AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I had nothing to do... so i came boring you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Avatar : Miura Haruma
Posts : 24
Age : 26
Situation : En couple ♥
À l'école : Président du club de Kendo
Profession : Etudiant
Agenda : → terminer mon année sans difficulté... quoi ?! c'est pas beau de rêver un peu !!
→ apprendre à faire du vélo sans les mains
→ trouver un cadeau de Nowel à Noriko
→ éventuellement assouvir le monde au Kendo, mais bon ça c'est une autre histoire ...
MessageSujet: I had nothing to do... so i came boring you   Ven 24 Déc - 13:21

Aujourd’hui était une matinée un peu difficile, pour une veille qui l’avait été tout autant. Shuuji cherchait désespérément le courage pour se lever, mais aussi un plan pour pouvoir sortir de la maison sans qu’un de ses parents ne le voit. Il n’imaginait pas sinon quelle réflexion il pourrait se prendre dans le coin de la figure, et franchement de bon réveil ce n’était pas la bonne solution – à n’importe quel moment de la journée en fait. Méditant alors, tête encore sous la couette et soupir en accompagnement, il se dit que longer les murs serait peut-être une solution. En effet, la maison ne regorgeait pas de nombreux passages secrets comme les grands châteaux européens – ce qui aurait été ma foi fort utile selon lui – donc il devait faire avec les moyens du bord !! Repoussant alors lourdement sa couette, il jeta un coup d’œil par la fenêtre dont le rideau avait été mal fermé la veille au soir. Le temps était relativement grisâtre. Faisait-il froid ?! Il verrait en sortant, ouvrir la fenêtre tout de suite pour tester l’air ambiant extérieur ne le tentait pas trop il fallait dire !

Ce fut après une longue douche chaude, à la limite du brûlant, que le jeune lycéen sortit tout de peignoir vêtu afin de se rendre dans sa chambre. Il se demandait ce qu’il allait pouvoir faire aujourd’hui. Pas d’école. Pas de devoirs à rendre. Pas envie d’étudier. Noriko avait un repas de famille, donc aucun moyen de la voir aujourd’hui. Oh ! Il finirait bien par trouver. Parfois il suffit juste de trainer un peu dans les rues pour que l’inspiration vienne en un éclair, n’est-ce pas ? S’habillant ensuite le plus chaudement qu’il put, il sortit en inspectant les couloirs dans le moindre recoin. Personne… j’avance. Personne… j’…

« Shuuji ! Ca y’est tu es réveillé ! »
« … Maman~ »


Un enthousiasme peut-être un peu dissimulé, mais lui qui voulait croiser personne c’était un peu loupé ! Se retournant alors en direction de la douce voix maternelle, il lui esquissa un sourire. Alors qu’il cherchait quoi dire, il vit le regard de sa mère baisser dangereusement en direction de ses mains… quelque peu abîmées.

« Oh ! Shuuji ! Tes mains … Que t’est-il arrivé ?! Ne me dis pas que tu t’es encore battu… »

Ben si. Mais ça il se contenta d’une moue pour lui répondre. Voilà pourquoi il ne voulait pas croiser quelqu’un. Par chance c’était sa mère, c’était toujours mieux que le paternel qui lui aurait totalement hurlé dessus. Esquivant autant qu’il le put les gestes de sa chère maman qui voulait regarder la peau un peu égratignées au niveau des jointures, il finit finalement par réussir à sortir. L’air froid lui caressait les joues, et c’était frigorifiant ! Mais soudain il eut la parfaite idée d’où aller !! Il ne savait s’il trouverait la personne désirée, mais il était bien décidé ! Cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vu, ou quelques jours seulement mais ce n’était qu’un détail. Chacun a son sens et sa définition du mot « longtemps » n’est-ce pas ?!

Après un transport par-ci, un transport par-là et quelques pas dans les rues il trouva enfin le lieu de ses pensées : l’appartement de Masahiro. Il se doutait bien que sa visite totalement incongrue ne serait pas reçue par le plus ravissant des sourires, mais qu’importe ! Il avait envie de voir quelqu’un, et ce quelqu’un était Masa. Que ce dernier le veuille ou non, son choix était déjà fermé… et en plus il se trouvait déjà devant sa porte alors à quoi bon faire demi-tour maintenant ?! Serait-il là ?! Il en avait strictement aucune idée… Il frappa trois coups, jusqu’à ce que la porte ne s’ouvre et qu’il s’exclame.

« Masahiro-saaaaan !! Bonjour ! Comment vas-tu ce matin ?! Je t’ai manqué n’est-ce pas ? »

C’était peut-être un peu trop violent, mais bon. Shuuji le regarda, se demandant s’il devait entrer ou pas… Il hésitait, puis finalement il resta sur le pas de la porte à regarder son aîné dont le regard semblait être animé d’un sentiment qu’il ne voulait même pas connaitre à vrai dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/ikuta-shuuji-t93.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/ikuta-shuuji-t111.htm

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: I had nothing to do... so i came boring you   Ven 24 Déc - 19:06

Shuuji & Masahiro



    Que c’est bon de pouvoir faire la grâce matinée, de n’avoir personne pour vous déranger, pour vous demander de faire des photocopies - ah cette satanée photocopieuse ! -, personne pour vous dire que « Masahiro, tu n’es qu’un incapable ! Bouge-toi un peu, tu ralentis toute la maison ! », ou encore personne pour vous dire d’aller surveiller untel ou les jeux. J’ai la paix. Cela faisait un bail que j’en avais oublié la signification. Je ne dors plus, sortant à peine d’un sommeil oh combien réparateur. Je roule dans les draps du futon et tourne la tête vers la fenêtre. J’avais oublié de fermer les volets hier. Le soleil éclaire la pièce. Il fait foutrement beau pour un vingt-quatre décembre. J’ai encore un peu de mal à me lever. Avoir la tension basse le matin, ce n’est pas forcément avantageux. Ça ne l’est carrément pas du tout.

    « Miaw… »
    « Oh… Ohayo Sybelle… »


    Le chat tricolore blanc, noir et roux monte sur le futon - enfin plutôt sur mon ventre - et s’y installe bien confortablement en ronronnant. Ce chat est trop gâté. En fait c’est un garçon mais au début, quand je l’ai trouvé tout bébé, je croyais que c’était une fille alors je l’ai appelée Sybelle. De toute façon, il s’en fout non ? C’est un chat, il ne comprend que son estomac. Mais là quand il fait ça, c’est surtout qu’il veut jouer. Il est assis bien droit et me regarde avec ses oreilles dressées. Il miaule de nouveau. Alors, je pose une main sous la tête pour la soutenir et tend l’autre devant lui, avant d’agiter les doigts. Son regard intéressé les suit sans cesse. Et enfin, il bouge. Il se jette littéralement dessus. Je tends le bras afin de mettre mes doigts hors d’atteinte. Il s’excite tout seul et ça me fait bien rire. De l’autre main, j’attrape le téléphone qui dort toujours à côté de moi. Enfin, autant dire que c’est plutôt moi qui dors à côté de lui. Il est presque onze heures. Quelle marmotte. Je n’ai pas envie de me lever.

    « Itai ! Dame, Sybelle ! Fiche-moi le camp ! »

    Il m’a griffé les doigts, ce bougre d’imbécile. Je lui balance une tape peut-être un peu trop violente sur le nez. Il part en feulant, le poil hérissé. Avec une baffe pareille, il est bon pour faire la gueule jusqu’à ce soir. Avant de franchir la porte de la salle de bain, il redresse noblement la tête et me jette un dernier regard.

    « Tant pis pour toi, t’auras pas de cadeaux ! »

    Je lui avais acheté un paquet de friandises pour chat. C’est fou ce qu’ils fabriquent pour ces petites bêtes mais faut bien leur faire des cadeaux. Ils nous donnent tellement d’amour. En tout cas, Sybelle le fait. Aller, il est temps de se lever. La sonnette de la porte retentit et je fais un bond dans le futon. Qui ça peut bien être à une heure pareille ? Okay, j’avoue, je devrais être levé depuis au moins quatre heures, mais ça n’est pas une raison. Et j’ai eu la bonne idée de dormir en jogging, sans haut puisqu’il doit faire vingt degrés dans l’appartement alors qu’il fait dix degrés dehors. Vite, vite, je crapahute jusqu’à l’armoire pour y trouver quelque chose à me mettre sur le dos. Ce vieux pull gris fera l’affaire. Il est dix fois trop grand pour moi. Il doit dater de l’époque où je n’avais pas perdu de poids. Je replie le futon et le range dans ladite armoire que je referme ensuite. Et je vais ouvrir la porte. Un vent froid s’engouffre dans l’appartement et me fait frissonner.

    « Masahiro-saaaaan !! Bonjour ! Comment vas-tu ce matin ?! Je t’ai manqué n’est-ce pas ? »

    Mon dieu, qu’est-ce que c’est ? Une tornade ? Un hamster ? Depuis quand ça sourit, les hamsters ? Et il a un accent trainant comme… Je dévisage le petit Shuuji un instant avec de grands yeux et une bouille perplexe. Que fait-il devant ma porte un vingt-quatre décembre ? Il vient m’emmerder ? Non, ne sois pas méchant. C’est un gamin adorable. Juste un peu collant. Un rire nerveux s’échappe de mes lèvres. J’aimerais le retenir mais c’est impossible. Finalement, je soupire et me détend. Pas de panique. Il doit avoir fait tout le chemin depuis chez lui par ce froid, je ne peux pas le laisser sur le pas de la porte.

    « Shuuji… Ohayo. Entre. Que me vaut l’honneur, en ce jour de Noël ? T’as fugué ? »

    Je lui adresse un petit sourire mutin et m’écarte pour le laisser entrer. Enfin, je referme la porte derrière nous.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Avatar : Miura Haruma
Posts : 24
Age : 26
Situation : En couple ♥
À l'école : Président du club de Kendo
Profession : Etudiant
Agenda : → terminer mon année sans difficulté... quoi ?! c'est pas beau de rêver un peu !!
→ apprendre à faire du vélo sans les mains
→ trouver un cadeau de Nowel à Noriko
→ éventuellement assouvir le monde au Kendo, mais bon ça c'est une autre histoire ...
MessageSujet: Re: I had nothing to do... so i came boring you   Dim 26 Déc - 14:47

Petite question mise à part : qu’est-ce que Shuuji pouvait faire dehors un 24 décembre ?! Et bien, lui-même ne savait pas trop. C’était sa pulsion du moment, il ne fallait pas trop chercher ce qu’il pouvait se passer dans la tête de cet étudiant ci. Et puis, Shuuji était bien content d’habiter au Japon pour ce genre de journée. Franchement, les réveillons en famille autour d’un bon repas ce n’était pas trop sa tasse de thé… D’ailleurs, il s’arrangeait assez souvent pour éviter ce genre de réunion familiale. C’était bien souvent trop oppressant pour lui, soit il s’ennuyait à mourir ou alors il se prenait des remarques pas très innocentes par-ci par-là… ou parfois même les deux en même temps. D’accord il y mettait rarement du sien, mais bon faut pas pousser non plus !
Bref, c’était ainsi que de fil en aiguille il s’était retrouvé tout bonnement devant la porte d’appartement de son cher et tendre aîné, nommé Masahiro. Après avoir gentiment sonné, pas trop de fois quand même – même si son doigt avait la folle envie de faire hurler la sonnette jusqu’à ce que mort s’en suive - , la porte s’ouvrit et se fut en une déferlante de paroles que Shuuji sourit à son aîné encore endormi. C’était une situation tout à fait tordante, et le jeune lycéen restait ainsi sans bouger attendant une réaction quelconque.

« Shuuji… Ohayo. Entre. Que me vaut l’honneur, en ce jour de Noël ? T’as fugué ? »

C’était une bonne question qu’il posait là. Alors Shuuji, que fais-tu ici ?! D’abord, il rentra tranquillement dans le petit appartement. Il prit d’ailleurs soin de se déchausser à l’entrée, car oui ! même quand on s’appelle Ikuta Shuuji on a quelques manières tout de même. Une fois que ce fut chose faite il regarda un instant l’intérieur de ce lieu qu’il avait rarement, voire jamais, vu auparavant. C’était d’une propreté digne de ce nom ! Il se dit alors que si Masa devait, par un hasard des plus improbables, passer par sa chambre il ferait sans doute un arrêt cardiaque. L’étudiant n’était pas bordélique non plus, mais … il n’était qu’un adolescent de dix-huit ans qui passe plus de temps à s’amuser qu’à ranger sa chambre, c’est tout.

« Et bien, je m’ennuyais… Alors je me suis dit que te rendre visite serait une bonne idée ! »

S’en était peut-être une après tout. Qui sait, il se pouvait parfaitement que Masahiro se languissent de son cadet pot de colle… ou pas. Après tout dépend des points de vue, c’est certain ! Avançant un peu plus dans le logement, c’est avec un regard curieux que le jeune homme croisa le chat. Animal fort charmant mais qui semblait boudé son maitre. Shuuji aurait bien aimé lui courir après, mais connaissant ses affinités avec les animaux c’était peut-être un peu risqué. Alors il valait mieux rester le plus tranquille possible, n’était-ce pas plus sage ? S’arrêtant alors dans sa petite marche, il se retourna en direction de Masahiro.

« Tu n’avais rien de prévu aujourd’hui, dis moi ? … Parce que si je te dérange… »

Tu peux me mettre dehors. Mais ça, il ne le dit pas. Car au fond, le jeune nippon ne voulait pas être mis dehors. Et puis, c’était la veille de Noel non ?! On met personne dehors un 24 décembre, si ? Enfin, il faut quand même prendre note de la petite demande de Shuuji. C’était peut-être une simple formalité qu’il avait entendu des millions de fois et qu’il aimait à reprendre dans ce genre de situation, mais c’était l’intention le principal. Regardant toujours son interlocuteur, le jeune homme s’assit finalement. Un peu à court de sujet – comme s’il n’avait pas déjà assez parlé – le lycéen s’attela à regarder le chat. Boule de poil qui s’avança vers lui avec un regard un peu trop mielleux pour qu’il soit innocent. Arrivé à sa hauteur il ne trouva rien de mieux que de s’étirer longuement en posant gentiment ses pattes avant sur les jambes de Shuuji qui se crispa immédiatement. Non, les chats c’était pas son truc. Montre poilu, au dents pointues et qui se fait les griffes sur son jean ! C’est ça ronronne… Essayait-il de l’amadouer ?!

« Euh… ton chat… euh… il est féroce ? »

Comment détruire toute crédibilité de son image en deux secondes de temps. Mettez Shuuji et un chat tout mignon dans une même pièce, et le tour est joué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/ikuta-shuuji-t93.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/ikuta-shuuji-t111.htm

Invité ;;
avatar
Invité
MessageSujet: Re: I had nothing to do... so i came boring you   Mar 28 Déc - 14:41

    On est le jour du réveillon, si je ne me trompe pas. Logiquement, c’est quelque chose que l’on fête en famille. On se retrouve la veille, on décore la maison, on prépare le repas, on s’amuse. On est en famille. On oublie les tensions de l’année passée. Ou pas, parfois. On accueille la copine ou le copain d’untel. Oh c’est plus Kyo. Non, maman, c’est plus Kyo, tu vois bien. C’était l’année dernière ça. Quand Mai et moi sommes allés passer Noël avec les parents. Elle avait aussi amené son petit copain du moment. Bon il ne s’appelait pas Kyo. Enfin, je ne me souviens plus de son nom. Elle l’a quitté juste après le Nouvel An parce qu’il avait été mal poli avec maman. Elle devient folle quand on fait ça, Mai. Elle déteste qu’on dise du mal des parents. Moi je m’en fous. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Mais ça ne m’a pas empêché de lui décalquer la tête contre le mur du garage. Disons que personne ne nous a vus. Il a détalé en courant, pensant que j’allais le tuer. J’aurais pu. Il a quand même fait pleurer ma Mai. C’est peut-être pour ça que Shuuji n’est pas chez lui : les tensions.

    « Et bien, je m’ennuyais… Alors je me suis dit que te rendre visite serait une bonne idée ! »

    Je n’y crois pas un seul instant. On ne s’ennuie pas un jour de fête. Je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel, étouffant un rire. Qu’il en soit ainsi. Heureusement, on ne part que demain pour Kanmaki. Mais ce soir, je le renvois chez lui. Hors de question qu’il passe Noël chez moi. Pas parce que je veux être tranquille, au contraire, je n’aurais pas dit non à un peu de compagnie, mais il a des parents et une famille avec laquelle il se doit d’être. Enfin pour l’instant il peut rester, c’est l’important. Sybelle trouve ce moment propice pour ressortir de la salle de bain. Crois-moi, saleté, ce n’est pas Shuuji qui va m’empêcher de t’en coller une si tu reviens me griffer les mains. Il s’arrête à l’embrasure de la porte et observe le nouveau venu d’un air circonspect. Puis son regard vire sur moi. Je hausse un sourcil. Sale chat.

    « Tu n’avais rien de prévu aujourd’hui, dis moi ? … Parce que si je te dérange… »
    « Hein ? »

    Oh bravo. Très classe, comme d’habitude. Je vous jure, on m’a déjà dit de ne pas dire « hein ? » mais « comment ? ». C’est juste rentré par une oreille et ressorti aussi vite par l’autre. Qu’est-ce qu’il m’a demandé ? Ah si j’avais quelque chose de prévu. Je hausse les épaules.

    « Non pas que je sache. Je suppose que tu pourrais t’attendre à voir Mai débouler à tout moment mais à part ça, rien… »

    J’omets volontairement de préciser que si le boss appelle, je n’aurais pas d’autres choix que de le foutre à la porte. Limite, je pourrais peut-être le laisser rester ici mais je suis moyennement chaud à l’idée qu’il découvre le Desert Eagle caché dans le tiroir de la commode. Quelque chose attire mon regard. Ma boule de poils qui s’avance vers Shuuji. A sa tête, je devine immédiatement ce qu’il va faire. Un petit sourire se dessine sur mes lèvres. En le voyant s’étirer longuement, prenant tout son temps, et posant ses pattes sur le pied de mon invité, je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. Sa question me fait encore plus rire. Féroce ? Ce coussin sur pattes ? Jamais de la vie. Riant toujours, je me penche vers la chose tricolore et l’attrape par la peau du cou. Il miaule désespérément. N’y crois pas trop, pépère, je ne te lâcherais pas. Puis je le pose sur les genoux de Shuuji.

    « Ce truc ? Ah non, pas du tout. Il passe ses journées à manger et réclamer des câlins. Par contre fais gaffe, il griffe quand il joue. Bon, je te laisse en sa compagnie. Je viens de me lever, il faut au moins que j’aille prendre une douche. »

    Sans plus lui laisser le temps de comprendre ce qui lui arrive, je m’éclipse dans la salle de bain, verrouillant la porte. Limite si je ne prends pas le temps de me déshabiller. Je suis sûr que ça va aller. Sybelle n’est pas méchant. Juste un peu caractériel.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Avatar : Miura Haruma
Posts : 24
Age : 26
Situation : En couple ♥
À l'école : Président du club de Kendo
Profession : Etudiant
Agenda : → terminer mon année sans difficulté... quoi ?! c'est pas beau de rêver un peu !!
→ apprendre à faire du vélo sans les mains
→ trouver un cadeau de Nowel à Noriko
→ éventuellement assouvir le monde au Kendo, mais bon ça c'est une autre histoire ...
MessageSujet: Re: I had nothing to do... so i came boring you   Mer 29 Déc - 20:43

Il était vrai que Shuuji aurait pu rester chez lui aujourd’hui, jour du réveillon du fameux Noël. Mais chez la famille Ikuta, on ne fêtait pas Noël. La raison était bien simple. La famille du jeune japonais était solidement ancrée dans la tradition nippone, donc le 25 décembre restait un jour tout ce qu’il y avait de plus normal. Par contre, pour ce qui était du nouvel an… c’était une autre histoire ! Les festivités duraient le nombre de jours convenus, et chaque membre y était convié avec avance. Shuuji n’était pas vraiment à l’aise avec ce genre de festivité, il préférait encore s’esquiver discrètement durant la soirée. Et le franchement parlant, il était bien content de ne pas fêter Noël chez lui. Il ne s’imaginait pas vraiment rester une longue soirée à table, à s’échanger des présents. Non, ce ne serait vraiment pas sa tasse de thé. En prime, cela risquerait de se terminer en bagarre totale entre son père et lui, ce qui n’est pas à souhaiter… surtout pour un jour comme celui-ci. Et puis, ne disait-on pas que le 25 permettait aussi aux amoureux de se rejoindre ?! Loin d’être un grand romantique, Shuuji pensait avec sincérité que passer une journée avec Noriko vaudrait sans aucun doute une soirée en famille à se quereller.

« Non pas que je sache. Je suppose que tu pourrais t’attendre à voir Mai débouler à tout moment mais à part ça, rien… »

Bon, c’était une bonne chose alors. Shuuji était content d’entendre cette phrase, à laquelle il répondit par un simple hochement de tête. Au moins il savait que si jamais Mai débarquait à l’improviste il serait temps pour lui de s’éclipser. Le lycéen savait pertinemment qu’il ne pourrait pas rester éternellement chez son aîné – non pas que l’envie lui en manquait, bien au contraire – mais bon… quand la famille est là ! Il n’avait pas d’autre choix. Et franchement, il s’imaginait mal rester ici pour le réveillon. Non, non, non… il trouverait une autre occupation d’ici là. Peut-être rentrerait-il chez lui d’ailleurs ?! Qui sait ?! Un moment de lucidité durant sa journée ne pourrait pas lui faire de mal. Enfin loin de lui était ces pensées pour le moment.
Pour l’instant Shuuji était bien trop intéressé par la boule animal, tout de poils et de griffes vêtu, qui semblait le regarder avec intérêt. Intérêt qui ne le mettait pas très à l’aise, tout sa sublime question sur la férocité de la bête. Question tout à fait stupide d’ailleurs, à laquelle sa conscience répondit par une claque intérieure. Non mais franchement, un chat ! Féroce ?! Il avait dit ça par le simple fait que animal + Shuuji = pas très copain. Il ne savait pas pourquoi. Ce n’est pas qu’il n’aimait pas les animaux, mais il se sentait terriblement maladroit en leur présence. Alors Masahiro saisit son familier et le posa sur les genoux du nippon, qui en réponse à se geste sursauta légèrement. Pas le bon de trois mètres, soyez rassuré tout de même !

« Ce truc ? Ah non, pas du tout. Il passe ses journées à manger et réclamer des câlins. Par contre fais gaffe, il griffe quand il joue. Bon, je te laisse en sa compagnie. Je viens de me lever, il faut au moins que j’aille prendre une douche. »

« Oh ?! Bon, tant mieux alors… on va s’occuper pendant ton absence ! »

Comment, Shuuji ne le savait pas trop. Mais il se dit que son imagination liée avec celle du chat ne pouvait pas faire bien de mal. Cela pourrait donner de bonne situation ! Le tout serait de ne pas détruire le salon de Masa, sinon c’était fichu. Ce serait chat dans les bras qu’il finirait à la porte. Alors que son ainé venait de s’enfermer dans la salle d’eau, le jeune homme regardait l’animal en passant doucement une main sur lui pour le caresser.

« Alors mon gars, qu’est-ce qu’on va faire toi et moi, hein ?! »

Pour toute réponse le chat hésita un miaulement et descendit de ses genoux, pour aller faire quelques pas dans le salon. Alors le regard du nippon se posa sur un stylo bille qui trônait non loin de lui. Sans attendre il s’en saisit et commença l’agiter vers les pattes du chat… sans oublier l’attention de son aîné quand à l’aspect griffu des pattes de l’animal. De fil en aiguille, les deux enfants jouaient gaiment dans le salon. Shuuji était ventre à terre, stylo sur la main et chat joueur tout au bout quand le verrou de la salle de bain se fit entendre. Il n’avait pas vu le temps passer, et c’est ainsi qu’il releva des yeux presque étonné vers son aîné.

« Masahiro-san ~ Hey ! Chotto... Chotto Mate !! »

Quoi ?! Le chat ! Partit avec le stylo en travers de la gueule. Où ça ?! Shuuji n’en savait rien, le fourbe avait été un grand rapide. Se relevant en tailleur, il regarda Masahiro avec un sourire un peu gêné en se frottant la nuque d’une main.

« Haha, j’espère que tu ne tenais pas trop à ce crayon… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/ikuta-shuuji-t93.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/ikuta-shuuji-t111.htm

Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: I had nothing to do... so i came boring you   

Revenir en haut Aller en bas
 

I had nothing to do... so i came boring you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made in Japan :: 
HAVE A BEER
 :: Les anciens tomes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com