AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 28
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mar 30 Nov - 21:17

Uncle Picsou & Pedro vont au bar

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Et oui, tout comme Martine va à la plage, au cirque ou au supermarché, Picsou et Pedro font la version plus adulte de la collection. En même temps, il est nécessaire de censurer un topic rien qu'à leurs physiques (Il est bon de noter qu'un topic doit toujours commencer par un brin de vantardise quand le ou les caractères des protagonistes l'exigent).
    Que Picsou, celui qui aimait l'argent, ne se vèxe pas si Pedro, celui qui s'aimait tout seul mais n'allons pas chercher à comprendre le pourquoi du Pedro, l'avait appelé à la dernière minute pour cette soirée à l'improviste. En fait, il avait même une sacrée bonne excuse pour justifier tout. Elle était russe, elle mesurait un bon mètre 70 et elle savait, avec grand art, faire **censured**. Vous comprendrez donc pourquoi, il était 23 heures quand Keiji avait décidé d'appeler finalement son lieu plus vieux, et presque pas ridé. Et s'il avait passé les cinq premières minutes à parler de cette fameuse russe, les deus suivantes à évoquer la possibilité qu'il soit un être parfait, la huitième était destinée à lui faire sa demande d'une soirée entre... disons gens biens, pour faire modeste. Inutile de préciser de venir en mode playboy, Masaru était presque (n'oublions jamais le presque) aussi parfait que lui. Et ouais, qu'il était dur pour la gente féminine d'avoir ces deux là quand ils opéraient en duo: tout un Art. En fait, cet Art pouvait même devenir la huitième merveille du monde. En revanche, il n'avait pas oublié de lui dire un simple mot: producteur.
    Et ouais, si vous n'y pigez rien, c'est parfaitement normal. Mais Masaru n'avait pas besoin de plus pour comprendre dans quel délire ils allaient se lancer ce soir. Appelons plutôt ça une stratégie.

    Au bout d'une heure, soit à minuit si tout le monde suit bien, Keiji avait pris sa voiture vêtu d'un costard classe et d'une paire de lunettes hors de prix. Parce qu'il n'était pas du genre à respecter les limitations de vitesse, et qu'il n'avait d'ailleurs pas acheté une telle voiture pour être une mémé au volant, il n'avait pas mis longtemps à se garer devant le bar où ils avaient l'habitude de se rendre, quand ils ne choisissaient pas le night club. Evidemment, il aurait pu passer prendre son ami directement chez lui, mais c'était enfreindre la règle numéro 37 du "Code d'honneur des Plaboy".
    Et pour les non initiés qui rêvent de la connaître ... sachez simplement qu'un soir comme celui ci, ils étaient arrivés à une conclusion évidente. Arriver ensemble quand on était si beaux, dans une belle voiture qui plus est, ça faisait ... gay. Why me direz vous ? Soyons réalistes, le mot impossible collait parfaitement à une telle scène. Et les femmes, qui ne croyaient jamais en l'impossible avant d'avoir couché avec Keiji (et il en est fier), préféraient trouver le défaut de la cuirasse. Alors déjà que maintenant, elles devaient penser rêver en le voyant débarquer, cette illumination divine, cette sculture grecques, ce ...

    - Wouhou Alfred !

    ... qui faisait wouhou sans la moindre honte =.=

    - Par ici mon lapin !

    Ok... il le faisait probablement exprès ... mais était-ce une raison ?
    Et pour ceux et celles qui n'ont pas compris, le Alfred était sans doute à associer au mot producteur... possible rapprochement avec Hitchcock ? Allez savoir comment fonctionner le cerveau d'un abruti ! Et au cas où... on préfère vous avertir que les deux ensemble, ce n'est point brillant !
    Bref, notre James, Adam, ou peu importe comme il allait s'appeler, s'était dirigé vers Masaru qu'il avait reconnu au loin sans prêter attention au deux trois regards étonnées des personnes qui se trouvaient devant le bar.
    C'est donc en lui donnant un coup d'épaule virile dans la sienne qu'il avait rattrapé le salut stupide. Il était clair que pour un homme, se conduire en primate rattrapait le tout. Mais allez savoir pourquoi, certaines femmes avaient tendance à aimer également les hommes des cavernes.

    - Yeah what's up ? Ready to fly on the coconut party moon to the beach man ?

    Et oui, il savait probablement que ça ne voulait rien dire, au moins au trois quart. Mais ...
    premièrement, le trois quart des japonais ignorait que ça ne voulait rien dire vu le niveau de ce trois quart de japonais.
    Deuxièmement, le primate viril aimait user de l'anglais sous prétexte que ça donnait un air classe.
    Troisièmement, il aurait bien voulu le saluer en russe mais Tania, car la majeure partie des russes s'appelaient ainsi et surtout parce qu'il avait oublié son prénom, n'avait pas eu le temps de lui apprendre cette langue.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mer 1 Déc - 5:08

Une sortie ? C’était tout ce qu’il manquait pour faire de cette soirée une soirée parfaite. Surtout si on disait Keiji; ça rimait toujours avec connerie, beuverie, et filles. Quoi, le dernier rime pas ? Tant pis, quand Keiji était dans le décor ça faisait de la belle poésie ! Enfin. Masaru venait à l’instant de laisser sur le pas de sa porte une charmante demoiselle, jouant la carte du gentil garçon – il savait que c’était ça qu’elle attendait – et refusant poliment de monter à son appartement, prétextant qu’il était tard. Évidemment, qui connaissait Masaru un minimum savait que c’était du bluff contrôlé, mais bon, on s’entend pour dire que dans cette qualité résidait l’essence même du manipulateur qu’il était : ne jamais laisser ses instincts et ses pulsions prendre le dessus. Mais quand on parlait de sortir avec Keiji alors là il pouvait se laisser aller, et c’est pourquoi il n’eut même pas à répondre par oui ou par non pour que l’autre bout du fil soit informé qu’il serait là comme prévu.

Contrairement à son ami il y avait été dans un autre genre de ‘classe’ : troquant son pantalon noir contre un jean esthétiquement troué, mais gardant ces fameuses chaussures hors de prix qu’on lui avait offertes à une autre occasion, il déboutonna quelques boutons de sa chemise et jeta sa cravate dans la valise de sa bagnole, stationnée dans un parking souterrain au centre-ville. Oui, vous avez bien compris; il a la moitié de sa garde-robe soigneusement rangée dans son coffre, et il s’était changé devant les caméras. Il n’avait rien à cacher après tout ~ Un coup d’eau de Cologne et il était prêt, sortant du parking ni vu ni connu. Heureusement qu’il était déjà au centre-ville : le temps de se changer et de s’y rendre, à pied histoire de griller quelques clopes en chemin, il serait parfaitement à l’heure – peut-être même à l’avance. De toute évidence se garer devant le bar avec une voiture hors de prix c’était beaucoup mieux, mais y’avait que Keiji pour faire ça; Masaru n’avait pas vraiment ce qu’on appelait une voiture… plutôt une vieille caisse, moche mais encore fonctionnelle. Et hors de question qu’ils arrivent en même temps, dans le style Une nuit au Roxbury on faisait pas pire…

Appuyé contre un lampadaire, grillant une quatrième cigarette d’affilée, il était distrait par la longueur – ou plutôt la courteur – de la jupe d’une jeune femme qui passait devant lui, ce qui l’empêcha de voir son ami se garer devant lui. « Wouhou Alfred ! Par ici mon lapin ! » Arf, ça pouvait qu’être Keiji ça… Masaru détourna le regard et remarqua donc son exubérant accompagnateur et co-playboy, sans pour autant esquisser le moindre geste – à part expirer lentement la fumée de sa clope par le nez. Cognant durement son épaule contre celle de Keiji, l’aîné balança sa clope plus loin et afficha un bref sourire.

« Hey Clint, ça fait un bail ~ »

Eastwood, pardi, tellement plus ‘in’ que Hitchcock… il s’était retrouvé avec un nom de vieux alors que Keiji avait le nom cool, ah, ça il devrait lui faire payer… « Yeah what's up ? Ready to fly on the coconut party moon to the beach man ? » N’importe quoi !

« Aa, amico, il mio amico ! Ciao, come va, bene, si ? Grazie, prego, panino, gelato, aranciata, si ! »

… et il réussissait à faire pire. Enfin, pratiquement. De toute façon, que ça veuille dire quelque chose ou pas, ils avaient tous les deux floués les gens qui se tenaient devant le bar, qui eux ne savaient que parler japonais et conséquent était inférieurs à eux ! Évidemment !

« C’est quoi ce costume ? Penguin le remix ? Version 2.0 ? Enfin j’te pardonne va, si tu me payes le premier verre… »

Parce que de toute évidence, il n’y en aurait pas qu’un, les connaissant. Les Uchi et Kusano des temps modernes !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 28
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Sam 4 Déc - 14:07

    C’était normal.
    De ?
    Qu’il est le nom le plus cool entre les deux.
    Parce que ?
    Tout simplement parce qu’il était le plus cool des deux enfin ! Tout était une question de logique ! Mais passons sur la vantardise et revenons à ses retrouvailles. Si on pouvait appeler ça retrouvailles, étant donné qu’ils étaient sortis ensemble deux jours plus tôt. Mais bon, que voulez vous ? C’était ça l’amour ! On ne pouvait plus se passer de l’un et de l’autre ! Et puis, ce soir était le moment parfait vu que les autres personnes de son cours de finances devaient être en train de réviser comme des imbéciles au lieu de profiter de la vie. Sortir, une excuse parfaite contre la responsabilité !
    Bref, après s’être salué comme il se doit entre deux playboy, Masaru s’était mis à s’exprimer dans une langue latine étrange qu’on aurait pu également nommer italien. Ne se souciant pas, une nouvelle fois, de la réaction des quelques personnes présentes devant le bar qui devaient juste être jaloux de voir des gens qui parlaient plusieurs langues avec tellement de facilité, il s’était contenté de répondre à la question dans un très kakkoii, très simple, et très incompréhensible :

    - Grutt.

    De quelle langue s’agissait-il ? Personnellement, on aurait pensé à la langue des hommes des cavernes de jadis. Et oui, oui, soyez jaloux, leur culture remontait à si loin. Comme quoi, ça servait à rien de réviser quand on savait déjà tellement de chose !
    Baissant ensuite les yeux vers sa tenue, dans un air étonné, il avait pensé répondre les premières secondes qu’il était la classe incarnée. Mais, il ne servait à rien de s’exprimer pour un rien. Après tout, ça se voyait qu’il respirait le kakkoïsme, Masaru ne réalisait simplement pas la classe d’un costume. Allez, parce qu’il était gentil, Keiji lui en achèterait un pour Noël, en plus de la collection des livres Martine. Quelle générosité, on sait !

    - Mec, jsuis Clint ! Soit je venais en ranger, soit je venais en costard ! Et vu que mon second nom n’est pas Walker, le choix était facile ! Va vraiment falloir que jte mette aux costards, on est sensés être des producteurs, pas des bouseux venus de la campagne è.é ! T’as vu ma vache derrière ? Non ! Ben alors j’ai le droit de porter un costard !

    Ouais, finalement, répondre qu’il était la classe incarnée aurait sans doute été préférable, mais passons. Il paierait le premier verre parce qu’il l’aimait, et pas parce que cet inculte du costard venait de le critiquer sur sa tenue. Et c’est dans un nouveau choc d’épaules qu’il l’avait invité à entrer à l’intérieur. Le videur, qui devait pourtant être jaloux de leur perfection, les avait pourtant laissé entrer. En même temps le Keikei, il respirait la thune ! Normal qu’il mette de côté sa gueule de merde qui avait tout à envier aux leurs ! Aaaah les cupides, ils en oubliaient combien ils avaient l’air con à côté d’un Masaru et d’un Keiji.
    Choisissant une table du fond, plus pratique pour observer la gazelle… dites aussi femelle, Barbie, ou plus simplement femme, il avait levé un doigt en direction du serveur pour commander. Inutile de préciser que quand un bouseux tentait de lever un doigt comme il venait de le faire, ça faisait cent fois moins classe. Mais un jour, toujours parce qu’il était gentil, Keiji vous apprendrait comment commander avec classe !

    - Yo man, deux whisky on the rock !

    Pourquoi on the rock ?
    Parce qu’ils étaient producteurs imbecile ! Pas éleveurs de vaches ! Combien de fois allait on devoir vous le dire ?! Se répéter sans cesse devenait sérieusement fatigant à la longue. Mais passons sur votre stupidité indiscutable pour en revenir à nos compères :

    - Je sais, je sais. Tu voulais une grenadine ! Mais c’est plus possible, je te l’ai déjà dis la dernière fois ! T’es grand maintenant, faut te mettre à l’école !

    =.= !
    Inutile de râler, Keiji fermait rarement sa gueule de toute manière.
    C’est donc après avoir taquiné Alfred qu’il s’était finalement penché sur les proies présentes dans la salle. Se tournant pour piquer le cendrier de la table de derrière, il l’avait posé devant son ami tout en continuant son observation. Et c’est bien sûr en tendant la main vers celui-ci qu’il avait attendu qu’il lui paie généreusement une clope sans même le demander. Ouais bon, les siennes étaient dans sa poche. Mais vu que fumer était mal, c’était une question de logique de ne pas fumer les siennes vu que ça revenait à ne pas fumer si on analysait les choses sous un regard nouveau. On vous l’accord, un regard bien bien nouveau.
    C’est en examinant une blonde au comptoir qu’il avait finit par reprendre la parole avec tellement de classe :

    - Jte parie 100 dollars qu’elle a fait au moins 5 opérations pour arriver à ce résultat !

    Effectivement … ça c’était de la classe !
    Et pourquoi parier en dollars ?
    Parce que c’était plus classe qu’en yens et que Clint et Alfred n’étaient pas japonais … ouais, même si ce soir ils en avaient la gueule !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mer 8 Déc - 4:04

Débile, simplement débile. De toute façon, Masaru était l’aîné, il avait droit au respect, et au final, qu’est-ce qu’il avait ? Rien. Rien ! Quelle honte ! Enfin, ça n’empêchait pas Masaru d’accepter systématiquement toutes les invitations de Keiji, parce que d’un, c’était toujours signe qu’ils allaient s’amuser comme des gosses dans un bac à sable, et de deux, parce qu’il payait souvent l’alcool. Plus il avait bu, plus il sortait les gros billets, et ça, Masaru ne pouvait pas passer à côté ~ On est un arnaqueur ou on l’est pas, en même temps. À sa glorieuse tentative de parler la langue des Soprano et autres parrains de ce monde, Keiji répondit par un primitif et masculin mot dont la signification restait pour l’instant inconnue à Masaru. Mais il avait beaucoup d’imagination, alors il allait interpréter ça comme un « Je suis d’accord, entrons, buvons et amusons-nous ! » … tout ça dans ce petit mot. Imagination ! « Mec, jsuis Clint ! Soit je venais en ranger, soit je venais en costard ! Et vu que mon second nom n’est pas Walker, le choix était facile ! Va vraiment falloir que jte mette aux costards, on est sensés être des producteurs, pas des bouseux venus de la campagne è.é ! T’as vu ma vache derrière ? Non ! Ben alors j’ai le droit de porter un costard ! » Dire qu’il avait juste fait une remarque pour s’obtenir un verre gratos, il avait droit à la réplique avec introduction, corps et conclusion.

« Laisse Walker et Milka hors de ça, tu veux, et j’ai quand même fait un demi-effort; je porte un veston et une chemise ! T’façons j’ai pas dit que t’avais pas le droit, mais un costard c’est pas confortable et faut payer pour les faire laver, tu parles d’une façon parfaite de balancer l’argent par les fenêtres ! »

Éternel radin, pas pour rien qu’on l’appelait Picsou, en coulisses. Ils finirent par se diriger vers l’entrée et Masaru lança un regard de haut au portier, comme pour lui montrer à quel point ils étaient mieux que lui. Évidemment qu’ils l’étaient; lui, devait rester là à surveiller des crétins qui voulaient entrer dans la boîte sans avoir 20 ans, et eux ils pouvaient aller s’éclater… sans lui ! Enfin, dans sa tête, il avait de nouveau 20 ans, le Masaru, surtout quand il sortait avec Keiji. Il faut dire que ça volait rarement haut avec eux, et puis, même physiquement ils faisaient pas vraiment leurs âges. Ils se dirigèrent ensuite vers le fond du bar, leur repaire, et Keiji se chargea de commander leurs boissons dans un anglais quasi impeccable. « Je sais, je sais. Tu voulais une grenadine ! Mais c’est plus possible, je te l’ai déjà dis la dernière fois ! T’es grand maintenant, faut te mettre à l’école ! » Masaru roula les yeux au plafond.

« Crétin. Tu rigoleras moins quand je te laisserai raconter l’histoire de ta vache, quand tu seras bourré ! »

Oh les menaces ! (xD) Bref, de toute évidence, Keiji faisait ce qu’il voulait et ça n’allait certainement pas changer, alors autant passer à autre chose : et la chasse à la gazelle était définitivement une activité plus intéressante. Keiji réclama une cigarette, et Masaru claqua sa langue contre son palais avant d’en sortir deux de son paquet, et alluma la sienne avant de tendre le briquet à son compère, qui avait visiblement repéré un spécimen. Si c’était un bon ou pas, bonne question. Enfin, la meilleure question restait si elle était naturelle ou pas… « Jte parie 100 dollars qu’elle a fait au moins 5 opérations pour arriver à ce résultat ! » Masaru hocha la tête. Il était du même avis alors parier n’était pas très excitant dans ce cas. Mais…

« J’t’en donne 200 si tu vas lui demander. »

Bon ce n’était pas grand-chose, au final, mais ça avait eu le mérite de pousser la conversation vers un défi débile dont eux seuls avaient le secret. Le barman apporta leurs consommations et Masaru en prit une gorgée avant de défier Keiji du regard. S’il le faisait, il se ferait sans doute taper dessus mais bon, il pourrait bien jouer à l’infirmière pendant quelques jours, pour le remercier d’un tel divertissement… Même si ça aussi c'était une façon parfaite de balancer de l'argent par les fenêtres. Mais tellement plus divertissante ~
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 28
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mer 8 Déc - 14:44

    Inutile de répondre, le sourcil levé de Keiji avait fait le boulot d'une manière remarquable. Visiblement, jeter de l'argent par les fenêtres semblait plus logique que de ne pas porter de costard du coup. Et puis, quand on en avait autant qu'un Keikei, on ne se privait pas pour le gaspiller généreusement plutôt que de le filer à des oeuvres de charité, sauf quand c'était pour l'image bien évidemment. Et oui, il fallait suivre l'exemple de papa. D'un naturel je m'en foutiste, il préférait donc porter ce costard et le faire nettoyer pour un coût que de se faire surnommer Clint et de ne pas en avoir. Baissant son sourcil pour laisser un sourire malin apparaître, il avait hésité à se la jouer jusqu'à dire qu'il ne payait pas parce que ...

    - Don't worry pour mon argent, c'est un costume jetable !

    Ouais, ok, il l'avouait, il n'avait pas hésité bien longtemps à être con. Mais quand on a l'inspiration, pourquoi se priver ?
    Oublions plutôt ce léger différent d'habits pour en venir directement aux faits principaux. La soirée ne faisait que commencer, et on pouvait parier sans se tromper, connaissant ces deux là, que les conneries seraient nombreuses et sans limite. Et parce qu'il ne fallait jamais attendre pour montrer au monde à quel point on pouvait être con à deux, ils étaient déjà installés à deux et le serveur venait de poser deux verres devant eux.
    L'histoire de la vache ?
    Fronçant les sourcils, Keiji avait trouvé bon de balancer le premier truc qui lui venait sous la main pour se venger de l'attaque. Non, pas son verre, l'alcool c'était sacré, fallait pas le gaspiller et ...
    Parce que jeter l'argent par les fenêtres, c'est pas grave mais l'alcool sur Masaru c'est mal ?
    Laisse tomber baby, cherche pas à comprendre quelque chose à Keiji !
    Bref, comme l'alcool c'était sacré, c'est un pic de saucisse, sans rien dessus pour le soulagement des habits de Masaru, que notre jeune homme avait balancé au merdeux en face de lui. Et parce que la réplique collait bien au contexte ...

    - Tu fais ça, je joue à la poupée vaudou avec toi !

    Avec des pics de mini saucisses ?

    - Avec des pics de mini saucisses !

    Ben voyons =.=.
    Tu parles d'une menace !
    Ouais c'est ça, avouons quand même que ça faisait vachement peur un Keiji armé de pics à mini saucisses. Tremblons mes frères devant le duo de comiques qui se tenait devant nous. Et dire que l'un d'eux avait bientôt la trentaine... pour le coup, on tremblait plutôt pour l'avenir du pays.
    Quoiqu'il en soit, notre taxeur avait finit par obtenir gain de cause vu qu'il avait sa clope en bouche, et même un briquet pour l'allumer. Ce qu'il fit avant de le rendre à son ami tout en lançant le défi. Evidemment, Masaru ne serait pas un tel ami s'il n'avait pas cette capacité pour enchérir et rendre les choses davantage intéressante.
    Bien sûr, Keiji ne serait pas Keiji s'il ne s'était pas levé alors qu'il était pété de thune et n'en n'avait rien à foutre de 200 dollars. C'est en avalant quelques gorgées de son verre qu'il avait ensuite reposé dans un bruit sec, qu'il s'était probablement apprêté à s'en prendre une. Et pourtant, c'est un cool du pouce qu'il avait adressé à son ami avant de se rendre vers la première cible de la soirée.
    Et ça n'avait pas loupé .... Etait il vraiment indispensable de parler du son tant attendu ? Un Keiji qui se frottait la joue était suffisant à vous faire comprendre ce qui avait bien pu se passer. Evidemment, il l'avait bien cherché. S'il s'était contenté de demander ! Mais il en avait bien evidemment rajouté. A peu de choses près, sa requête devait ressembler à ça:

    - Excuse moi. T'aurais une photo "before" ? Avec mon collègue, on gère un musée des horreurs. Et on se disait que ce serait cool de mettre ton before en after, dans la partie terrifiante du tour !
    - Pardon ?
    - Ben, au milieu du circuit, y'a le cabinet du Dr Nipoulovitch, un chirurgien esthétique plus du genre Frankeunstein. Et on se demandait si tu faisais pas flipper avant de ...


    Même pas le temps de finir sa phrase, qu'il s'en était pris une, comme on pouvait s'y attendre. En la remerçiant, comme le plus parfait des abrutis, il avait regagné leur table, adressant un sourire à son ami avant de relâcher sa joue:

    - Je mérite au moins 300, et je mise 400 que c'est un homme !

    Sérieux ?
    Sérieux è.é.
    Tirant sur sa cigarette, il avait ajouté dans un air satisfait:

    - Ce qui monte tes dettes à 850 dollars.

    Soyons sérieux Keiji, vous vous payez jamais =.=.
    Ouais, mais faire semblant de parier, c'était plus classe que pas parier du tout. Et puis, il allait pas le mettre à la rue ce pauvre Masaru. Déjà qu'il n'avait pas l'argent pour se payer un costume digne de ce nom, mieux valait ne pas en rajouter à sa ruine.

    - Mais je suis disposé à t'aider pour remonter la pente. Si tu couches avec, jte file les 850 et mon costard en prime !

    Deux abrutis ?
    Ouais, mais deux abrutis qui avaient la classe è.é. Et tant qu'ils avaient la classe, le reste n'avait probablement aucune importance selon eux.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Dim 12 Déc - 23:37

« Don't worry pour mon argent, c'est un costume jetable ! » Un costume jetable ? L’expression sur le visage de Masaru traduit la plus grande exaspération connue par l’homme jusqu’à ce moment précis. En gros, le Yamamoto venait tout juste de briser un record Guinness dans le genre, s’il en existait un bien sûr. « L’homme le plus exaspérant au monde ! » Ça n’aiderait pas sa popularité, à moins qu’il ne donne pas de détails sur la nature de son record… mais ça, Masaru se ferait un plaisir de le faire. Bref, à peine entrés dans le bar que déjà ça sentait la soirée épique, comme toutes celles où ils sortaient ensemble bien sûr. Tout bar prenait énormément de valeur quand ils mettaient les pieds dedans ensemble… c’était bien connu. D’eux-mêmes, du moins. Au moins, Keiji lui offrait le premier verre – même s’il précisait qu’il refuserait de lui offrir un lait grenadine. Les sourcils froncés, Masaru le menaça à sa façon une fois qu’ils furent en possession de leurs verres. « Tu fais ça, je joue à la poupée vaudou avec toi ! » Masaru eut un petit sourire moqueur. « Avec des pics de mini saucisses ! » Mais fronça aussitôt les sourcils, l’air indigné, comme si son intimité avait été violée, serrant ses propres bras autour de son corps afin de se protéger… ou pas.

« Tricheur ! èwé Tu sais que j’aime pas les trucs qui piquent en plus ! »

Lui offrant une cigarette comme un calumet de la paix, Masaru récupéra le briquet qu’il avait prêté à Keiji avant de porter son regard vers la fille – ou pas ? – que Keiji soupçonnait d’avoir de faux… attributs. Et pis franchement, c’était sans doute le cas… et il faudrait quelqu’un pour aller vérifier, maintenant que cette possibilité avait été soulevée, et la seule personne assez brave et courageuse pour ce faire était sans doute Keiji. Ou alors carrément, il ne pouvait faire la sourde oreille à un défi lancé par son acolyte… Regardant de loin l’échange entre Keiji et la demoiselle à forte poitrine, il ne pouvait pas entendre les paroles, mais il se doutait bien que c’était une connerie, puis une autre, puis une autre... jusqu’à ce qu’il s’étouffe avec son breuvage. Franchement, la scène où il se prenait une belle claque en pleine face – la seule qu’il avait compris, de par la distance – était la meilleure. Ne retenant pas ses éclats de rire alors que Keiji revenait, la joue rouge comme si on y avait apposé un fer chaud en forme de main, puis le regarda s’asseoir. « Je mérite au moins 300, et je mise 400 que c'est un homme ! Ce qui monte tes dettes à 850 dollars. »

« Hého, ils sortent d’où les 150 autres dollars ? T’as pas intérêt à me foutre des taxes là-dessus pour pratiquer tes cours de finance, sinon… t’es plus mon ami ! »

… arhem. Il blaguait de toute évidence, mais c’est l’air impassible qu’il prit une nouvelle gorgée de son verre. Cependant, Keiji avait encore un ou deux trucs cachés dans sa manche, il faut croire, parce que déjà il renchérissait avec un défi qui laissa Masaru silencieux pendant un bon moment. « Mais je suis disposé à t'aider pour remonter la pente. Si tu couches avec, jte file les 850 et mon costard en prime ! » D’un, il fallait vraiment être le roi des débiles pour avoir des idées pareilles, et de deux, il fallait être l’empereur de la connerie pour penser que Masaru pourrait accepter un pari pareil. Ou alors était-ce le but ? T’façons, leurs paris restaient toujours sans conséquence et ni l’un ni l’autre n’avait jamais payé le montant gagé alors…

« T’es malade, ma foi, j’aime l’argent mais j’aime encore plus ma dignité quoi… Et pis, je choisis avec qui je couche moi, et mes standards sont élevés. Plus que les tiens du moins. »

Sourire moqueur au coin des lèvres, il profita que le serveur passait près d’eux pour commander deux autres verres, étant donné qu’il avait déjà fini le sien; et qu’il n’avait pas regardé, mais que Keiji avait sans doute terminé aussi. Alors que l’homme s’éloignait, il repéra cependant un petit groupe de filles qui semblaient bien s’amuser sur la piste de danse, verre à la main. Masaru les pointa, puis se tourna dans la direction de Keiji.

« Tu vois, dans ce tas, j’aurais du mal à choisir… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 28
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Sam 18 Déc - 1:19

    - Et pourtant, tu m'aimes ....

    Hein ? Là, il va falloir développer. Tout ceci manquait nettement de précision. D'un autre côté, sans trop savoir pourquoi, on sentait la réplique du blaireau en approche. Après le coup du costume jetable, on ne pouvait s'attendre qu'au pire de toute manière. On se souvenait encore de cette soirée où il avait voulu faire un concours de celui qui gonfle son ballon le plus et que la remarque sur l'anatomie s'était imposée pour lui quand celui de Masaru avait éclaté. Et oui, parfois Keiji pouvait se révéler extrêmement lourd. Mais attention, pas avec n'importe qui ! Pour dire la vérité, il aimait particulièrement l'être avec Masaru ! Masaru, son grand coupain, le meilleur qui soit pour les soirées de ce genre et celui qui offrait toujours le calumet, comme maintenant, en cas de nécessité.
    Mais oublions cette histoire stupide de ballons, surtout qu'ils ont fait bien pire à cette fameuse soirée, pour en revenir à notre fameux moment vaudou. Nous disions donc que nous sentions la réplique du blaireau venir à grands pas. Et vu le sourire qu'abordait le golden boy désormais, on ne pensait pas se tromper. Il n'avait même pas balancé la suite de sa réplique qu'il était déjà fier d'y avoir pensé hein ?
    Tout à fait ! Mais comme on le sait dans le cas de Keiji, la vantardise n'a pas de limites. Quoiqu'il en soit, c'est en recrachant sa fumée vers le plafond qu'il avait finit par balancer la chute:

    - ... alors que je ne manque pas de piquant !

    ...
    Quoi ?
    Non, nous ne donnerons pas de points à cette remarque lamentable qui vient de nous arracher un air désespéré. On ne félicitera pas Clint, on préférait même plutôt lui taper sur les doigts avec une chute aussi stupide.
    Erreur ! La chute n'était toujours pas là !
    Parce qu'il y avait pire ? On peut partir avant =.= ?
    Et un nouveau sourire plus tard, Keiji avait balancé, sans la moindre honte, un magnifique:

    - Oh oh oh !

    Oui, il venait bien d'imiter le père Noël, et non il n'avait pas honte. Mais de quoi peut avoir honte un mec qui jette ses costumes de toute manières hein ?!
    Allez, oublions ce facheux incident et parlons plutôt affaires ! Ou plutôt: fausses dettes. Dans un air choqué, le Keiji avait accueillit la menace de rupture d'amitié. Ce fourbe, il était prêt à l'abandonner au lieu de récompenser sa dévotion à ses études et ....
    Hey ho crétin, on n'y croit pas une seule seconde que tu te dévoues à la finance au point de foutre des taxes !
    Buvant quelques nouvelles gorgées de son verre en agitant la main pour calmer le cupide ami qui se trouvait en face de lui, il l'avait ensuite levé pour appeller le serveur afin qu'il leur fournisse une carte. Ouais, Alfred, c'était facile de le calmer avec un coup dans le nez.
    Cherchez pas les mecs... vous deux ensemble, c'est une sortie d'alcooliques presque à tous les coups !
    Objection votre honneur è.é !

    - T'inquiètes Alfred, c'est juste mes cours qui m'obsèdent ...

    Ahem x.x

    - ... mais parce que jte love on the river down to the window, jveux bien te faire un prix d'ami et te faire cadeau des taxes !

    Keiji, un être normalement constitué qui vient de se prendre une claque... il ferme davantage sa gueule que ça !
    Ouais, mais lui, il avait généralement du mal à la garder fermée en toute occasion, ça datait pas d'hier alors inutile de prendre des airs choqués.
    En revanche, l'air du Clint était nettement plus satisfait. Le Masaru, il pensait à tout. Difficile de se retrouver à cours de boissons en appelant le serveur à tour de rôle, c'est certain ! Il serait également difficile de garder son équilibre, mais on ne doutait pas de leurs capacités en la matière.
    Le serveur de retour avec carte et verres, il lui avait posé son verre vide sur le plateau sans demander avant d'écraser sa cigarette terminée dans le cendrier:

    - Han le menteur O.O ! La dernière fois c'était limite une liliputienne, et encore... même une liliputienne elle peut regarder un tabouret sans le confondre avec l'empire state building !

    Ouais on sait que vous rêvez de le voir se taire, mais ne rêvez pas.
    Se tournant par curiosité au repérage de son ami, il avait rapidement, non sans attention, examiné le groupe de filles qui dansaient. Oui, il l'admettait, Masaru avait bon goût, ils avaient les mêmes à peu de choses près d'ailleurs. Restant silencieux quelques secondes, il s'était de nouveau tourné vers son ami dans un sourire malin qui voulait probablement tout dire... ou probablement dire que des conneries:

    - Pourquoi choisir ? Soit elles s'en foutent et tu peux toutes te les taper. Soit t'es un malin, tu sors avec Sandy en début de soirée, prétend l'avoir perdu quand tu reviens plus tard et sort avec Natasha. C'est le lendemain que tu pleures dans les bras de Pamela !

    Ouais, il avait un problème avec le choix. En éternel indécis, il avait choisit l'infidélité, beaucoup plus simple ! Et si, c'était une bonne excuse !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mer 22 Déc - 6:50

« Et pourtant, tu m'aimes .... alors que je ne manque pas de piquant ! » Masaru jeta un coup d’œil désabusé à son ami, prenant une gorgée de son breuvage comme s’il n’avait rien entendu. Enfin, soyez-en certains, il avait bien compris. Mais la blague était digne de Keiji, et l’aîné savait que s’il réagissait et lui donnait du crédit pour cette blague – quand même marrante il fallait l’admettre, il n’en pensait pas moins – il allait avoir droit à encore plus de blagues pourries par la suite. Enfin, c’était difficile pour lui de retenir son rire; pas parce qu’il n’était pas doué, mais bien parce qu’il avait pitié. Évidemment, quoi de pire quand quelqu’un ne rigole pas la blague qu’on venait de faire… je vous le demande. Mais bon, c’était pour la bonne cause. Et le voilà qui rigolait comme un taré, dans un rire de ténor qui faisait penser au personnage à barbe blanche qui commençait à être d’actualité par les temps frais qui couraient.

« Je t’aime étrangement moins quand tu fais des blagues comme ça… »

Enfin, ce n’était pas vraiment vrai… mais il fallait bien qu’il retombe sur terre, ce petit ! Le sujet dériva ensuite sur les pseudo dettes que Masaru entretenait envers Keiji. Enfin, il ne les paierait jamais, et ça ils le savaient tous les deux, et quand la situation était l’inverse, le Golden Boy ne le payait pas plus. C’était juste pour frimer, pour faire genre ils avaient plein d’argent à dilapider en paris stupides – enfin, Keiji en avait plein à dépenser, pour Masaru c’était autre chose c’est certain. Théoriquement, si on savait compter, les dettes de Masaru devraient s’élever à 700 dollars (oui, ils parlaient encore en dollars, c’était plus classe) mais étrangement, 150 autres s’étaient ajoutés à la facture déjà salée, ce qui avait insulté l’aîné qui criait à la conspiration. « T'inquiètes Alfred, c'est juste mes cours qui m'obsèdent ... ... mais parce que jte love on the river down to the window, jveux bien te faire un prix d'ami et te faire cadeau des taxes ! » Ouais ben même…

« Même, j’ai pas un yen à te donner alors tu te contenteras de ce que je veux bien t’offrir, c'est-à-dire le prochain verre, sans te plaindre. »

Comme de fait, il appela le serveur pour redemander des verres, fidèle à sa parole. Par contre, Masaru aurait dû retenir sa langue sur sa dernière phrase. C’est vrai, il choisissait qui il mettait dans son lit… mais dans une certaine mesure. Disons que lui et Keiji n’auraient peut-être pas les mêmes critères. « Han le menteur O.O ! La dernière fois c'était limite une liliputienne, et encore... même une liliputienne elle peut regarder un tabouret sans le confondre avec l'empire state building ! » Masaru retint un petit sourire gêné.

« Maieuh, elle avait un bon portefeuille… et elle était exactement de la bonne grandeur une fois à genoux, si tu vois ce que je veux dire ;D »

Sur ces paroles loin d’être délicates – et accompagnées d’un clin d’œil exagéré tout aussi pervers – il avait présenté à son ami un petit groupe de filles qui lui avait tapé dans l’œil dès leur arrivée. En les voyant, il aurait eu du mal à choisir, c’est vrai : l’une plus classique, beauté naturelle vêtue de vêtements sobres; l’autre plus jeune, énergique; une autre visiblement plus réservée, mais qui avait déjà enfilé son troisième verre en une demi-heure. Les trois étaient son genre, dans un sens. « Pourquoi choisir ? Soit elles s'en foutent et tu peux toutes te les taper. Soit t'es un malin, tu sors avec Sandy en début de soirée, prétend l'avoir perdu quand tu reviens plus tard et sort avec Natasha. C'est le lendemain que tu pleures dans les bras de Pamela ! » Pas fou, ce petit. Pas étonnant qu’il n’ait pas trouvé chaussure à son pied, s’il continuait d’être aussi infidèle.

« Ouais mais j’aime pas dépenser mon énergie si elles ont que leur corps à m’offrir, tu vois. Quoique, une fois n’est pas coutume… »

Un regard en coin à Keiji, un regard entendu dont ils avaient le secret.

« Tu penses à la même chose que moi ? »

Était-ce donc le moment de ressortir leurs fausses cartes d’affaire de producteurs ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 28
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   Mar 28 Déc - 14:44

Il l'aimait peut être moins quand il faisait des blagues, mais il l'aimait encore moins quand il n'en faisait pas. Comment ça il n'avait aucune logique ?
Vous voulez notre avis sur la question, là où il n'y avait pas de logique, c'était de commander chacun leur tour à intervalle si régulier. Premièrement, le serveur n'allait pas s'y retrouver dans ses comptes. Ouais, on sait, même si Keiji est riche, ça les arrangeait plutôt. Deuxièmement, ils allaient encore terminé bourrés. D'accord, ils en avaient rien à faire. Troisièmement, ça prenait de la place sur la table. Même raison que la deux. En gros, on n'avait juste à se la fermer et à regarder Keiji boire un verre cul sec pour résoudre le problème de place au moment où le serveur venait d'apporter une nouvelle tournée. Posant son verre vide sur la table, il avait tourné la main... ce qui voulait probablement dire "la même chose".
Bref, on ne saurait dire exactement combien de temps il y avait eu entre le vidage de verre, la blague perverse du Masaru, et le moment où ce dernier avait communiqué par la pensée. Et oui, il arrivait souvent que le destin choisisse de mettre deux abrutis sur la même longueur d'ondes au point qu'ils n'aient plus besoin d'user de la parole et puissent être cons plus vite. Que voulez-vous ? La vie est moche !
Keiji n'avait donc pas répondu et s'était simplement levé après avoir terminé un autre verre cul sec. Fouillant dans la poche de sa veste, il avait sortit son portefeuille dans un:

- Amène toi Alfred !

Comment ça vous craignez le pire ? Préparez vous plutôt à avoir une grande démonstration de talent en ce qui concerne la drague. Quand Alfred et Clint forment un duo, on assiste à du haut niveau. A deux, ils sont aussi imbattables que ... Tintin avec son sceptre d'Otokar ! Le premier qui nous accuse d'avoir une culture de merde, on lui envoie Keiji pendant la semaine. On vous l'accorde, si c'est une femme, on a qu'une chose à dire: petite veinarde va !
Ahem, passons.
Les deux s'étaient donc avancés vers leurs proies en mode chasseur de la savane. Et si Masaru ne voulait pas se fatiguer à plus d'une cible, Keiji était prêt à prendre les deux autres. Et oui, c'était beau la générosité, on ne voulait pas faire de malheureuses, uniquement des heureuses. Non, ne nous dites pas que ce type vous désespère.

- Bonsoir mesdemoiselles <3

Ah ouais ? Comme ça ! Même pas de danse à proximité, même pas de regard avant, directement sans prévenir ?
Pas de temps à perdre ! De toute manière, elles étaient déjà complètement amoureuses. Comment résister avec deux physiques pareils. Bon, ok... elles devaient se dire en pensant à Keiji: "Pourvu qu'il me choisisse moi". Mais que la malheureuse qui ira avec Masaru ne soit pas déçu, son ami n'était pas mal non plus !
Quel flatteur, on sait !

- Mon réalisateur et moi ...

Minute, pourquoi c'est Masaru l'employé ? Il est évident que, sans costard, Masaru ne peut pas prétendre à être le producteur. Et puis, il a de la chance de ne pas jouer l'assistant è.é

- ... on n'a pas pu s'empêcher de vous regarder depuis tout à l'heure. On recherche actuellement les trois actrices principales de notre future grosse production, et vous attirez la lumière d'une manière si... splendide.

Non, il n'en faisait pas trop. Et le fait qu'il se colle des lunettes de soleil ? Tous les producteurs se tenaient à l'abris de la foule quand ils s'en approchaient et tentaient de garder ainsi leur identité secrète.
A leurs airs sceptiques, mais néanmoins proche d'être impressionnés, Keiji avait fait un signe de tête, kakkoii comme tous ses signes de tête, à l'attention de Masaru. Ben ouais, c'était à lui de montrer sa carte et de présenter le grand producteur qu'il était. Un producteur s'économisait parce qu'il valait beaucoup d'argent. Keiji valait beaucoup d'argent. Keiji avait soif è.é. Où était donc la table avec les verres ? Que les pouffes se dépêchent de glousser devant leur beauté qu'ils puissent aller boire rapidement !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||   

Revenir en haut Aller en bas
 

Uncle Picsou & Pedro vont au bar ||Masanard||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made in Japan :: 
HAVE A BEER
 :: Les anciens tomes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit