AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 An another night ||Aya-chan||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 29
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: An another night ||Aya-chan||   Sam 4 Déc - 14:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La journée touchait déjà à sa fin. Remarque que déjà, c'était plutôt à un soulagement. Le matin, par un remarquable exploit, il s'était levé à une heure presque raisonnable. Et parce que traîner à la maison ne l'enchantait guère, il avait décidé d'aller en cours. Ouais, on sait, c'était encore possible. Evidemment, on ne vous cachait pas qu'il avait regretté la glande. Si effectivement, il ne s'était pas fait chier tout seul, il s'était fait chier à plusieurs en cours =.=. La prochaine fois qu'il se levait tôt en journée, il irait probablement faire du shopping, ou quelque chose de beaucoup plus fun. Chose qu'il avait d'ailleurs décidé de faire au bout de la troisième heure quand il avait pris ses affaires, soit un simple stylo avec lequel il griffonnait sur la table depuis le début de la journée, en plein cours pour se diriger vers sa voiture. Il avait du passer autant de temps au shopping qu'en cours. Il avait d'ailleurs dépensé pas mal quand cette activité avait été coupé par une voix désagréable dans son téléphone ... son père.
    Poussant un soupir en voyant le nom s'afficher, il avait refermé son coffre en décrochant. S'adossant contre la voiture, il s'était allumé une cigarette, il avait sans doute besoin au moins de ça pour une de ces conversations inutiles qu'ils avaient en général:

    - Keiji, t'as pas oublié ?
    - Non.
    - Alors où es tu ?
    - Pas loin.
    - T'as encore oublié ... dépêche toi de rentrer la maison. Et viens seul cette fois.


    Il n'avait pas eu le temps de répondre que déjà son père avait raccroché. Recrachant sa fumée en l'air dans un soupir, il n'avait pas oublié la raison principale à son envie subite d'aller en cours ce matin, ou plutôt d'éviter la maison. Son père avait décidé de donner une petite soirée en l'honneur de sa nouvelle épouse et de sa charmante fille avec plusieurs amis. Depuis quand il prenait le temps de faire ce genre de trucs à la con lui ? Ouais, il le savait ça n'allait pas durer bien longtemps. Mais pour le temps que ça allait durer, ça le faisait chier d'avance.
    La dernière fois qu'il avait voulu faire un truc de ce genre, Keiji avait sans doute légèrement abusé. Et à ce souvenir, un sourire moqueur s'était dessiné sur ses lèvres. Il s'était pointé en retard, et avec une fille qui n'avait certes pas une grande classe. Quand son père le lui avait reproché en privé, Keiji n'avait pas manqué de lui faire remarqué qu'il faisait à peu près la même chose et qu'il ne faisait que suivre son exemple.
    Cette fois ci, pourtant, il n'avait pas de fille pas très fréquentable à ramener. Raison pour laquelle il était rapidement revenu au mode soupir.

    Sans se presser, il était rentré chez lui et était monté se changer sous les commentaires de son père qui prétendait que Keiji était resté réviser à la faculté avec des amis... mouais, très crédible le coup du gamin bosseur =.=.
    Pour ce soir, le jeune homme était plutôt fier de lui. Il avait tenu le temps remarquable d'une heure et vingt deux minutes avant de sortir sans veste pour se tirer une nouvelle fois dans sa voiture. Sans donner d'explications, bien evidemment. Probable que ça laisserait encore une mauvaise image de lui, mais il s'en moquait pas mal. Voir son père parler pour la, on sait plus combien de fois, de la femme de sa vie, celle qui était la bonne et blabla, avait finit par lui filer la nausée au point qu'il préfère se tirer.
    La neige avait commencé à tomber sur Tokyo, et pourtant ça ne l'avait pas empêché de conduire assez vite, sans doute un peu trop, mais comme dans pas mal de domaines, il se sentait sans aucun doute le plus fort. C'est à un feu rouge qu'il avait respecté, bien que cela nous etonne, qu'il s'était emparé de son téléphone sur lequel il avait pianoté rapidement.


Citation :
T'es encore au boulot ? Je viens te chercher.

    Il n'attendait pas franchement de réponse, il était 20h30, il y avait de fortes chances pour que la demoiselle à qu'il avait envoyé ces quelques mots soit encore au travail. Et puis, si hier il avait planté cette même demoiselle pour sortir ailleurs, ce soir il se sentait capable de lui parler comme si elle n'avait pas réellement le choix. Il l'avouait, parfois, il n'était pas réellement sympa. Sans doute souvent. S'il disait souvent qu'il allait voir Aya pour avoir une demoiselle dont il se rappelait du prénom, ce soir ce n'était sans doute pas vrai. C'était sans doute pour se changer les idées, allez savoir avec lui de toute manière.
    Et si elle lui faisait la tronche ? Il avait bien de quoi compenser la colère d'une femme dans son coffre.
    Quelques minutes plus tard, il freinait brusquement devant le lieu de travail d'Aya. C'est en éteignant le moteur qu'il avait finit par réaliser qu'il n'avait pas pris le temps de prendre une veste et qu'il était en simple chemise et veston. Descendant rapidement de voiture, il avait pris l'un des sacs dans son coffre pour revenir à l'avant. Arrachant l'étiquette d'une veste avec ses dents, il l'avait enfilé avant de lever les yeux vers l'immeuble.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Dim 5 Déc - 20:07

Aya avait passé l'une de ces journées si épuisantes. Il y avait une mythe qui courait sur les mannequins comme quoi ils devaient se lever à des heures impossibles et avoir l'air frais comme une rose, tenir des positions impossibles sans jamais le moindrement bouger et porter des vêtements trop froid dans la chaleur, ou trop léger dans le froid, etc. Personnellement, elle avait rarement eut à subir de tels supplices, les photos modes sur lesquelles elle apparaît étant plutôt simplettes en temps normal. Mais là... ! Non seulement elle était debout depuis quatre heures du matin, mais elle avait porté des vêtements d'hiver dans une température intérieur impossible à maintenant une posture d'équilibre super dérangeante. Il ne manquait qu'un cobra dans le cou, et la pauvre aurait perdu connaissance sur le champ. Mais elle avait enduré sans une plainte. Enfin, c'était pas comme si elle avait le choix. Tu sais bien Aya combien de filles tueraient pour avoir ta place, il en manque pas.

Elle prenait donc sur elle et endurait, son ventre gargouillant de faim tant le temps pour une pause manquait. Bientôt la torture toucha à sa fin, et Aya poussa un grand soupir de soulagement, se débarrassant de quelques morceaux de tissue, couche par couche. Il était temps ! Son agent passa à côté d'elle, bref caresse sur les fesses avec un simple « pas trop mal Aya » qui lui fit grincer les dents. Elle remercia et salua le reste du staff avant de se diriger vers sa chaise sur laquelle elle avait posé son sac et ses trucs. Saisissant une serviette qu'on lui tendait, elle la passa contre son visage en sueur dû à la trop grande concentration de chaleur qu'elle avait dû affronter, jetant un coup d'oeil à ses messages. Deux nouveaux. Elle se dirigea vers sa boîte de réception. Shohei qui avait envie de faire du shopping un jour cette semaine, et... Keiji ? Elle plissa le nez en souvenir du lapin qu'il lui avait posé la veille, que pouvait-il déjà lui vouloir aujourd'hui ? Elle ouvrit le message, fortement surprise d'y lire qu'il arrivait à son travail. Elle vérifia l'heure. C'était il y a cinq minutes.

Bien qu'elle rage un peu vu la tête qu'elle faisait après toute cette souffrance, elle ne pouvait s'empêcher de s'emballer comme une idiote juste à savoir qu'il serait là, devant elle, dans quelques instants. La pauvre, elle n'était plus une ado' , elle devait bientôt arrêter tout ça, si seulement elle en avait le moindrement le contrôle. Ah mais pas de temps à perdre ! Elle leva la tête vers la glace qui se trouvait à quelques mètres d'elle et grimaça. Impossible de faire des miracles avec ce visage tout rouge et du maquillage si épais qu'on pouvait presque le voir couler sous la chaleur par grosse couche.

Sa première réaction fut de se démaquiller, ce qui la soulagea d'un poids énorme et la rendait déjà moins... carnavalesque. Mais une douche s'imposait, et si ça se trouve Keiji était déjà arrivé. Elle s'empressa donc d'y répondre
:

Citation :
Oui. Je descends dans cinq minutes.

Elle pouvait bien se permettre de le faire attendre vu le coup qu'il lui avait fait hier. Mais elle ne comptait pas taper du pied et lui faire une scène en sortant le fameux discours de je-ne suis-pas-une-fille-à-qui-tu-peux-le-faire-j'ai-du-caractère-regarde-moi-faire-je-vais-même-t'ignorer-maintenant. Ça sonnait si hypocrite. D'autres diraient qu'elle se joue la femme soumise simplement pour être au bras de Keiji. Aya, elle, se contentait de jouer avec l'honnêteté. Ah oui, elle se considérait en quelque sorte bien chanceuse d'avoir droit à quelques rendez-vous avec Keiji. Et pour le moment c'est plaisant. Elle n'accepterait pas non plus un million de lapins. Elle avait été blessée, vexée, et décue, et elle comptait y en faire part, comme ça venait. Et dans son cas, ce n'était pas un volcan sur le point d'exploser qui l'habitait.

Cinq minutes chrono pour prendre une douche, mettre des vêtements frais et... non pas le temps de se maquiller et de se coiffer, Keiji devra faire avec une Aya pas aussi bien mise qu'à l'habitude. Il survivra le petit coquelicot non ? Elle se précipita donc vers la salle de bain du studio et entreprit une douche rapide et efficace suivit d'un habillage excessivement rapide pour finalement refaire face à la glace. Bon... C'était déjà mieux. Pas nécessairement une Aya sexy et rayonnante, mais une Aya quand même. Il ne restait que son sac, et elle était déjà prête à franchir les portes de l’ascenseur pour arriver dans le hall.

Tandis qu'une main tenait son sac, l'autre jouait nerveusement avec une mèche de cheveux. Elle ne craignait pas que Keiji la repousse par snobisme, elle n'arrivait pas l'imaginer faire une telle chose, mais c'était une nervosité qu'elle ressentait chaque fois qu'elle s'apprêtait à le voir. Une vraie gamine qui se retrouve devant son premier amour pourrait-on croire.

Bien qu'il y avait un tas de voitures de luxe devant l'immeuble, elle repéra vite celui de Keiji. Non. Elle avait reconnu Keiji avant la voiture en fait, nuance. Et elle s'y dirigea, la tête plus basse qu'à l'habitude, quelque peu honteuse de son regard fatigué, ses cheveux qui commençait à vaguer beaucoup plus intensément que les japonais habituels, dû à ses origines panaméennes qu'elle devait à son inconnu de père, et son look qui supposait un grand empressement. Bref, elle n'était pas aussi coquette qu'à l'habitude, et surtout pour Keij, près de qui elle arriva.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 29
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Dim 5 Déc - 23:57

    Quelques secondes plus tard, son portable avait sonné lui indiquant qu'il avait un message. Fouillant dans sa poche, il avait sortit l'appareil pour lire les quelques mots d'Aya. Il n'avait pas soupiré, bien qu'il ne semblait actuellement pas d'humeur à attendre. Posant son téléphone à côté du levier de vitesse, il n'avait pas pris la peine de répondre. Elle ne tarderait pas, il le savait. ça aurait été pire si elle lui avait annoncé qu'il avait déjà terminé. Allez savoir pourquoi, il avait décidé de la voir ce soir et pas hier après tout. Etait-ce simplement parce qu'il ne voulait pas être seul ? Pourquoi ne pas se servir d'une jeune femme inconnue qu'il rencontrait dans un bar ce soir alors ? Parce que ce soir, il avait sans doute besoin de connaître son prénom.
    Certes, c'était prendre un risque. Il n'avait pas spécialement envie de laisser Aya le connaître. Ce soir, elle pourrait sans doute en apprendre plus s'il lui en laissait l'occasion. Mais c'était à lui de ne rien dévoiler après tout.
    Fouillant une nouvelle fois dans sa poche, il avait tiré son paquet de cigarettes pour en griller une. Rien de mieux à faire en l'attendant. Relevant à nouveau les yeux vers l'immeuble, la question de savoir si elle allait oui ou non lui piquer une crise pour la veille lui avait effleuré l'esprit. Ce n'était sans doute pas le moment de lui prendre la tête et il serait capable de répondre qu'il était assez sympa pour passer la voir le lendemain en bon goujat.
    Balançant son briquet à l'arrière, il avait attendu des pas se rapprocher de sa voiture. Sortant de cette dernière aussitôt, il avait identifié Aya qui se rapprochait et c'est sans un mot qu'il avait fait le tour de la voiture pour lui ouvrir la portière afin qu'elle puisse monter. Ouais, il avait beau ne pas être cool la plupart du temps, il n'en restait pas moins un gentleman qui avait appris des règles qui faisaient pousser des "kakkoii" aux demoiselles fans de dramas.

    Reprenant sa place derrière le volant, il avait finalement tourné les yeux vers elle. Sans afficher un sourire, il l'avait regardé quelques secondes. Elle avait l'air plutôt fatiguée, elle était moins soignée que d'habitude, mais elle restait jolie, il fallait le reconnaître. Aya était une femme belle, même naturellement. Et pourtant, il ne lui avait pas fait remarquer. Vu qu'ils se voyaient régulièrement, il aurait pu au moins lui adresser quelques compliments, ou lui présenter quelques civilités, mais il avait simplement détourné les yeux pour fixer l'extérieur silencieusement.
    Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'il avait reporté son attention sur la demoiselle pour replacer l'une de ses mêches de cheveux. Elle le prendrait sans doute comme un reproche pour son apparence moins bien soignée, mais il l'avait fait sans y penser. En fait, ça aurait presque pu passer pour un geste tendre s'il n'avait pas rajouté:

    - T'as l'air fatigué.

    Ouais, vous pouvez penser qu'il n'était pas sympa. Et pourtant, il l'avait pensé qu'elle restait jolie. Au lieu de se rattraper en le lui disant, il avait trouvé préférable de lui dire:

    - Tu m'embrasses pas ?

    Keiji ou le mec à qui tout était dû.
    Aya et lui se voyaient régulièrement depuis quelques temps, et son attitude n'aidait sans doute pas pour avoir l'air d'un couple comme les autres. En même temps, ils n'étaient pas un couple non ? Il ne faisait rien pour arranger les choses, et n'en n'avait pas envie. Malgré tout, ce soir, il avait eu envie de la voir.
    Aya était le genre de femme qu'un type comme lui pouvait voir plus souvent que les autres. Et autant vous dire que c'était un genre plutôt rare à ce qu'il sache. Il lui arrivait même parfois d'avoir du mal à comprendre pourquoi elle tenait à le revoir. Il en faisait exprès de ne pas créer des liens, et il avait l'impression qu'elle cherchait plutôt à comprendre pourquoi que de s'en formaliser.
    Relâchant sa mêche dans un sourire amusé, il avait ajouté sur un ton taquin:

    - Tu me fais la tête pour hier ?

    Jetant sa cigarette par la fenêtre, il n'avait pas tardé à ajouter:

    - J'ai pas pu me libérer. Mais je viens te voir ce soir non ?

    Parce que ça l'arrangeait ?
    ça va, elle n'était pas obligée de savoir que sa journée n'avait pas été la meilleure du monde. Et puis, elle avait l'air d'avoir passé une journée stressante elle aussi. Il était inutile de passer en mode confidences. C'était le genre de trucs cons que faisait toujours Junpei avec sa copine ça ! A l'heure actuelle, Junpei aurait probablement raconté la moitié de sa journée devant une Miho qui hochait la tête en lui caressant les cheveux, ou un truc dans le genre. Pitié, ces deux là vivaient dans un drama vingt quatre heures sur vingt quatre.
    Sa tête adossée contre l'appui tête, il avait fait remonter sa vitre. Si elle lui faisait réellement la tête, plutôt que de trouver ce que Junpei ferait dans cette situation, il lui offrirait l'un des trucs qu'il avait acheté aujourd'hui. Il avait sa technique, Junpei avait les siennes è.é.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Lun 6 Déc - 7:58

Aya salua vaguement d’un signe de tête le jeune homme alors qu’il contournait la voiture pour lui ouvrir sa portière. Entre eux, il n’y avait jamais eu de flaflas maniérés. Mais pas non plus de manques de respect, par chance. C’était un milieu neutre que n’importe quel témoin ne saurait comment interpréter. S’agissait-il d’un couple ? De connaissances ? De parents ? De collègues ? On n’en savait rien et eux ne laissaient rien paraitre.

Aya s’installa côté passager, posant son sac sur ses genoux et laissant son regard se diriger vers l’extérieur tandis que Keiji prenait également place de l’autre côté. Elle aurait pu dire quelque chose, mais pourquoi le faire. Il était celui qui avait initié la rencontre sans en donner les raisons et qui lui avait, sans rancune, tout de même posé un lapin la veille. Jamais toutefois, elle ne pensa que sa réaction pu laisser croire au GB qu’elle faisait la tête, ça ne lui était même pas passé par l’esprit. Elle sursauta légèrement en sentant le contact du jeune homme qui replaçait une mèche de ses cheveux. Évidemment, elle devait avoir une crinière assez ébouriffée avec l’humidité de la douche et l’empressement. Un regard légèrement intimidé vers Keiji dû lui faire comprendre à quel point elle ressentait un malaise d’être si peu bien mise.


Keiji : « T'as l'air fatigué. »

En plus ! Bien sûr qu’il le remarquerait, ça devait sauter aux yeux. Elle ne s’en vexa pas. Pas plus que toutes les autres fois où elle s’était fait la plus belle seulement pour lui et qu’il n’avait jamais fait l’effort de la complimenter. Ah ! Elle ne s’en était jamais soucié. On pouvait bien dire qu’elle était prétentieuse, mais Aya se considérait tout simplement bien informée de la chance qu’elle avait d’être de ces beautés naturelles qui mises en valeur, en deviennent jusqu’à être éclatantes. Pourquoi jouer les innocentes quand on se le faisait rappeler si souvent ? Bon, pas par Keiji, mais les autres compensaient bien, et Aya ne se doutait pas qu’il n’en pensait pas moins. De toute façon, elle redoutait le jour où il la complimenterait enfin; elle se mettrait forcément à rougir d’une teinte complètement ridicule qui ne ferait que démontrer un peu plus encore au jeune homme à quel point elle était impuissante face à lui. Un pathétisme vivant, qu’elle deviendrait.

Keiji : « Tu m'embrasses pas ? »

C’était bien lui, ça, de lâcher une demande aussi directe, qui se devait d’être aussi romantique et mignonne que sensuelle, mais sur un ton des plus platoniques que l’on pouvait imaginer. N’en restait pas moins que personne ne pouvait rester indifférent face à cette demande sortie de…ses lèvres que l’on mangerait volontier tant elles étaient tentantes. Elle n’avait même pas eu le temps de se remettre de la surprise de la demande que déjà l’accusation venait :

Keiji : «Tu me fais la tête pour hier ? »

Et la réponse devint immédiate dans sa tête mais elle dû gober une excuse pitoyable de Keiji qui disait n’avoir pu se libérer. Bien sûr. Un faible sourire en coin se dessina sur les lèvres d’Aya tandis qu’elle secouait doucement la tête de gauche à droite.

« Oh, Keiji ! Pas de mauvaises excuses. Je préfère rien du tout plutôt que ça. »

Ce n’était après tout pas un secret qu’Aya n’était pas une priorité dans la vie du jeune homme, et elle se doutait qu’il avait souvent bien mieux à faire que de sortir avec elle, mais que tant qu’elle n’était pas trop loin, elle était plutôt pratique. Si elle se sentait utilisé ? Non. Le jour où le respect ne règnerait plus, le jour où elle n’aura plus le droit de mettre les points sur les i sur ce qui lui déplaît, oh oui, elle s’avouera enfin un bon outil pour le Golden Boy. Elle haussa une épaule et se contenta de dire, d’une petite voix qui semblait tout juste apprendre à savoir s’affirmer :

« J’étais déçue, je t’avoue. Oh, et vexée, c’était mon premier lapin tout de même ! J’espère juste que c’était une histoire d’une fois. »

Elle s’approcha alors de Keiji, sa main glissant sur sa joue avant de venir y déposer un bref et rapide baiser, tel que demandé un peu plus tôt. Vraiment, celui-là, il n’avait jamais dû se faire refuser quoi que ce soit. Et les quelques personnes ayant osé, ne le faisaient que pour susciter son attention d’une façon qu’ils croyaient plus originale. Quelle vie ! Elle s’était bien souvent demandé s’il ne valait pas mieux pour elle d’en rester loin plutôt que de s’y brûler les ailes mais apparemment, on, ou du moins elle, n’avait aucun contrôle sur ce genre de chose. C’est la nature qui devient alors plus forte que tout.

« Alors que me vaut l’honneur de ta compagnie ce soir , Keiji ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 29
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Lun 6 Déc - 22:16

    Un sourire amusé sur les lèvres, il avait détourné les yeux. C'est vrai, il aurait mieux fait de se la fermer. Il avait oublié qu'avec Aya ce genre d'excuses ne marchait pas. Et pourtant, elle était là quand même. Quand on vous disait qu'elle était différente des autres femmes qu'il côtoyait. Celles qui finissaient par comprendre qu'ils mentaient lui tapaient tout de suite une crise de jalousie. Pourtant, les trois quart du temps, il avait tendance à être honnête. Il ne promettait rien, pas de longue relation, de dîner aux chandelles et les choses étaient claires quand ils étaient amenés à se revoir. Aya savait très bien qu'il n'avait rien d'un couple si on respectait la définition à la lettre. Et elle respectait cette condition en ne le boudant pas ce soir.
    Pas besoin de cadeau donc ? Pas sûr. Après tout, s'il avait tendance à toujours acheter des cadeaux pour les femmes, au cas où, sans penser à l'une d'elle en particulier, celui qui se trouvait dans son sac, il l'avait acheté en pensant à elle. Dans ce cas précis, il lui revenait de droit.
    Malgré sa mauvaise humeur de la soirée qu'il cachait jusqu'ici, il avait retenu la réponse qu'il aurait pu sortir dans ce cas. Evidemment que c'était une histoire d'une fois, il avait déjà oublié son prénom après tout. Mais ici, Aya ne parlait très certainement pas de ça. Et plutôt que de lui mentir une seconde fois en lui promettant quelque chose, il se contenterait de ne pas commenter cette partie là.
    Elle s'était approchée pour l'embrasser finalement, et sa main avait retenu le menton de la demoiselle quand elle avait fait un mouvement pour la reculer. Quelques secondes, il l'avait regardé dans les yeux dans un sourire malin avant que ses lèvres ne se déposent sur celles de la demoiselle. Relachant son menton pour laisser sa main glisser dans le cou de la demoiselle, il l'avait finalement pressé contre sa nuque. Une manière plutôt osée de la saluer après lui avoir posé un lapin ? Non, pour lui, il ou elle lui devait un échange plus passionné. Echange qu'il avait terminé quelques secondes plus tard en effleurant ses lèvres de son pouce. C'est en reculant son visage qu'il avait finit par répondre:

    - La prochaine fois, je choisirai donc le silence.

    Après avoir adossé son coude contre la fenêtre, posant sa tête contre celui ci, il avait regardé la route une longue minute sans rien ajouter de plus.
    Pourquoi il était là ce soir ? C'était une excellente question à laquelle il ne savait pas trop quoi répondre. En fait, il l'ignorait lui même. Il aurait pu aller voir l'un des Golden Boys pour se changer les idées, Junpei était particulièrement doué quand il s'agissait de se vider le crâne. Il aurait pu aller en boîte draguer la première femme qu'il aurait mis dans le lit d'un hôtel de luxe avant de l'abandonner là. Il aurait pu faire tellement de choses. Mais c'était avec elle qu'il avait eu envie de se changer les idées semble t'il ce soir.
    Evidemment, lui sortir qu'il était probablement là parce qu'il n'avait pas le moral, qu'il connaissait son prénom et qu'il avait besoin d'affection... ça n'allait pas lui plaire. En sachant qu'il lui avait déjà posé un lapin la veille, elle méritait qu'il se montre plus sympa que son moral ne le voulait.
    Répondant finalement d'un sourire, il s'était penché à l'arrière de la voiture pour se saisir du sac pris dans le coffre quelques secondes plus tôt. En sortant un sac plus petit, provenant visiblement d'une bijouterie Tiffany, il le lui avait tendu. Il contenait une boîte qui contenait elle même des boucles d'oreille en or blanc tombantes. Elles étaient certes hors de prix, sans doute un peu sophistiquées, mais avec une certaine simplicité qui lui avait rappelé le naturel de la demoiselle.

    - J'ai pensé que ça te ferais plaisir.

    Evidemment, ce n'était pas son but premier que de venir lui offrir un cadeau. Mais un mensonge n'était pas un mensonge quand la forme de sa phrase ne mentait pas. Question de logique d'un charmeur, ne cherchez pas à comprendre, des années d'expérience.
    De même, un charmeur ne s'attardait pas 30 000 mille ans à vanter son cadeau. En règle générale, il avait l'air d'offrir une bricole et passait rapidement à autre chose. Tout comme Keiji actuellement qui avait demandé:

    - T'as mangé ? Qu'est-ce qui te ferais envie ?

    Et oui, il supposait également sans réponse qu'elle n'avait pas eu le temps de manger. Mais pour le coup, rien à dire, il visait juste. Il était facile de deviner qu'elle n'avait pas eu le temps de prendre un repas de toute manière. ça n'avait rien d'un exploit.
    Et sachez le, il avait beau être un playboy, on ne pouvait pas dire qu'il traitait réellement mal une femme pendant le temps qu'il la fréquentait. Il n'appartenait donc pas à la catégorie de playboy qui ne faisait aucun effort sur la forme et rentrait directement en matière, si l'expression était juste. Il se vantait de faire passer un moment agréable aux femmes, il ne mentait pas. Même s'il ne pouvait pas mentir sur le fait qu'il fréquentait rarement les mêmes femmes.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Mar 7 Déc - 4:08

De quel droit pouvait-elle piquer une crise de nerf contre Keiji qui ne lui avait posé qu’un lapin, une seule fois ? Ça arrivait à n’importe qui et Aya ne voyait pas trop où cela pouvait mener de toute façon. Sa mère était très forte lorsqu’il s’agissait de crise, ce qui faisait en sorte que la jeune femme avait bien vite appris que c’était la technique la plus efficace pour agacer les gens et les faire fuir en courant. On en tirait rarement quelque chose de bon, mais elle devait avouer que parfois c’était nécessaire. Après tout, c’était dans ce genre de moment que l’on voyait les faiblesses de l’autre et surtout, que l’on parlait avec son cœur, même si nos paroles dépassent souvent notre pensée dans ce genre de situation. Et le boudage quant à lui, c’était de la pure manipulation, tout simplement. Ça aussi elle l’avait vite appris. Elle ne releva pas le fait qu’il n’avait pas commenté sa demande indirecte à ne plus se faire poser de lapin. Signe, probablement, qu’il aurait tendance à recommencer. Pas nécessaire de poursuivre en l’accusant à l’avance des fois futures. Elle verrait bien en temps et lieu, et elle ne voulait surtout pas prêter de mauvaises intentions à Keiji. S’il en avait blessé plus de quelques unes, elle ne doutait pas que malgré ce Heartbreaker se trouvait autre chose. Du moins, elle osait l’espérer vu l’attirance qu’elle avait pour lui et le nombre de chances qu’elle avait de se retrouver dans le même état que toutes les autres.

Alors qu’elle venait de déposer un rapide baiser sur la joue du jeune homme, elle tenta de reprendre sa place mais ce dernier l’en empêcha, à son léger amusement. Vu le sourire qu’il arborait, elle n’avait pas à cherché bien loin pour savoir ce qu’il manigançait que bien vite elle sentit ses lèvres contre les siennes. C’était toujours aussi agréable, et peut-être même plus encore, devait-elle s’avouer. Un faible frisson la parcouru en sentant la main du GB glisser dans son cou. Comme elle aurait aimé être indifférente à ce genre de contact, pouvoir résister plutôt que de succomber à chaque fois et de toujours avoir à affronter ce sentiment d’impuissance, et quasi de soumission qui la faisait rager de haine et de plaisir à la fois.

Se remettant tranquillement du baiser, elle reprit sa place initiale, ses mains serrant instinctivement son sac un peu plus fort qu’à l’habitude.

Keiji : « La prochaine fois, je choisirai donc le silence. »


Elle aurait bien pu répliquer quelque chose. Un truc bien juteux déjà préparé à l’avance pour en mettre plein la vue au jeune homme qui le mettrait au pied du mur; à savoir qu’il prévoyait donc une prochaine fois. Mais non, elle, elle n’avait rien de prévu et ne voulait surtout rien répliqué. Pas tout de suite, c’était inutile. Elle se contenta donc de rouler les yeux avec un haussement d’épaule. Même si elle lui mettait une laisse au cou, là, ce soir, à quoi ça rimerait ? Quelle satisfaction aurait-elle ? Ce n’est pas un chien à dompter qu’elle se cherchait. Mais ce n’était pas non plus un cœur brisé et des pleurs. Mais ça, seul le temps le lui montrera.

Il est vrai que Keiji avait pu faire mille et une autres choses plutôt que de venir la voir ce soir. Un privilège ? Ô certes, elle était une petite chanceuse d’avoir une place dans les contacts de son portable, mais jamais elle ne considérerait comme un fait qu’il puisse se comporter comme un bâtard juste parce qu’il était l’un des jeune hommes les plus convoités de l’élite de Tokyo. Du moins, elle se le répétait très souvent pour ne pas l’oublier et flancher à la moindre occasion. Lui non plus ne voulait pas d’un chien, elle en était sûre. Elle avait presque eut le temps de se perdre complètement dans ses pensées qu’un petit sac atterri sur ses genoux. Un sac de la boutique Tiffany. Elle leva un regard interrogateur vers Keiji qui répondit à son questionnement par un : « J'ai pensé que ça te ferais plaisir. ». Le choc. Y avait-il vraiment pensé ou bien l’avait-il pris pour une femme, peu importe laquelle il s’agissait ? Ou alors…

« C’est pour te faire pardonner ? »

Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle reposait son regard sur le petit sac.

Keiji : « T'as mangé ? Qu'est-ce qui te ferais envie ?»

Elle ignora complètement la question du jeune homme, beaucoup plus absorbé par le présent que par de la nourriture. Technique ratée de Keiji pour passer à autre chose et peut-être éviter un malaise. Quoi que de l’imaginer lui, mal à l’aise, semblait bien trop impossible. Enfin. Le sac venait en premier. Tiffany. Une merveilleuse bijouterie dans laquelle elle faisait toujours du lèche-vitrine sans jamais pouvoir s’y offrir quoi que ce soit. Beaucoup trop dispendieux, elle ne pouvait se permettre un tel luxe. Et puis jamais elle n’achèterait là pour une soirée et retourner la marchandise le lendemain matin, qu’elle honte. Elle devait même s’y être mérité le surnom de la « pauvre-fille-qui-vient-chaque-semaine-simplement-fantasmer-sur-tous-ces-petits-bijoux ». Ses doigts mourant d’envie d’ouvrir le paquet, elle se laissa tenter. Non, elle ne lui servirait pas une phrase du genre : « Oh ! Tu n’aurais pas dû ! » ou encore « Ah ! Keijiiiiii ~ c’est trop, coquiiiiiin ~ ». Elle en sortit une petite boite délicate et l’ouvrit sans hésitation.

« Keiji ! »

Sous ses yeux, une paire de boucle d’oreilles en or blanc, toute simple mais si élégante lui coupa le souffle. Elle ne savait toutefois si c’était pour sa beauté ou plutôt parce qu’elle avait la vive sensation qu’il avait effectivement choisit ce cadeau là pour elle et elle seule. Après tout, pour une femme qu’il connaissait à peine, il aurait probablement choisit un truc bien brillant et tape-à-l’œil, et non pas cette jolie paire toute simple qui rappelait fortement le genre de bijoux qu’Aya même portait, en… cent fois moins dispendieux, on s’entend. Elle leva un regard brillant vers son chauffeur avant d’impulsivement glisser un bras autour de son cou pour l’attirer légèrement vers elle et poser un deuxième baiser contre sa joue.

« Oh oui, je te crois que tu as dû y penser ! »

Mais immédiatement après, son attention retourna vers les bijoux dont elle se saisit, abaissant son parasoleil sur lequel se trouvait un miroir pour qu’elle puisse admirer l’effet que les boucles apportaient. Un sourire ravie aux lèvres, elle se débarrassa de la paire d’anneaux bon marché qu’elle portait pour les remplacer par son cadeau. Satisfaite du résultat, elle se permit enfin de revenir sur la précédente question de Keiji qu’elle avait mise de côté le temps nécessaire.

« Je meurs de faim. »

Et comme si son estomac avait reçu cette phrase comme un signal à se faire entendre, un léger gargouillement se fit entendre qui fit subtilement rougir Aya. Toute la journée elle n’avait eut qu’une envie; manger mexicain. Ils se faisaient rares à Tokyo, les restaurants mexicains car peu de gens en étaient fan et elle doutait que ce soit le cas pour Keiji. Mais il lui avait bien demandé ce qui lui faisait envie non ? Elle lui répondrait donc en toute honnêteté plutôt que d’essayer de trouver un truc qui plairait aussi au jeune homme autant qu’à elle.

« Je veux manger mexicain…Au El zaziumm ! Ils font les meilleurs enchiladas Maria Isabel. »

Elle avait dit le tout avec un accent mexicain fort travaillé que sa mère utilisait souvent depuis qu’elle était toute petite. Keiji pour elle, un cadeau pour elle et pensé, de toute évidence, pour elle, et un bon plat mexicain… On pourrait tenter ce que l’on voudrait, rien ne pourrait alors faire disparaître le sourire qu’Aya avait sur ses lèvres à ce moment.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 29
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Mar 7 Déc - 23:17

    Le sujet du plantage d'hier avait, semble t'il, était clos plus rapidement qu'il ne l'aurait du normalement. Il ne pouvait pas dire que ça ne l'arrangeait pas. Après tout, il n'était pas d'humeur à se prendre la tête pour ça. Et puis, il se serait sans doute demandé s'ils n'étaient pas devenus trop proches pour qu'elle se mette à lui reprocher longuement ce genre de choses. La conversation se serait probablement terminée par un Keiji qui aurait répliqué qu'ils n'étaient pas en couple de toute manière. Evidemment, ça n'excusait en rien de planter quelqu'un, là dessus elle n'aurait pas eu tort, mais la réaction de la jeune femme aurait été de quitter la voiture, ou d'en revenir au même point que maintenant... parler d'autre chose.
    S'ils se voyaient toujours, s'il ne s'arrêtait pas à maximum trois fois comme avec les autres, c'était en partie parce qu'elle ne se montrait ni chiante, ni envahissante. Evidemment, en bon superficiel qu'il était pour les femmes, il la trouvait très jolie, il userait plutôt du mot ravissante la concernant. Et elle était en même temps simple et pas prétentieuse pour un sou. Il y avait sans doute pas mal de raisons à fournir, mais ce n'était pas le moment. Et puis, qui sait, à force d'en fournir, il se dirait peut être qu'ils devenaient proches tout compte fait et qu'il valait mieux couper les ponts. Comme c'était actuellement, c'était tout simplement parfait. Sans questions, sans prises de tête et en toute liberté.
    N'ajoutant donc rien d'autre sur le sujet en commentant le haussement d'épaules, il avait reporté son attention sur la neige qui tombait toujours dehors alors qu'elle ouvrait son cadeau. Toujours aussi sûr de lui, il savait probablement d'avance que le cadeau allait lui plaire. Il n'était pas obligé de lui en faire, il aurait pu lui tendre le premier truc acheté aujourd'hui, mais elle avait le droit à quelque chose de différent des autres, même si c'était en partie parce que ce bijou était fait pour elle et qu'il n'avait pu l'acheter que pour elle.

    Quand elle avait parlé, il avait abandonné la situation météorologique du regard pour le poser sur elle. Répondant à son sourire par la même expression, il avait ensuite simplement secoué la tête, se passant d'un "il faudrait déjà que tu me fasses la tête" ou encore d'un "j'avais juste envie de te l'offrir". Son sourire s'était élargit lorsqu'elle avait écarté sa question d'un silence et d'une entière concentration sur le présent. Quelque part, elle avait le mérite de l'avoir mis de meilleur humeur en quelques secondes. La réaction naturelle et joyeuse de la jeune femme avait le mérite de lui faire oublier sa journée complètement inutile ou carrément pourrie. Elle n'en faisait pas trop, Aya exprimait simplement sa joie naturelle, sans en rajouter comme les jeunes femmes avides ou les gamines de riches qui avaient été élevées pour trouver un bon parti.
    Finalement, ils n'avaient jamais eu le temps de discuter de leur vie respective, bien qu'il soit légèrement curieux à ce sujet. Sur Aya, il pariait plusieurs choses comme le fait qu'elle ne venait très probablement pas d'un milieu aisé. Il aurait même été jusque pauvre s'ils avaient joué aux devinettes.
    Sans le laisser paraître, ce baiser impulsif l'avait sans doute légèrement surpris. Avouons le, il ne pensait sans doute pas lui faire autant plaisir. Amusé par sa réaction, un sourire était revenu quelques secondes plus tard. L'atmosphère s'était très nettement détendue, et alors qu'il avait ouvert la bouche pour lui répondre quelque chose, elle avait finit par lui avouer sa faim, confirmé par un gargouillement. Spontanément, il s'était mis à rire avant de secouer la tête comme pour chasser cet éclat franc. Son ton était cependant toujours rieur lorsqu'il avait finit par commenter d'un:

    - Je veux bien te croire moi aussi

    Qu'elle mourait de faim ?
    ça ne faisait plus l'ombre d'un doute.
    Démarrant le moteur à sa suggestion du mexicain, il s'était contenté d'hocher la tête avant de quitter sa place. Manger épicé lui allait très bien à lui aussi. En même temps, "qu'est-ce que ne mangeait pas Keiji ?"était la question que devait se poser la plupart des Golden Boys. Il ne manquait pas d'apêtit et avait miraculeusement échappé au dîner ultra chiant de famille. Le mexicain avec Aya ? Dîner de famille ultra-chiant ? Pas besoin de réfléchir bien longtemps.
    Conduisant de la même manière qu'à l'aller malgré la neige, il n'avait pas semblé être gêné par le mauvais temps. D'ailleurs, plutôt que de stresser sur la route comme la majeure partie des gens en cas de neige dans les pays qui n'y étaient pas si habitués que ça, il avait repris la conversation là où elle avait été laissé par le naturel de la demoiselle:

    - Je savais qu'elles t'iraient bien.

    Traduction pour les non Keiji ?
    ça devait probablement donner un compliment comme "t'es jolie avec" ou quelque chose dans ce style. Mais passons, il se souciait rarement de l'interprétation de toute manière, sauf en cas de collement intensif d'une femme. Puisqu'ici ce n'était pas son cas, il s'était même permis de rajouter, sans la moindre méfiance:

    - Tu peux tout porter de toute manière.

    Traduction again ?
    Probablement: elle était jolie avec n'importe quoi.
    Allez, on vote pour ce choix. Il nous plaisait bien ! Un Keiji qui fait des compliments à une femme déjà séduite, ça se note.
    On n'était pas au point qu'il la remercie pour sa compagnie, ou de lui changer les idées, ou de se mettre à faire des confidences, mais elle avait réussit à le dérider un peu. Oui, alors qu'à la base elle était sensée être celle qui boudait, mais ne cherchons pas de logique là où il n'y en avait pas, ce serait une totale perte de temps. Concentrons nous plutôt sur la route qui menait au mexicain qui ne tarderait certainement pas à se terminer à cette allure. Mais bon, Aya avait faim, faisons donc avec urgence. Excuse comme une autre à sa conduite ? Tout à fait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Mer 8 Déc - 20:17

Aya ne s’était jamais posé la question, à savoir si oui ou non entre Keiji et elle il y aurait, un jour, un peu plus que ce qui se trouve déjà là maintenant. Elle détestait prévoir, s’imaginer des choses, et surtout affronter une déception. Elle laissait le flot du temps faire son travail, et jusqu’à maintenant, cela ne lui avait-il pas mérité une place un peu plus particulière que bien d’autres femmes dans la vie du jeune homme ? Ah, certes, elle se donnait un peu de mérite aussi, s’imaginant bien que par nervosité ou envie de plaire, les autres femmes gâchaient surement tout le charme qu’elles avaient – car bien sûr, chaque femme a son propre charisme, c’est bien ce qu’on lui avait appris dans son agence. Autrement, elle n’aurait sûrement rien de plus qu’une autre mais son naturel easy going l’aidait à ne pas se perdre pour peu importe quel garçon. Et c’était plus ou moins volontaire mais surtout inné, elle devait l’avouer.

Bien qu’elle ne se créait pas de fausses illusions quant à « leur » futur, elle n’en restait pas moins plutôt confiante. Si tout allait aussi bien que maintenant, et que les raisons pour lesquelles elle avait succombé à son charme restaient, pourquoi laisser tomber ? Ah, peut-être que l’autre parti en avait pas envie, de l’attachement, de la fidélité, et surtout, des complications. Mais Aya n’avait aucun contrôle de ce côté et préférait ne même pas y penser. Ce n’était pas un jeu, elle ne tentait pas de gagner Keiji dans une course effrénée de prétendantes, peu importe ce que les apparences pouvaient laisser croire – et Dieu sait qu’on le lui avait souvent fait remarqué, à quel point elle s’enflait la tête juste parce qu’elle avait la chance de côtoyer une fois de temps à autres le GB. Était-ce vrai ? Avait-elle raison de simplement penser qu’il s’agissait de langues de vipère ? Elle se remettait souvent en question, mais elle ne se considérait pas encore assez bête pour ne pas pouvoir remarquer si elle devenait prétentieuse ou pas.

Aya ne se formalisa pas du silence que garda Keiji à sa question, à savoir s’il s’agissait d’un présent pour se faire pardonner. Après tout, elle aurait pu être considérer comme étant rhétorique, et la réponse avait bien peu d’importance. Il avait eu une délicatesse envers elle, inutile de se l’expliquer, la raison ne valait plus rien à côté de l’intention.

Bien vite le sujet retomba sur la nourriture, ce qui sembla éveiller à nouveau l’appétit monstre de la jeune femme qui n’avait eut le temps que d’avaler quelques raisins dans la journée entre deux séances.

Keiji : « Je veux bien te croire moi aussi. »

Aya posa ses mains contre son ventre, comme si cela pouvait avoir le pouvoir de faire taire son estomac qui criait famine, légèrement intimidée par le peu d’élégance dont elle faisait preuve, même si on ne pouvait contrôler ce genre d’appel de la nature. Elle fût ravit que Keiji accepta sa proposition de manger épicé, en espérant qu’il ne faisait pas partie de ceux qui ne supportait pas ce genre de nourriture, il y en avait tant qui avait l’estomac fragile dans ce bas monde.

Keiji : « Je savais qu'elles t'iraient bien. »

La jeune femme se mordit la lèvre inférieure avec un léger sourire. Premier compliment de Keiji. Indirect, mais compliment quand même. Incapable de répondre quoi que ce soit, elle tourna son visage vers la fenêtre pour cacher sa soudaine gêne dans un silence qui fut comblé par Keiji qui encore une fois n’aidait en rien sa vague de timidité :

Keiji : «Tu peux tout porter de toute manière. »

Deux fois en moins d’une minute, il voulait la faire mourir de gêne, c’était évident. Même s’il ne s’agissait pas de compliments forts et francs de lèche-cul – on y reconnaissait soit de l’orgueil, soit du je m’enfoutisme, ou alors du Keiji tout simplement – ça n’en était pas mieux puisqu’ils semblaient d’autant plus sincères. Elle se mit nerveusement à tripoter le paquet qui contenait un peu plus tôt son cadeau, toujours dans un silence qui la mettait encore plus mal à l’aise. Pas de merci, rien. De l’impolitesse ? Oh non, s’il vous plait, seulement une incapacité à prononcer la moindre parole de remerciement pour une durée indéterminée. De là à dire qu’elle n’était pas habituée aux compliments, quel mensonge de modestie, mais à ceux de Keiji, il fallait sûrement y aller graduellement pour pouvoir bien y réagir avec contrôle, mais à coups de deux, c’était beaucoup trop rapide pour bien s’en remettre.

Sans trop faire attention à la conduite plutôt rapide de Keiji – elle ne manquait pas de confiance en ses habilités de chauffeur, de toute façon, elle n’y connaissait rien à la route, elle, elle osa enfin reposer son regard sur le jeune homme avant de finalement lancer, le choc une fois passé :

« Et… Pourquoi tu es là ce soir, dis-moi ? »

D’autant plus avec un cadeau, et de rares compliments pour le GB. Il avait bien esquiver sa question un peu plus tôt en lui posant le paquet sur les genoux, mais elle doutait qu’il en avait un deuxième pour la parer cette fois-ci. Elle ne l’avait pas sentit aussi pimpant qu’à l’habitude, comme si l’atmosphère dans la voiture n’avait pas été des meilleures juste avant. Mauvaise journée ? Elle n’était pas du genre à poser des questions directes sur le quotidien des gens, surtout pas Keiji. Elle préférait qu’il le lui confit s’il en avait envie, quand lui le voudrait bien. Après tout, elle était la première qui détestait parler de ses états d’âmes de telle ou telle journée, et elle ne se considérait pas encore assez intime avec lui pour porter un intérêt qu’elle jugeait légèrement déplacé pour la vie personnelle du jeune homme. Même si bien sûr, elle adorerait qu’il lui parle un peu plus de lui car mis à part sa couleur préférée que les filles se dévoilaient pour mieux choisir leurs tenues quand elles le voyaient, ou son repas préféré pour lui en concocter un plus délicieux qu’un autre, ou son sport préféré pour prendre des cours et y exceller, ect ect, elle ne connaissait pas grand-chose de lui…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cookie, eatable admin'
Avatar : Yamashita Tomohisa by Reirei <3
DC : Sainte Miho
Posts : 107
Age : 29
Situation : Free for you baby <3
Ambition : Devenir Mister Tokyo... mais attention, le seul et l'unique !
Études : Todai: 3ème année, finances
À l'école : Président de: Si tu aimes Keiji tapes dans tes mains
Profession : Etudiant
Agenda : * Entraîner la Junko à une soirée digne de ce nom et sans engagements !
* Voir avec Hiroto pour cette exposition, il doit aimer l'art.
* Découvrir si un mini Keiji existe réellement.
* Eviter les chambres SM en compagnie de la potentielle mère du gamin
* Placer le Kiki en pension pour femmes, ça lui fera le plus grand bien
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   Ven 10 Déc - 12:36

    Cachant un sourire devant la réaction à son compliment, oui on pouvait noter un brin de sadisme. Ce brin n’allant pourtant pas ce soir jusqu’à lui faire remarquer sa gêne pour la rendre davantage embarrassée. Il aurait fallut qu’il le lui dise dans le but de la gêner à la base, mais il n’en n’était rien. Il se souvenait de la première fois où ils s’étaient rencontrés. Comme beaucoup d’hommes, il l’avait d’abord trouvé jolie. Il avait pensé passer une nuit avec elle, mais la conduite de la jeune femme avait fait qu’ils s’étaient revus, tout comme ce soir. Ce premier soir, il avait joué le séducteur qu’il jouait toujours pour séduire une femme qu’il trouvait séduisante en bon superficiel. Aujourd’hui, il lui arrivait de penser de faire attention à ce qu’ils ne s’attachent pas comme un vrai couple le faisait, mais sans plus. Parce qu’il était certain d’appartenir à cette catégorie de personnes qui ne se liaient jamais réellement avec les autres. Evidemment, quand on le voyait, il était difficile de dire qu’il avait ses raisons. Souvent, on le prenait pour un simple playboy qui se plaisait simplement à sortir avec des femmes séduisantes, et surtout différentes. Il ne se doutait pas réellement qu’Aya pensait qu’il y avait autre chose. S’il l’avait su, peut être qu’il ne serait pas là ce soir. Peut être qu’il aurait pris peur. Mais trop de peut être ne menait jamais à grand-chose. Pour le moment, il était simplement avec une femme qui lui plaisait et qui ne lui avait jamais pris la tête jusqu’ici comme l’aurait fait une autre en pensant avoir une chance d’avoir un réel engagement avec un Golden Boy. Elle l’aurait pressé, lui aurait fait des reproches, aurait joué aux petites amies, mais pas Aya. Alors oui, lui demander ce qu’elle pouvait bien attendre de lui avait déjà effleuré son esprit sans qu’il ose lui poser la question. Tout comme il se demandait ce qu’elle fichait avec lui. Elle était séduisante, elle pouvait bien se trouver un petit ami avec de l’argent et qui la traiterait sûrement bien. Ou alors, il se méprenait complètement sur le genre d’hommes qui tentaient de la séduire.

    Le silence s’était confortablement installé dans la voiture. Aya était une personne avec qu’il ne sentait pas obligé de faire systématiquement la conversation avec. Elle l’avait cependant rompu quelques secondes plus tard pour poser une question plus ou moins gênante. Pour lui, elle l’était, même si son visage était resté impassible, comme à son habitude. Ne détournant pas les yeux de la voiture, il s’était rappelé les raisons qu’il parvenait à expliquer de sa venue ici ce soir.
    Pourquoi il était venu ici ce soir ?
    Il pouvait sans doute esquiver le vrai avec plusieurs réponses évidentes. La première qui venait et la mettrait peut être suffisamment mal à l’aise pour que le sujet change rapidement était : j’avais envie de te voir. Ça lui ferait plaisir, ça la gênerait peut être et le sujet serait changé pour empêcher d’y penser.
    Pourquoi il écarta cette réponse aussitôt ? Parce que, trois compliments à la suite… ce serait sans doute un peu trop louche. Et puis, on l’avait déjà dit, comme il le pensait souvent, Aya n’était pas dupe.
    Il aurait pu également lui dire la vérité comme certaines personnes l’auraient fait. On pensait parfois que vider son sac faisait du bien. Dans son cas, vider son sac n’était que montrer ses faiblesses et se lier avec des personnes qui voulaient nous aider à les surmonter. L’une des raisons qui faisaient qu’il ne se confiait jamais.
    Non, la troisième réponse, celle qu’il lui dit, lui correspondait davantage :

    - J’ai besoin d’une raison pour venir te voir maintenant ?

    Sur un ton taquin, accompagné d’un sourire, il avait tourné les yeux quelques secondes vers elle, un air presque étonné sur le visage.
    Evidemment que ce soir il en avait. Evidemment que ce soir son humeur n’était pas des plus radieuses. Mais c’était la réponse la plus évasive et la moins risquée non ?
    Arrêtant la voiture sans se soucier de gêner quelqu’un ou non, rares étaient les personnes sur la route de toute manière, il s’était penché brusquement vers elle sans lui laisser le temps de réfléchir à cette réponse. Sa main posée sur sa nuque, il avait attiré la demoiselle vers lui et l’avait embrassé de nouveau. Rendant cette étreinte plus passionnée que la précedente, son autre main était remontée sur sa hanche, tirant la jeune femme pour la coller contre lui. D’un doigt, il avait effleuré l’une des boucles d’oreilles qu’il venait de lui offrir. Lui embrouiller l’esprit, éviter qu’elle ne redise quelque chose, c’était le genre de techniques qu’il employait régulièrement pour détourner l’attention. Il l’avait embrassé longuement, il ne l’avait relâché que lorsque les klaxons insistants d’une voiture derrière eux avait finit par le couper. Se redressant, il avait repris la route non sans ajouter un presque provocateur :

    - Je n’ai pas besoin de raison pour t’embrasser hein ?

    Ouais, fallait l’avouer qu’il était un brin sadique, mais comment lui en vouloir quand il l’était avec efficacité. Il aurait pu en profiter pour lui retourner la question, mais sur le moment, il avait juste pensé à éviter une véritable réponse.
    Quoiqu’il en soit, il avait garé la voiture quelques minutes plus tard devant le mexicain, et il n’avait rien rajouté. Après être descendu de voiture, il avait ouvert la portière d’Aya avec galanterie avant de passer son bras autour de son cou pour l’attirer de nouveau contre lui alors qu’ils se dirigeaient vers le restaurant. Déposant un baiser sur sa joue dans un air malin, presque hautain, il avait ensuite chassé un ou deux flocons de ses cheveux avant d’entrer à l’intérieur. Levant deux doigts, le serveur les avait rapidement conduit à une table, avant de les emmener plus loin quand Keiji avait secoué la tête. Le serveur n’avait pas eu à poser de questions pour comprendre qu’il voulait une table plus isolée, particulièrement quand le jeune homme lui avait tendu un billet avec discrétion. S’installant donc finalement à une table après avoir tiré la chaise d’Aya, il semblait avoir oublié le précédent sujet de conversation quand il avait dit :

    - Je te préviens, je suis le japonais capable de manger le plus épicé au monde.

    Vantard, certes, mais commencer le repas avec humour lui ferait peut être oublié les quelques restes du questionnement.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Junko after the wedding:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: An another night ||Aya-chan||   

Revenir en haut Aller en bas
 

An another night ||Aya-chan||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made in Japan :: 
HAVE A BEER
 :: Les anciens tomes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit