Ahlala, l'amour que voulez-vous. « Ce que tu vas ce soir, je suis sûr que tu vas adorer, toi qui joue du piano, tu aimes forcément la musique, alors j’imagine que tu vas vraiment apprécier ! Puis elle est tout simplement formidable de toute façon, si tu me dis le contraire je ne te filerais le petit paquet de croquettes que j’ai caché quelque part dans mon pantalon… enfin dans, c’est pas comme si je l’avais caché dans mon slip hein ! Façon même si je le cachais là tu serais capable de venir le chercher ! ect… » Il n'y avait pas à dire, Shuji ne doutait pas qu'il allait aimé ce qu'il allait voir. Bien que son Jinou ait parfois tendance à être excessif, il n'avait rien d'un menteur lorsqu'il s'agissait de chanter les louanges de ceux qu'il aimait. Il exagérait peut-être parfois sur les qualités, mais s'il disait que son amie tait formidable, alors c'est qu'on était certainement pas loin de la vérité. Il retint cependant un rire à sa dernière réflexion, et alors qu'ils continuaient à cheminer tranquillement vers leur destination, le jeune homme leva une main. « Et si je devais aller chercher ce paquet moi-même, pries pour que mes griffes acérées tombent sur les croquettes. Ou je ne peux garantir que tu seras toujours capable de procréer par la suite... Mais si tu me le donnes gentiment, et sans faire d'histoires, je te prouverais mon affection par une centaine de petites lichettes sur le visage, comme tout bon chat qui se respecte. Je suis sûr que tu adorerais ça. » Et sur ce, il produisit un bruyant bruit de gorge qui pouvait éventuellement se faire passer pour le ronronnement affectueux d'un très... gros chat.

Et les voilà finalement installés devant la scène, où ils ne pourraient rien manquer de la performance de la jeune femme. Si son jinou était deux fois plus démonstratif, il était pourtant tout aussi impatient d'entendre Kanna et de voir ce dont elle était capable. Car Jin avait raison : il aimait la musique sous toutes ses formes, et ne rechignait jamais à entendre de nouvelle performance. Cela plus l'enthousiasme évident de son ami ne pouvait que le rendre nerveux, tant il peinait à retenir son impatience. On annonça finalement la petite japonaise, qui entra en toute vêtue de son sourire. Ce fut en tous les cas la première chose que remarqua le jeune homme : son joli sourire qui éclairait tout son visage et rendait ses yeux indiscernables sous ses paupières. Nul doute qu'il avait là le sourire le plus mignon du monde. Il tiqua également au nom de la jeune femme. Park ? Ainsi, elle était également coréenne ? Comment son Jinou avait-il jamais pu oublier ce détail, pourtant si crucial ? Une raison supplémentaire pour ouvrir grand ses yeux et ses oreilles, et déguster note par note la chanson de la jeune fille. Et il n'aurait sans doute pas pu rêver mieux : sa voix était claire, grave, et dégageait une certaine sensualité. Une voix qui vous déclenchait plusieurs séries de frissons, et ce dans tout le corps. Il souriait encore lorsqu'elle termina sa prestation, salua le public et vint tout naturellement les rejoindre. De près, elle était encore plus jolie. « Tu es Shuji c’est ça ? Enchantée, je suis Kanna ! Alors, comment avez-vous trouvé la représentation ? » Il hocha légèrement la tête, serrant la main qu'elle lui tendait. Elle avait une poigne aussi agréable que son sourire, légère mais ferme. Curieuse, tout en gardant tout de même ses distances, au cas où. Et avant que son ami n'ait pu ouvrir la bouche (ce qui tenait de l'exploit, croyez-le), il s'empressa de donner son avis. « Tu as une voix sublime, un timbre très agréable. Je me retiens à grand peine de te refaire monter sur scène, d'ailleurs. C'est très impressionnant. Et je ne voudrais pas abuser mais... je suis certain de pouvoir faire un bien plus bel accompagnement sur mon propre piano. Je me ferais un plaisir de t'en apporter la preuve un jour, si tu avais la gentillesse de me prêter les partitions. » Et tout cela accompagné d'un sourire en coin, tellement charmeur qu'il en frisait l'insolence. Il avait pourtant été sincère, mais il se retint d'ajouter quoique ce soit, son jinou sautillant littéralement sur sa chaise tant il semblait impatient de donner son avis à son tour. Shuji laissa un rire lui échapper, et s'appuya un peu plus sur sa chaise, en ne quittant pas la jeune femme du regard.
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: connection; kanna&minou   Jeu 2 Déc - 16:35

Jin s’était tu. Oui vous avez bien lu. Il s’était retenu de répondre aux remarques amoureuses de son ami, il savait pertinemment que Shuji était le seul responsable dans cette histoire : Jinou était doté une taille parfaite, minou était juste trop grand et il semblait que le pauvre n‘avait pas toujours pas accepté ce fait ! Partis comme ils étaient partis, la soirée s’annonçait joyeuse et bien remplie. Même si Minou avait cette tendance à rendre paranoïaque son ami avec de drôle de réplique « Et si je devais aller chercher ce paquet moi-même, pries pour que mes griffes acérées tombent sur les croquettes. Ou je ne peux garantir que tu seras toujours capable de procréer par la suite... » la suite ? Elle était rentrée d’une oreille pour s’y échapper de l’autre, ce qui était dommage vu l’offre alléchante que lui avait faite Shuji mais que voulez vous, Jin avait cette tendance à retenir les parties qui avait pour but de nuire à sa santé. Hé oui, il termina le chemin les deux mains protégeant son appareil reproducteur et à moitié écroulé après l’imitation de minou qu’il qualifierait plus justement de « gros chat en mal de femelles. », chacun sa vision des choses que voulez vous !

Une fois confortablement installé à l’intérieur, ses fesses ne décollèrent plus de leur siège. Son regard se concentra sur la magnifique Kanna, son sourire suffisait à éclairer la salle. Elle dégageait un quelque chose d’indescriptible, une aura bienfaisante qui avait le pouvoir de calmer les plus excités, en l’occurrence Jin, qui, une fois que la première note retentit, se posa. Il avait beau venir ici aussi souvent que possible, la voix de Kanna lui faisait autant d’effet que la première fois ! Durant ses quarante cinq minutes, il n’avait pas eu d’écart de comportement… il lui était juste arrivé de commander quelques cacahuètes pour calmer son estomac un peu trop bruyant par moment, et plusieurs verres pour couper sa soif. Autant dire que le serveur du coin avait eu de quoi bosser ! Le seul hic ? Le nippon avait bien commencer par un thé glacé, seulement la suite fut moins glorieuse… du gin tonic. Trois verres précisément. Malheureusement Jin avait une sacrée descente, une fois qu’il commençait il était difficile de le stopper ! C’était un jeune homme appréciant tout particulièrement l’alcool lors de soirée festive et oui, ce soir lui semblait être une bonne occasion de boire ! Certes, il tenait très mal l’alcool, et cela lui retombait dessus comme une masse. Maintenant il était trop tard pour faire marche arrière, il fallait qu’il assume les conséquences de son geste, quoiqu’il allait tout de même bien se tenir, en face de ses meilleurs amis.. Non ? Non certainement pas, « sage » il était déjà facilement hors de contrôle alors sous l’effet de la bibine, imaginez bien !

Enfin, la représentation de Kanna se termina sous un énième tonnerre d’applaudissement tandis que notre enfant terrible lui faisait de grand signe pour lui signaler leur présence, juste au cas où celle-ci n’aurait pas remarqué e.e. « Elle arrive minou ! » Juste au cas… et puis rôh il était pété façon ! « KANNA! » Gros câlin affectueux, avant qu’elle ne le quitte pour rejoindre le siège faisant face aux deux garçons. Jin faisait la moue, selon lui cette échange amicale lui avait sembler bien trop court. Pourtant, pourtant les deux autres semblèrent oublier subitement l’existence de leur ami commun, ils échangèrent quelques mots, peut être plus que ça d’ailleurs, mais cela était au delà des compétences de notre otaku. Il observait et patientait, une attente qui lui avait semblait interminable, pour pouvoir enfin placer ses pensées. « Non pas que je veuille interrompre votre flirt mais… tu as été FAN-TAS-TIQUE ce soir ma chérie ! Et cet ensemble te va à merveille, vraiment tu es fabuleuse ! » avant de lâcher un petit gloussement.. Euh. lui-même se rendit compte de ce changement soudain, avait il changé de personnalité entre temps ? Jinou serait il devenu schizophrène ? A croire que l’alcool avait vraiment un effet spectaculaire sur lui, et il n’avait toutefois pas exagéré.. Si ? « Je crois que… j’ai besoins d’aller me soulager… enfin, naaah pas comme ça.. P‘tit coin voilà. » Le nippon avait le don de rendre une situation gênante encore plus gênante. Il sortit alors de table, gratifiant ses amis d’un sourire d’imbécile heureux, comme on pouvait s’y attendre, Jin cogna un serveur. Il s’excusa alors platement, certes du mauvais coté et face à un poteau mais c’était là, l’intention la plus importante !

Il les avaient laissé seuls, il était vraiment formidable avec eux… non, il avait vraisemblablement une véritable envie. Bien qu’enivré, Jin avait senti le feeling passé entre les deux, que cette rencontré était une terrible idée, qu’il fallait le remercier de sa bonté… ok, il était bien saoul. Cinq petites minutes s’écoulèrent, mains propres et braguettes remontée, le brun rejoint de nouveau son tabouret, sollicitant au passage un serveur. Il se rassit, éternellement affublé de son gai sourire ! « Ca fait du bien ! » épargne nous les détails, pour l’amour de Dieu. « Alors, de quoi Est-ce que vous parliez ? Du Divin Jinou ? » si il y avait bien une chose que Jin pouvait bénir, c’était ses fidèles destriers, lui, qui souvent, était lourd et chiant ! Il avait la chance d’être entouré de personnes capable de supporter son tempérament. « On commande de quoi grignoter ? J’imagine qu’un bol de lait, et mon sachet de croquettes bien garder, te seront suffisants mon cher Minou !? » Il riait de sa réplique, qui était bien risible de par sa nullité. Un serveur s’approcha des trois jeunes gens, déposant ainsi la qu’avait auparavant commandé le nippon. « ouh ! À boiiiire ! » un verre de plus à s’enfiler tiens ! « Désirez vous autre chose ? » « Auriez vous de quoi mettre des croquettes, c’est pour un gros minou. » « Les animaux ne sont pas accepté monsieur… » « c’est qu’on va avoir un problème de taille, vous voyez le minou il est genre catwoman mais en homme. Dis lui toi Minou ! » Certainement appeuré par l’attitude exaspérante du client, le pauvre homme se tourna gêné vers Kanna, la seule personne qui devait sembler apte à contrôler cette situation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: connection; kanna&minou   Sam 11 Déc - 20:27

Si Jin lui avait dit qu’il comptait venir la voir en compagnie de son meilleur ami, Kanna aurait sûrement moins bien réussi sa prestation ; elle n’aurait cessé de vouloir faire bonne impression, oubliant qu’elle était là pour son plaisir avant tout. Son ami avait donc bien fait de garder sa venue secrète, d’autant plus que l’effet de le voir en était amplifié. Elle n’avait pu dissimuler son sourire grandissant au fur et à mesure que ses pas la rapprochaient de leur table. « KANNA! » La jeune fille éclata de rire en entendant Jin hurler son nom en la voyant arriver. Il était toujours si plein de vie qu’elle ne pouvait jamais être déprimée en sa présence. Lorsqu’il la prit dans ses bras, Kanna sentit un sentiment de chaleur et de bien-être l’envahir. Mais ne voulant pas s’éterniser, la jeune fille avait brisé l’étreinte pour s’asseoir en leur compagnie. Toute son attention se porta alors sur Shuji, qui ne l’avait pas quittée des yeux pendant tout ce temps. Lorsque sa main effleura la sienne, avant de la serrer fermement, elle sentit son cœur rater un battement et ses joues virer au rouge instantanément. Elle avait réussi à se contenir jusqu’à présent, mais au final, elle ne pouvait jamais contrôler ces choses-là. « Tu as une voix sublime, un timbre très agréable. Je me retiens à grand peine de te refaire monter sur scène, d'ailleurs. C'est très impressionnant. Et je ne voudrais pas abuser mais... je suis certain de pouvoir faire un bien plus bel accompagnement sur mon propre piano. Je me ferais un plaisir de t'en apporter la preuve un jour, si tu avais la gentillesse de me prêter les partitions. » Tous ces compliments la firent rosir davantage. Elle avait baissé les yeux et porté ses mains à ses joues pour les masser doucement, devenues douloureuses à force de sourire sans cesse. S’il savait dans quel état elle était intérieurement… environ dix fois plus excitée, heureuse et nerveuse que ce que l’on pouvait apercevoir ? « Je… Merci beaucoup. Ca me fait extrêmement plaisir. » Elle se tut un instant, le temps de rassembler un peu ses esprits et de réfléchir pour ne pas répondre n’importe quoi. Il voulait tenter de faire un meilleur accompagnement ? Elle ne pouvait pas en croire ses oreilles. Elle se sentait flattée de l’attention qu’il semblait porter à sa musique et était terriblement tentée d’accepter sa proposition. Elle n’avait jamais joué du piano et c’était un ami qui l’avait aidée à réaliser la partition d’accompagnement. « C’est une excellente idée je trouve. Je suis sûre que grâce à toi, elle sera encore mieux. Je compte sur toi alors ! » Kanna lui sourit à nouveau, néanmoins troublée par son profond regard. Pas négativement. Elle se sentait plutôt flattée à vrai dire, sans vraiment savoir pourquoi. Elle avait beau l’avoir vu en photo plusieurs fois, il était beaucoup plus séduisant en vrai… Elle le sentait la dévisager même lorsqu’elle eut tourné la tête vers Jin, qui semblait impatient de pouvoir en placer une. Il trépignait sur sa chaise, les fixant tour à tour. « Non pas que je veuille interrompre votre flirt mais… tu as été FAN-TAS-TIQUE ce soir ma chérie ! Et cet ensemble te va à merveille, vraiment tu es fabuleuse ! » Elle le fixa quelques instants, puis remarqua les quelques verres sur la table, se doutant bien qu’il ne s’agissait pas de diabolos grenadine. Puis ce petit gloussement ne trompait pas ; Jin avait vu un verre de trop. Ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’elle le voyait dans un état pareil, puisqu’ils sortaient souvent ensemble le soir. Mais à chaque fois, elle était surprise de voir qu’il supportait toujours aussi mal l’alcool. « Merci mon chériiiiii. » Elle n’avait pas pu s’empêcher de lui répondre de la même façon qu’il s’était adressée à elle. Pas pour se moquer, mais… Oh, et puis de toute façon, il était sûrement trop saoul pour s’en rendre compte. « Je crois que… j’ai besoins d’aller me soulager… enfin, naaah pas comme ça.. P‘tit coin voilà. » Kanna jeta un coup d’œil discret en direction de Shuji, histoire d’échanger un petit regard complice. Si Jin pouvait se souvenir de tout ça une fois sobre… Ca serait royal.

Jin étant parti, un silence s’installa entre les deux musiciens. Kanna sentait le regard de Shuji toujours posé sur elle et était persuadée que ses joues avaient encore rosi. L’ambiance se faisait pesante ; malgré qu’elle appréciait les moments de silence, elle n’en était pas friande s’il était dû à la nervosité. Elle ne savait pas ce qu’il en était du côté du nippon, mais le cœur de Kanna menaçait d’exploser tant elle était nerveuse. Par ailleurs, sa timidité n’arrangeait rien. Mais elle savait que c’était un défaut qu’elle devait changer. Il lui fallait rassembler son courage à deux mains et… « Alors, je te ferai parvenir les partitions par Jin, d’accord ? C’est vraiment gentil de ta part de bien vouloir améliorer ma chanson. » Ce qui ne s’était pas révélé si dur en fin de compte. Elle termina sa phrase sur un petit sourire gêné, osant fixer Shuji dans les yeux. Elle était bien contente de l’avoir enfin rencontré, même si elle maudissait sa timidité. Il ne faisait rien pour la mettre mal à l’aise, et pourtant elle sentait son estomac se nouer. Elle se passa la main nerveusement dans les cheveux, regardant de temps à autre dans la direction où était parti Jin. Ce dernier finit par arriver et se laissa tomber dans son siège. « Alors, de quoi Est-ce que vous parliez ? Du Divin Jinou ? » Kanna éclata de rire en entendant ces paroles. Elle avait envie de lui jouer un tour un peu plus tard dans la soirée et si sa gêne ne l’en empêchait pas, elle proposerait à Shuji d’élaborer un petit plan… Mais pour l’instant, ce n’était que le début de la soirée et l’ambiance était encore à la parlotte. La jeune nippone se leva alors et se posta derrière la chaise de Jin. Elle s’accroupit, passant ses bras autour du cou du jeune homme. « C’est cela, nous parlions du Divin Jinou parce que tu es indispensable à nos vies. » Elle resserra son étreinte, avant de retourner s’asseoir, se retenant de rire. Elle savait qu’il aimait lorsqu’elle lui faisait des câlins, elle qui montrait peu facilement son affection et qui pourtant en manquait cruellement. « On commande de quoi grignoter ? J’imagine qu’un bol de lait, et mon sachet de croquettes bien garder, te seront suffisants mon cher Minou !? » … Pardon ? Kanna se sentit larguée d’un seul coup, ne comprenant pas où voulait en venir son meilleur ami. Elle n’était pas au courant de ce petit délire félin entre les deux jeunes hommes, ce qui expliquait le pourquoi du comment de son incompréhension. Elle décida ainsi de garder le silence, les laissant parler, de peur de gêner ou de les couper dans leur conversation. Un serveur arriva bientôt à l’heure table, provoquant une exclamation de la part de Jin. « Désirez vous autre chose ? » La nippone ouvrit la bouche, mais fut coupée dans son élan par son ami. Ce dernier débita un nombre incroyable de bêtises, si bien que le serveur lança un regard désespéré à Kanna. La jeune fille se redressa avant de se courber et de s’excuser poliment. « Veuillez l’excuser… Sa petite amie vient juste de rompre avec lui à cause de son chat et depuis, il voit des félins partout… » Une des excuses les plus nulles qu’on ait pu inventer, mais Kanna n’avait pas eu d’autres idées sur le moment. Elle continuait de se courber, l’air embarrassée. Le serveur secoua la tête, exaspéré, et tourna les talons pour continuer son service. « Je crois qu’on va y aller… n’est-ce pas Jin ? » Elle ne voulait pas être interdite de représentation à cause d’une de ses frasques. Regardant Shuji, un petit sourire naquit sur ses lèvres. Elle se leva, poussant sa chaise délicatement derrière elle. « Je vais aller chercher mes affaires en coulisses, tu peux déjà l’amener dehors ? Je vous rejoins dans quelques minutes. » Puis elle se précipita dans la petite salle inconnue des clients, attrapant ses divers sacs et sa guitare. Elle s’occupa également d’aller régler au bar directement les consommations de son meilleur ami, s’excusant une dernière fois de son comportement. Kanna sortit du bâtiment, ses affaires sur ses épaules. Elle vit Shuji et Jin qui l’attendaient quelques mètres plus loin. Malgré le petit incident, sa bonne humeur était toujours là et elle ne voulait pas que la soirée se termine déjà. Elle rejoignit les deux acolytes un sourire radieux sur le visage et leur lança : « Alors, où va-t-on maintenant ? » Elle venait à peine de rencontrer Shuji, Jin devait cuver son ivresse et il n’était que vingt-et-une heure. Elle les suivrait jusqu’au bout du monde. Sauf si le bout du monde s’appelait maison.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: connection; kanna&minou   

Revenir en haut Aller en bas
 

connection; kanna&minou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made in Japan :: 
HAVE A BEER
 :: Les anciens tomes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit