AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'interview de la mort / Masao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: L'interview de la mort / Masao   Mer 19 Jan - 0:02

Déjà trois mois qu’Aki avait remit les pieds à Tokyo, salarié sur la chaine NHK. Tous les matins, il se levait avec la même motivation, le même sourire, il sentait que son rêve approchait dangereusement même s’il lui fallait encore un peu de patience. Les choses avançaient, c’était l’essentiel. Et encore, notre cher jeune homme ne s’attendait absolument pas à la surprise qu’il allait avoir ce matin…

Une fois arrivé au grand local de NHK, Aki prit l’ascenseur jusqu’au quatrième étage, direction le bureau de son responsable. Ce dernier est en fait un reporter travaillant pour le journal de la chaine publique, du nom de Horino-san. Aki avait eu l’honneur d’avoir son petit bureau dans le sien, ainsi, il serait près de son garant au cas où il aurait besoin d’aide, et surtout pour poser toutes ses questions. N’étais-ce pas la belle vie ça ? Il entra dans la pièce puis le salua avec une courbette, avant d’aller s’installer à sa table. Mais à peine cinq minutes après, on cogna à la porte. Un homme entra, demandant au reporter de lui accorder quelques secondes en privé… Tiens donc, que se passait-il ? Non, ne laisse surtout pas ta curiosité dominer le moment Aki ! Reste bien à ton bureau et n’écoute pas à la porte… « Kurosawa-kun ? Que fais-tu ce matin ? »
Tiens donc ? Quelle était cette question étrange, allait-on lui demander un service ? L’apprenti journaliste se leva pour répondre, l’air intrigué :

-Je travaille sur la première diffusion de mon émission Horino-san.

« Je vois. Serait-il possible de te prendre une heure ou deux ? Il y’a un problème. Toshio-kun est absent aujourd’hui, il devait interviewer un Conseiller d’arrondissement sans faute ce matin. Si personne ne le fait à sa place, on ne pourra pas rendre le travail et nous aurons des problèmes… Penses-tu pouvoir t’en charger ? » Non, il ne rêvait pas là ? On lui demandait bien de faire une interview ? Et en plus, à une telle personnalité comme un Conseiller d’Arrondissement ?? Son visage s’illumina, il sourit et répondit :

-Bien sûr ! Sans aucun soucis, je serais ravi de m’en occuper, je ferais de mon mieux, pas de problème !

« Es-tu seulement sûr ? Je m’inquiète, Kurosawa. Tu n’as encore jamais fait ça, et je ne t’ai pas formé sur les interviews. »

-Tout ira bien, je vous le promets, je ne vous décevrais pas ! Tout ce que vous avez à faire, c’est me donner l’adresse, et j’y vais en courant.

Bien évidemment qu’il était sur-motivé, une interview, il avait toujours voulut faire ça ! Quelle chance que ce Toshio était absent, il se ferait sûrement tuer, mais ne dit-on pas que le malheur des uns faisait le bonheur des autres ?
Une fois l’adresse en main, sa mallette dans l’autre, Aki fonça tel un lièvre en folie direction de l’une des annexes de la Mairie de Tokyo. Il devait bien retenir toutes les instructions que son Sempai lui avait donné, il devait vraiment faire sensation !!
Arrivé à l’accueil, il s’adressa à la secrétaire :

-Ohayo. Je suis Kurosawa Aki, assistant journaliste pour NHK. Je remplace Toshio Honimaru, pour une interview. Il avait rendez-vous à 9h30 avec le plus jeune des Conseillers d’Arrondissement.


« Oui, j’ai été prévenue. Suivez-moi s’il vous plait. » Le sourire aux lèvres, Aki suivit la jeune femme tout en pensant aux minutes palpitantes qu’il allait vivre. On racontait que ce garçon n’avait que 21 ans et qu’il était déjà d’une maturité et d’un sérieux d’un adulte de 45 ans. Eh bien, tout à fait le type ennuyeux que Kurosawa détestait tant, mais là n’était pas son problème. Il devait lui poser des questions sur son parcours, ses impressions, ses ambitions… Dans les couloirs, il s’arrêta de temps en temps afin de se mirer, se remettre les cheveux en place ainsi que cette fichue cravate qu’il avait envie d’arracher.
Puis ils arrivèrent enfin devant la porte, où la secrétaire cogna avant d’ouvrir. Elle entra. « Tanaka-san, votre rendez-vous est arrivé. »

Non… Avait-il bien entendu ? Tanaka-san ? Oh, et puis il y’en avait tellement des Tanaka… Aki entra dans la pièce le sourire aux lèvres, puis s’arrêta dans son élan en voyant qui trônait sur le bureau de la pièce. Un blanc s’installa dans la salle, alors que le sourire du châtain s’éteignit petit à petit. La secrétaire s’en alla et referma la porte derrière elle. Non… Pas possible. C’était un rêve, ou plutôt un cauchemars, juste une hallucination. Masao était là. Oui Masao, ce Masao avec qui il avait été en couple il y’a un an.
Aki leva les yeux au ciel en lâchant un gros soupir. Puis reposa les yeux sur le Golden Boy.

-Il y’a un problème là… Je peux savoir ce que tu fais ici ? Ne me dis pas que…

Alors c’était lui, le plus jeune des Conseillers d’Arrondissement ?

-Non, pas possible…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Mer 19 Jan - 20:33

Depuis quelques jours, Masao croulait sous le travail, autant en cours qu’au boulot, grâce à son supérieur qu’il se ferait une grande joie de virer dès qu’il le pourrait… Bien, en attendant, il fallait qu’il enchaîne et il fallait bien qu’il se l’avoue, ce n’était pas si facile que cela, même pas du tout, heureusement qu’il était en dernière année de License. La chose étant qu’il comptait bien avoir un Master en plus, histoire de bien prouver qu’il méritait sa place dans le milieu de la politique. De toutes les façons, ayant l’art de la rhétorique, il savait les remettre à leur place d’un bon pique envoyé avec toute la diplomatie qu’il avait. Le rouquin avait beau être jeune, il savait de quoi il parlait, dans le fond et dans la forme, il ne fallait pas le sous-estimer, il était redoutable…

Aujourd’hui, la matinée heureusement allait être assez tranquille, enfin il allait se rattraper dans l’après midi et dans la soirée en fait. Mais ce matin, il apprécia le fait de ne commencer qu’à 8 heures par un briefing, des coups de téléphone à passer concernant son dossier sur la rénovation d’un lotissement pour en faire un lieu totalement écologique. Autant dire qu’entre les devis, les rachats, la possibilité des investisseurs, le relogement des habitants, le jeune homme n’avait pas le droit à l’erreur, voilà pourquoi il prenait autant de temps, pour être sûr et prouver aussi qu’il savait gérer un budget serré, se mettant ses propres limites.

Il devait recevoir un journaliste de NHK ce matin, à 9 heures 30, aussi, il s’était habillé pour l’occasion sans non plus en faire trop, juste qu’il avait fait un peu plus attention à son look qu’à l’accoutumé. Un costume noir à rayure grise histoire de trancher avec le noir que portaient constamment les vieux, une chemise blanche, avec des rayures grises, sans cravate, les premiers boutons ouverts pour rappeler qu’il était à contre-courant et jeune. Il avait peigné ses cheveux en arrière, laissant que quelques mèches sur son front mais bien vite, les autres revinrent devant alors il s’arrangea pour qu’on puisse voir ses yeux sans problème XD
C’était une entrevue pas très compliqué, qui allait parler de sa vie, son parcours, ce qu’il voulait faire, son point de vue politique, rien de bien changeant. Peut-être quelques questions sur sa vie privée concernant les G-boys ou la possibilité qu’il ait une petite-amie, mais sinon, cela n’irait pas plus loin que cela.

Il regarda l’heure, il n’allait pas tarder, ah voilà qu’on toquait… La secrétaire le prévint et le Conseiller se leva, histoire de ne pas l’accueillir comme un impoli en restant assit derrière son bureau. Cependant, son sourire commercial disparu quand il vit qu’il s’agissait de son ex, son premier amour masculin, datant, non d’il y a un an, mais deux, celui avec qui il était resté le plus longtemps. C’était quoi ce délire ?
Voilà que l’autre lui demandait ce qu’il foutait là, il faisait un bridge, ça se voyait pas, crétin ?

- Genre c’est impossible. Ce n’était pas toi celui avec qui j’avais rendez-vous à la base… Je ne savais même pas que tu étais de retour à Tokyo. Bon et bien viens t’asseoir et fais ton boulot ~

Plus vite ça sera fait, plus vite ça sera terminé, parce qu’il le sentait mal tout cela… Mon dieu, s’il avait su que c’était lui, il aurait annulé le rendez-vous ! Cela s’était très mal fini entre eux, trop pour que, comme avec Takeshi, les retrouvailles se passent bien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Jeu 20 Jan - 17:13

Si Aki s'y était attendu... Vraiment pas le moins du monde. Depuis combien de temps n'avait-il pas pensé à Masao ? Bon d'accord, de temps en temps, ça lui arrivait d'avoir quelques souvenirs sur les bons moments passés avec lui, mais alors vraiment vite fait, mais jamais il n'aurait imaginé le croiser de nouveau, surtout dans ces conditions... Que faire ? Partir comme si de rien n'était ? Il en avait envie, mais il ne pouvait pas faire une chose pareille, il ne devait pas décevoir ses supérieurs. Rester calme, et rester professionnel. "Genre c’est impossible. Ce n’était pas toi celui avec qui j’avais rendez-vous à la base… Je ne savais même pas que tu étais de retour à Tokyo. Bon et bien viens t’asseoir et fais ton boulot ~"

Le châtain fronça les sourcils. Pour qui se prenait-il pour lui parler sur ce ton ?

-Jusqu'aux dernières nouvelles, tu n'es pas mon patron que je sache, alors je te ferais gré de me parler autrement.

Il s'approcha du bureau, ôta sa veste puis la posa sur le dossier de la chaise juste avant de s'assoir.

-Si j'avais sut que c'était toi, je ne serais certainement pas venu. J'aurais remplis le questionnaire de l'interview moi-même, puisque je te connais tellement... Mais passons.

Surtout garder son sang froid. Aki posa sa mallette sur la table puis en sortit des documents et un stylo. Il se concentra sur les questions, ne voulant même plus relever la tête, il ne voulait pas croiser son regard. Cela faisait déjà deux ans, mais il lui en voulait encore. Il le détestait.

-Très bien, sache que tout ce que tu diras sera évoqué lors du Journal de ce soir, il y'a une petite enquête sur les jeunes qui se lancent dans la politique. Alors si tu veux un conseil, réfléchis bien avant de parler, je ne te ferais pas de cadeau.

Car le pouvoir de la presse est toujours le meilleur.

-En ce qui concerne ton âge et ton parcours scolaire, je note. Comment t'es-tu débrouillé pour devenir Conseiller d'arrondissement à ton âge ? ... Piston j'imagine ?

Oui, c'était de la pure provocation, il ne devait pas, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Il n'y arrivait pas. Il passa son doigt sur son cou, pour arriver à sa cravate, rhaa saleté, qu'est-ce qu'il donnerait pour l'arracher, en plus de cela il faisait chaud.
Qu'est-ce qu'il avait changé en tout cas ce rouquin. Il avait bien grandit depuis le temps, et affichait une image bien plus mature. La petite curiosité du journaliste trottait dans sa tête, il aurait aimé savoir ce que son ex avait fait lors de ces deux dernières années. Travail, amis, amour, etc... Avait-il vraiment à faire au même Masao ? Ou le fils du Gouverneur avait-il changé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Jeu 20 Jan - 18:43

Franchement non, il ne s’attendait pas non plus à revoir son ex et encore moins à ce rôle là en fait ! Il le croyait à Kyoto et espérait qu’il y était toujours. Il le voyait très bien être entouré de gonzesse et faire le keke avec ses potes… D’accord, ce n’était pas très glorifique, mais il ne devait certainement pas être bien loin de la vérité, non ? Evidement il savait également qu’il était le genre de personne à prendre son travail au sérieux du moment que ce dernier l’intéressait, forcement. Au fait, vivait-il toujours dans le même appartement qu'avant ? Non il devait sûrement en avoir changé. Tien, ça lui rappelait qu'il en avait toujours le double des clefs o.o Enfin, ce n'était pas important...
Puisqu’il avait commencé les hostilités, il les continua ce qui évidement déplus à la Châtaigne qui tenta de lui rappeler quelques règles. Remplir le questionnaire ?

- Peut-être ai-je changé depuis tout ce temps ? Ne prends pas pour acquis quelque chose qui date de deux ans. On change, on évolue, tu es journaliste, tu devrais pourtant le savoir cela…

La guerre froide était déclarée, maintenant restait plus qu’à savoir si les missiles nucléaires allaient être balancés dans la gueule de l’autre ou s’ils allaient s’en tenir à des petits piques bien placés et envoyés avec précision.
Il reprit place sur son siège, le regardant pendant qu’il s’occupait de sortir ses affaires, se mettant à l’aise en passant en retirant sa veste comme s’il était chez lui. Il ne pouvait s’empêcher de l’observer durant ces instants, ses épaules s’étaient élargies, non ? Il avait l’air d’avoir pris du plomb dans la tête aussi, bien qu’il n’avait jamais été vraiment con non plus. Il faisait plus adulte, le costume aidait aussi, mais deux ans étaient passés par là et l’adolescence avait quittée, trouvait-il ses traits. C’était un jeune homme qui avait à présent en face de lui.

- On dirait presque un remixe d’une lecture des droits lors d’une mise en garde à vue, c’est affligeant…

A qui croyait-il donc parler ? Le Sucre de canne était certainement l’un de ceux de leur génération à savoir plus que quiconque quelle pouvoir pouvait avoir justement la presse. Cette dernière pouvait détruire des vies et il suffirait à Aki de balancer les photos qu’il avait de lui pour que sa carrière se casse la gueule… Cependant, en faisant cela, ça remonterait forcément jusqu’à lui et sa carrière aussi risquerait d’avoir des séquelles, aussi le rouquin se rassura en se disant qu’il n’oserait jamais prendre de tels risques juste pour lui pourrir la vie.
Un léger sourire ironique sur ses lèvres rosées, il l’écouta à nouveau lui parler et bien sûr le chercher. Il n’était pas le premier à parler de piston et il ne serait pas le dernier de toutes les façons. Les Tanaka avait un tel pouvoir en politique et ceux à tous les échelons après tout.

- J’ai fait comme n’importe qui, je me suis présenté, j’ai fait campagne et j’ai été élu. Bien sûr, je ne peux pas nier que ma famille, au sens propre du terme, ne m’a pas aidée en aucun cas. Rien que le fait de porter ce patronyme aide. Cependant, j’ai fait ma campagne seul, la preuve étant qu’à aucun meeting un membre de ma famille n’était présent. Je voulais justement prouver que je pouvais me faire élire sans eux. Avec mes choix, mes idées, mes opinions et pas parce que je suis le fils du Gouverneur de Tokyo. D’ailleurs, un nom ne fait pas tout, si mon programme n’avait aucunement plus, je ne serais pas à cette place à l’heure qu’il est.

Il posa ses mains jointes sur le bureau, regardant l’originaire du Kansai avec une certaine pointe d’amusement dans les yeux. Croyait-il donc parvenir à le piéger ? Devait-il donc se méfier de lui après l’avertissement qu’il lui avait lancé ? Qu’il fasse ! Le G-boy en avait vu d’autre et il était très bien préparé. Aki savait certainement mieux que quiconque comment était sa répartie et sa force de persuasion…

- Suivante ~ Ah, autant ne pas être trop impoli, tu veux un thé, un café avant de continuer ou bien t’enchaine histoire que tu puisses partir plus vite, puisque tu sembles si exaspéré d’être là.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Jeu 20 Jan - 20:31

Ben voyons, Kurosawa n'était pas du tout un coureur de jupons, il n'allait jamais en soirée dans le but de draguer ou de se serrer des filles, ce n'était pas du tout son genre. Ses amis le lui reprochaient d'ailleurs très souvent, car il était beau, charmeur de nature, mais notre châtain préférait largement son travail plutôt que de tourner autour des femmes comme une abeille autour du miel. A Kyôto, il invitait souvent ses collègues stagiaires à venir manger chez lui, question de ne pas être toujours seul. Et le reste du temps, il travaillait, donnait des nouvelles à ses connaissances de Tokyo, comme sa mère, ou même Sanae. En parlant d'elle, il serait un peu grand temps de la tenir au courant de son retour sur Tokyo... Ah, sacré Aki.

"Peut-être ai-je changé depuis tout ce temps ? Ne prends pas pour acquis quelque chose qui date de deux ans. On change, on évolue, tu es journaliste, tu devrais pourtant le savoir cela…" Ignorons ces paroles. Une chose que son cher sempai lui avait apprit depuis longtemps, toujours rester zen, ouvert et souriant devant la personne qu'on interview. Il faut lui donner le sentiment qu'il peut nous faire confiance. Mais entre Aki et Masao, c'était juste plutôt foutu d'avance. "On dirait presque un remixe d’une lecture des droits lors d’une mise en garde à vue, c’est affligeant… " Certes, mais autant prévenir dès le début non ?

Ce fut alors dans la joie et la bonne humeur, que Kurosawa commença l'interview. Il était impossible pour lui de lever la tête, il ne voulait, ou plutôt ne pouvait pas le voir, même pas en peinture. Il lui en voulait encore trop. Ah rancune quand tu nous tiens... Bien évidemment, il ne put s'empêcher de mettre une pointe de provocation dans ses dires, mais il fut vraiment très surpris de la réponse du fils du gouverneur. "J’ai fait comme n’importe qui, je me suis présenté, j’ai fait campagne et j’ai été élu. Bien sûr, je ne peux pas nier que ma famille, au sens propre du terme, ne m’a pas aidée en aucun cas. Rien que le fait de porter ce patronyme aide. Cependant, j’ai fait ma campagne seul, la preuve étant qu’à aucun meeting un membre de ma famille n’était présent. Je voulais justement prouver que je pouvais me faire élire sans eux. Avec mes choix, mes idées, mes opinions et pas parce que je suis le fils du Gouverneur de Tokyo. D’ailleurs, un nom ne fait pas tout, si mon programme n’avait aucunement plus, je ne serais pas à cette place à l’heure qu’il est. "

Aki était juste scotché. La réponse était parfaite. Masao devait vraiment avoir l'expérience des journalistes derrière lui. Mais hors de question de montrer sa surprise. Aki resta le visage neutre, concentré dans son écriture, il fallait bien tout noter. Il ne répondit rien jusqu'à ce qu'il termine l'écriture. Mais Tanaka reprit la parole. "Suivante ~ Ah, autant ne pas être trop impoli, tu veux un thé, un café avant de continuer ou bien t’enchaine histoire que tu puisses partir plus vite, puisque tu sembles si exaspéré d’être là. "

Masao avait changé. Non, il était le même, mais il avait changé. Tout au fond de lui, Aki ne put s'empêcher de se dire que ce rouquin avait vraiment grandit dans sa tête, il savait très bien se tenir pendant les interviews, un vrai pro. Et même la situation aussi gênante et même frustrante que d'avoir son ex soudainement dans son bureau, il gardait son sang froid. Aah, Masao. Un petit sourire naquit sur les lèvres du châtain.

-Non merci, je ne veux rien. Ta présence ne m'enchante pas, certes, mais il est de mon devoir de me comporter en professionnel. Alors, pour cette petite heure, tu n'es pas mon ex, juste un Conseiller d'arrondissement que j'interviewe et que je ne connais ni d'Adam ni d'Eve.

Bien parlé Châtaigne ! Après tout c'était véridique. Il passa une main dans ses cheveux tout en soupirant, puis continua dans sa lancée.

-Tu es sur un poste assez contraignant pour ta vie d'étudiant non ? Ton travail en tant que Conseiller devrait sûrement prendre grande partie de ton temps. Cela ne te frustre pas ? Comment fais-tu pour profiter de tes amis, de tes proches, est-ce que tu as quelqu'un dans ta vie ?

Questions à la con... Comme si la situation n'était pas assez difficile comme ça. Il ne lui laissa même pas le temps de répondre qu'il reprit la parole.

-Deux minutes...

Il fouilla dans sa mallette et en sortit un paquet de cigarettes. Il en sortit une avec ses lèvres, prit son briquet et l'alluma. Il savait bien que c'était interdit de fumer dans les locaux, et en plus en présence de quelqu'un. Mais là, le besoin se faisait plus qu'intense.
Il souffla doucement la fumée les yeux toujours rivés sur ses documents.

-Je t'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Jeu 20 Jan - 23:25

Hum, comme la gonzesse de la plage, la pétasse brune qui ne lâchait pas Aki et que lui, ne faisait rien pour lui dire de virer de là >-> Le mec qui joue la victime dans l’histoire…
Bon, la question tombait… Elle n’était pas loin de celles que lui posaient les autres journalistes, aussi avait-il une réponse toute prête, gardant son calme, son sérieux et même ce petit côté décontracté qui le caractérisait, même si le sourire qu’il avait d’habitude aux coins des lèvres n’était pour cette fois pas présent. On l’excusera de ne pas pouvoir rester totalement de glace avec son ex devant les yeux ! Même le tonnerre de l’Aube ne changerait rien à cela èwé

En deux ans, le Sucre de canne avait évolué, comme lui certainement, il avait quitté définitivement le monde de l’enfance pour celui des adultes et le monde de la politique le façonnait de plus en plus, jusqu’où cela irait-il ? Il ne savait pas, il ne voulait pas savoir en fait, tout ce qu’il voulait, c’était assouvir son ambition, devenir le Premier Ministre du Japon et si possible le plus jeune de l’histoire. Il ne s’arrêterait pas avant, même s’il devait vendre son âme pour cela, après tout, qu’en resterait-il ? Qu’est-ce qu’il en restait déjà là, seulement deux ans plus tard ? Hum… Voilà un sujet de réflexion qu’il pourrait se prendre la tête dessus, mais plus tard, pour l’instant, il devait se concentrer et surtout se tenir à carreaux encore plus que d’habitude. Le journaliste qui était en face de lui l’avait prévenu, il ne lui ferait aucun cadeau, pas le moindre, alors il devait être sûr de ce qu’il dirait…

Il proposa alors à Aki s’il voulait boire quelque chose, après tout, ce type serait bien capable de marquer, ou de faire voler innocemment que le jeune Conseiller manquait au devoir de politesse, on ne savait jamais, autant penser à tout. Ce dernier refusa et osa lui sortir le couplet sur le fait que là c’était le journaliste, pas l’ex et gnagnagna. Si c’était le cas, pourquoi le tutoyait-il encore ? Où étaient les normes, où étaient les limites de la bienséance ? Tss… Quel manque cruel de réalisme.
Le châtain continua en lui posant des questions un peu plus poussée, les études, le travail, les amis ho, s’il avait quelqu’un dans sa vie ? A se demandait très franchement si c’était le journaliste ou bien l’ex qui poser cette dernière question.

Cependant, il n’eut même pas le temps de commencer à lui répondre qu’il l’interrompit pour s’allumer une cloppe o_o Non mais il se croyait où ici ? Il se leva, se pencha et choppa tout bonnement la cigarette qu’il alla écraser contre la fenêtre extérieur avant de la jeter dans la corbeille, tout en disant :

- Kurosawa Aki, tu es dans un lieu public et tu es donc prié, de respecter la loi, comme tout le monde, à moins que tu ne penses, puisque tu es journaliste, que tu es au dessus de cette dernière ?

Il n’avait même pas fait exprès de reprendre la forme de phrase qu’il prenait quand il le grondait ou quand il était fâché contre lui. D’ailleurs, il n’y fit carrément pas attention et retourna s’asseoir sur son siège.

- Bien alors, je te répondrai que bien sûr, mon travail comme mes cours me prennent beaucoup de temps et c’est pour cette raison que ma vie privée se trouve réduite à son plus simple appareil. Je ne m’en plains pas, je suis passionné par mon devoir et mes études que je compte bien affronter les deux ensembles. Ce que, je pense, je mène avec assez de succès pour me dire que je suis sur la bonne voie. Bien sûr, ce n’est pas évident parfois, mais j’accepte, j’ai accepté cette situation avant même d’entrer en campagne.

Il avait parfaitement bien éludé la question concernant le fait de savoir s’il avait quelqu’un ou non. Heureusement qu’il n’avait pas vu Shohei la veille, sinon il aurait un magnifique suçon dans le cou, ce qui l’empêcherait d’esquiver vraiment la question.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 0:25

Si Aki avait sortit cette clope tout naturellement, c'était bien parce qu'il connaissait Masao. Non mais quand même, il l'avait fréquenté depuis le Lycée... Quelle honte, quelle gêne pourrait-il avoir à fumer une cigarette devant lui ? Il n'avait pas à faire à un vieux politicien rouillé de 45 ans après tout... D'accord, c'était interdit de fumer en ces lieux, mais vu la situation actuelle, un fumeur aurait le réflexe de sortir sa petite dose de drogue non ? De nouveau concentré sur ses questions, clope entre les doigts, il ne vit pas Masao se lever et lui prendre la cancerinette des mains. Kurosawa fronça les sourcils tout en suivant le Conseiller des yeux, il écrasait la cigarette et la jetait ensuite à la poubelle. "Kurosawa Aki, tu es dans un lieu public et tu es donc prié, de respecter la loi, comme tout le monde, à moins que tu ne penses, puisque tu es journaliste, que tu es au dessus de cette dernière ?"

Bizarre, le châtain était à deux doigts de s'énerver, deux doigts de craquer et de faire exploser la pression qu'il accumulait, mais après ces paroles, il n'en fit rien. Pourquoi ? Peut-être le rouquin ne s'en était-il pas rendu compte, mais le nombre de fois que cette scène s'était produite, du temps où ils étaient encore en couple... Ce même "Kurosawa Aki" chaque fois qu'il faisait une bêtise, chaque fois que Masao voulait lui faire un reproche. Et lui qui répondait, tout le temps...

-Hitoshi troisième du nom... murmura t'il avec un petit sourire, en détournant la tête.

Mais la frustration de ne pas avoir sa cigarette anti-stress était tout de même présente. Et comme si de rien n'était, le Conseiller répondit à la question que le Journaliste lui avait posé, et en plus de ça, il avait utilisé le joli stratagème du je-réponds-en-esquivant-la-question, mais à ce jeu là, Kurosawa était toujours le meilleur. "Bien alors, je te répondrai que bien sûr, mon travail comme mes cours me prennent beaucoup de temps et c’est pour cette raison que ma vie privée se trouve réduite à son plus simple appareil. Je ne m’en plains pas, je suis passionné par mon devoir et mes études que je compte bien affronter les deux ensembles. Ce que, je pense, je mène avec assez de succès pour me dire que je suis sur la bonne voie. Bien sûr, ce n’est pas évident parfois, mais j’accepte, j’ai accepté cette situation avant même d’entrer en campagne."

Etrangement, Kurosawa n'avait strictement rien noté. Depuis le début de la conversation, il n'avait pas donné un seul regard à Tanaka. Mais là, il le fixait bien, droit dans les yeux. Les mêmes yeux, les mêmes lèvres roses. Il ferma le stylo et le dossier avec les questionnaires.

-Ne joue pas à ça avec moi. Je répète la question. Comment fais-tu pour profiter de tes amis, de tes proches, est-ce que tu as quelqu'un dans ta vie ? Comprends-tu, on s'inquiète pour notre tout jeune Conseiller.

Il dit cette dernière phrase en posant sa tête sur son poing. Puis il continua :

-Il y'a tant de jeunes qui aimeraient se lancer dans la politique, de nos jours. Je me demande pourquoi mais bon. Je suppose que s'ils souhaitent avancer, ce ne serait sûrement pas un moins, de prendre exemple sur toi. Ils ont besoin de savoir, comment est-ce que leur "idole" s'en sort. A moins que notre cher Conseiller refuse de s'ouvrir à la génération amoureuse de la politique d'aujourd'hui, et surtout, de leur donner des conseils afin de réaliser leur rêve, tout comme toi...?

Ce serait d'un triste °°
Une fois de plus il tritura sa cravate, sans quitter le fils du gouverneur des yeux. Il continua ensuite avec ironie...

-Tu n'as pas à t'en faire voyons, Masao, tu sais bien que tu peux tout me dire. Je ne vois absolument pas pourquoi est-ce que je parlerais de ton homosexualité... Et puis, tu me connais. Rien ne m'échappe. Si tu ne me le dis pas aujourd'hui, demain je le découvrirais. Et il vaut mieux que tu m'en parles tout naturellement, plutôt que je le découvre et le transforme en scoop de la semaine je pense... C'est toi qui voit. Moi, dans un cas ou l'autre, mes supérieurs seront contents.

Il ponctua la phrase avec un magnifique sourire à la je-me-fou-de-ta-gueule...

-Ah, et finalement, je veux bien un café. Avec deux sucres s'il te plait... Dommage que tu n'aies pas de céréales.

Car quiconque connait Kurosawa Aki, sait qu'il aime les céréales, et que devant un bol de lait de kellogs et une tasse d'espresso, y'a pas photo !

En bon curieux, il se leva et commença à explorer le bureau, voir ce qu'il y'avait sur les murs, s'il y'avait des photos ici ou là, divers objets... Tout comptait quand on cherchait des indices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 13:25

Ce n’était pas une honte, mais plutôt de l’irrespect non seulement envers lui mais envers le lieu, point barre. Le rouquin n’avait pas à supporter de la fumée, une odeur qui pu pour lui faire plaisir, c’est tout =.= Il n’y avait pas à chercher reflexe de fumeur ou pas, cela ne rentrait absolument pas en ligne de compte.
Donc, il ne se gêna nullement pour lui prendre sa clope et d’aller l’éteindre sur la fenêtre avant de la jeter en lui rappelant quelques règles de base. Il ne fit même pas attention, tellement cela devait logique pour son inconscient, qu’il ne s’était pas aperçu avoir utilisé son nom et prénom, comme à chaque fois qu’il avait quelque chose à lui reprocher, pour les lui rappeler. Il n’entendit pas le murmure du journaliste, répétant à son tour, ce qu’il disait comme d’habitude quand Masao lui disait cela… Heureusement qu’il ne l’avait pas entendu, il se serait immédiatement sentie mal à l’aise et il se sentait suffisamment tendu pour ne pas avoir à en rajouter une couche. Peut-être s’en rendrait-il compte plus tard dans la journée de cette formule… A voir.

Il retourna à sa place et répondit à ses questions en éludant habillement la dernière. Il n’avait absolument pas envie de lui dire si oui ou non il avait quelqu’un dans sa vie actuellement. Déjà, parce que cela ne regardait en rien le peuple, les journalistes et encore moins lui !
Le voilà qui relevait enfin la tête pour planter son regard dans le sien, qu’attendait-il ? Qu’il le baisse ? Jamais, il encra ses yeux dans les siens, presque avec une lueur de défi. Oh mais voilà qu’il voulait vraiment une réponse le châtain là… Il voulait l’obliger à parler en le menaçant de le prendre en filature, c’était à cela qu’il voulait jouer ? Il perdrait. Le fils du Gouverneur était officiellement et officieusement aussi célibataire, bien qu’il partage assez souvent ses nuits avec un régulier qui commençait à se faire un peu plus que cela.
Puisqu’il n’étalerait pas, soi-disant son homosexualité, à quoi bon lui parler dans ce cas ? Ce n’était pas le journaliste qui voulait savoir pour appuyer de la sorte…

- Tout te dire ? Me prends-tu donc pour un fou pour te donner l’arme avec laquelle tu me descendras ? Tu te contredis toi-même, sois un peu plus claire et moins versatile dans tes propos. Alors c’est une question d’organisation, ni plus ni moins pour ce qui est de me libérer un peu de temps pour ma vie privée.

Oui, il persistait de refuser de répondre à sa question, le toisant du regard, qu’il aille en enfer plutôt qu’il ne se livre à lui. Voilà un bon moyen de foutre en l’air son avenir… Aki savait tellement de chose sur lui, c’était dangereux… Cependant, s’il s’en prenait à lui, à un moment ou à un autre, ça l’éclabousserait plus ou moins, alors cela rassurait le politicien.
Il appuya sur un bouton et demanda à ce que la secrétaire apporte une tasse de café avec deux sucres, puisqu’il en voulait un finalement ce chieur. Il croyait avoir réussit à renverser la situation de son côté ? Il se trompait…

- Ta commande arrive et rappel-toi que tu te trouves dans un bureau municipal et non dans une cantine.

Il le suivit des yeux, sachant pertinemment qu’il cherchait quelque chose qui pourrait lui servir. Le pauvre, il pensait vraiment que le Sucre de canne laisserait un truc dans son bureau qui lui causerait du tord ? Il était bête ou quoi ? =.= Beaucoup étaient ceux qui voulaient le faire chuter, aussi il n’allait certainement pas leur facilité la tâche ! La seule chose que seul Aki pourrait voir, pourrait savoir, était que les cocktails à base de rhum ou de vodka était quasiment les seules boissons alcoolisées qu’il prenait. Et qu’est-ce qu’il y avait essentiellement dans le bar ? Des bouteilles de rhum, de vodka, certaines vides et des jus de fruits… Le Conseiller buvait quand il n'en pouvait plus... Voilà un secret qu'il espérait que personne ne découvre. Bien sûr du saké était aussi présent, on était au Japon =p Mais encore pour cela faudrait-il qu’il l’ouvre le bar.

La secrétaire toqua, entra, s’inclina, déposa la tasse puis repartie aussi vite et poliment qu’elle était venue.

- Tu as fini de fureter et tu veux bien me faire le plaisir, le mot est trop fort, mais faisons avec, de revenir t’asseoir pour me poser tes questions ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 16:42

"Tout te dire ? Me prends-tu donc pour un fou pour te donner l’arme avec laquelle tu me descendras ? Tu te contredis toi-même, sois un peu plus claire et moins versatile dans tes propos. Alors c’est une question d’organisation, ni plus ni moins pour ce qui est de me libérer un peu de temps pour ma vie privée. " Il n'avait vraiment pas changé avec ses phrases à la Louis XV. Il devait vraiment se mettre au théâtre, Aki se demandait même s'il avait arrêté depuis le temps. Lui qui adorait ça... Il eut un petit sourire narquois, Masao se butait, il avait battit une bonne grosse muraille de Chine devant lui et le journaliste sentait bien qu'il n'était pas prêt à l'atteindre, à le faire avouer certaines choses. Embêtant, mais tout était une simple question de temps.

-Je vois. Tanaka-san est un jeune homme fermé, qui refuse de s'ouvrir à la population de jeunes qui souhaitent se lancer dans la politique tout comme lui. Quel dommage, c'est d'un triste.

Eh oui, comment le percevoir autrement. Il y'en aurait, des déçus, ce soir, devant le petit mot sur les jeunes politiciens dans le journal... Eux qui s'attendaient à en savoir plus sur le fils du gouverneur.
Aki se fichait pas mal dans le fond, que le rouquin lui dise quelques petits plus sur sa vie privée ou publique. Il savait bien qu'un jour où l'autre, il saurait tout vu ses talents de loup-journaliste ! Et ce fut sur un ton amusé qu'il demanda finalement un bon petit café avec deux sucres... "Ta commande arrive et rappel-toi que tu te trouves dans un bureau municipal et non dans une cantine."
Oulà... Après deux trois pas vers la bibliothèque, il sortit un livre tournant autour de la politique. "Tu as fini de fureter et tu veux bien me faire le plaisir, le mot est trop fort, mais faisons avec, de revenir t’asseoir pour me poser tes questions ? "
Il l'ouvrit et le pagea de façon brève. Puis sans le regarder il répondit :

-Pourquoi es-tu si froid. Je te fais peur ?

Même si cela faisait maintenant deux ans, Kurosawa n'avait pas du tout oublié les attitudes du rouquin. Il le connaissait que trop bien, ses façons de faire, ses réactions.. Et là, il avait juste le comportement de quelqu'un qui avait peur. Cette sensation fit naître au fond du châtain comme un sentiment de supériorité, de pouvoir. Le Conseiller avait bien raison d'avoir peur. Tout comme il le connaissait... Il connaissait Aki.

-Tu m'as l'air si pressé. Tu aimerais en finir vite, hein ? Avoue que tu flippes.

Il rangea le livre puis continua de regarder un peu la bibliothèque. D'autres livres de politique, de théâtre, même un livre de hip-hop, qu'il saisit avec de grands yeux.

-Waouw, notre Conseiller fais de la danse ?? Tu me fais une démo ? Oh et puis non, tout bien réfléchit, j'ose même pas imaginer à quoi ça ressemble, quand tu danses. Mais c'est toujours intéressant à savoir.

Il continua ensuite à explorer le bureau du regard, et remarqua même la présence d'un bar. Fermé. Que pouvait-il y'avoir à l'intérieur ? Il se souvenait qu'auparavant, quand ils étaient encore ensemble, Masao avait tendance à boire un peu pour décompresser. Mais en quoi cela s'était transformé aujourd'hui ? Sa curiosité s'élevait de plus en plus...

-Quand tu es vraiment sous-pression, dépassé par les évènements... Que fais-tu pour te détendre, ou plutôt... Pour oublier ?

Dit-il en passant sa main sur le bar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 17:27

Masao avait toujours eu une façon de parler très particulière et le théâtre n’avait en rien arrangé les choses, c’était même le contraire. Aki s’était souvent moquer de lui justement à cause de cela et bonjour les disputes qu’il y avait eu >->
Et nan, il ne lui dirait pas s’il était avec quelqu’un ou non, bien que la réponse donnée aurait été négative… Bon ok il aurait donc un peu menti mais là n’est pas la question. C’était juste pour le principe de ne pas lui répondre, à lui là ^-^ Ho ça y est, l’autre qui recommençait à lui prendre la tête soi-disant il ne voulait pas s’ouvrir et blablabla… Non mais il pouvait changer de disque franchement de temps en temps ? Il n’avait pas encore compris que non, il ne lui répondrait pas, point ? C’était sa vie privée et il fallait la respecter, shit èwé

Le café fut commandé et le Sucre de canne ne le lâcha pas des yeux, non il ne pouvait pas et n’y arrivait pas non plus, réfléchissant à si, par hasard, quelque chose dans la pièce pourrait servir au journaliste qui le connaissait que trop bien. Après tout, un truc, un détail qui pourrait paraitre totalement anodin pour les autres, pourrait aux yeux d’Aki avoir une toute autre signification qui l’éclairerait que le G-Boy. Comme par exemple s’il portait un collier autour du cou, s’il avait un suçon, une photo particulière dans son bureau ou quoi d’autre encore…
Bon, il allait revenir poser ses fesses sur le siège là à la fin ? S’il lui faisait peur… Avec tout ce qu’il savait et avait sur lui, bien sûr qu’il l’inquiétait, mais il se rassurait en se disant que s’il s’en servait, cela lui retomberait dessus à un moment ou à un autre alors il n’avait pas trop à s’en faire. Néanmoins, s’il découvrait quelque chose de nouveau, lui il saurait l’interpréter et trouver la bonne signification. C’était plutôt pour cela qu’il se faisait du souci.

Il voulu lui répondre à la seconde fois où il lui demandait s’il avait peur, mais il n’en eut pas le temps car le châtain tomba sur le seul livre sur la hip-hop que le fils du Gouverneur avait dans sa bibliothèque. Super, manquer plus que ça maintenant. Moqueur qu’il était…
En effet, à l’époque où ils étaient ensemble, le Conseiller ne savait pas danser, il était toujours à contretemps et n’avait pas assez confiance en lui pour affirmer ses gestes et se laisser aller au rythme de la musique. Aussi, c’était un peu une cata >-> Il avait pris des cours avec JaeWon pour ne plus faire honte à Takeshi au début et avait finalement aimé cela ^-^

- Tu serais étonné de mes performances ~ M'enfin, ce n'est pas comme si tu en avais quelque chose à foutre, très franchement.

Vint alors ce qu’il redoutait, l’originaire du Kansai parla de sa consommation d’alcool, même s’il sous-entendait la chose. C’était vrai que le politicien se laissait un peu trop souvent porter par l’alcool et en abusé lors de ses soirées qui commençaient à se faire rare. Aussi quand il en avait une et un lendemain calme, il ne se la mettait pas à moitié la tête à l’envers, il y allait à fond !
Trop, il le connaissait bien trop… Putain s’il avait su =w= Mwé autant arrêter là parce qu’avec des Si, on mettrait le Japon dans une amphore… Pff, il fallait lui répondre…

- Je sors, j’évacue, comme tout le monde. Bon, tu as fini maintenant de faire le tour du propriétaire ? Abrégeons, tu m’exaspères.

Il choppa la mallette qui était sur le bureau, la rapprocha de lui et pris tout bonnement le dossier qui s’y trouvait, l’ouvrit et regarda les feuilles. Il attrapa un stylo et commença à répondre aux questions qui y étaient inscrites, sans la moindre gêne. Oui, il voulait qu’il se casse !

- Bon, puisque tu n'es pas foutu de faire ton boulot, je le fais, à ta place ~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 18:29

"Tu serais étonné de mes performances ~ M'enfin, ce n'est pas comme si tu en avais quelque chose à foutre, très franchement." C'est sûr que dans le fond, il n'en avait pas grand chose à faire, qu'il danse ou non. Toutes ces petites infos sympa, il les prenait pour l'interview. C'était toujours enrichissant de voir que le Conseiller se lâchait de temps en temps en faisant de la danse. En ce qui concernait l'avis de Kurosawa au niveau de ses performances, pour lui, Masao avait juste dut s'empirer, ce type ne savait pas danser, c'est tout. Aki se souvenait encore, quand ils vivaient ensemble, et que Masao se lâchait comme un gosse à couche culotte quand y'avait une chanson qui passait à la télé et qu'il aimait bien. Même quand il n'y avait personne autour, le châtain avait tout de même ultra honte. Oh, après, ça lui donnait un côté mignon et enfantin, surtout lui qui était toujours sérieux et plongé dans sa politique...

Vint ensuite le sujet frappant, même s'il n'utilisait pas les mots justes, il savait que le rouquin avait comprit. Quand il était stressé, sous pression, il buvait. Et le journaliste voulait savoir si cette consommation s'était empirée, ou si encore, il avait complètement arrêté et ne buvait que dans des cas exceptionnels. "Je sors, j’évacue, comme tout le monde. Bon, tu as fini maintenant de faire le tour du propriétaire ? Abrégeons, tu m’exaspères. "

-Et tu vas où ? Discothèque ? Bars ? Ou même Host Clubs ? A moins que tu t'enfermes chez toi pour boire ?

Telle fut sa surprise quand Tanaka s'empara de sa mallette, afin d'en sortir le dossier de l'interview. Il prit ensuite le stylo puis commença à répondre aux questions. "Bon, puisque tu n'es pas foutu de faire ton boulot, je le fais, à ta place ~ " Non, il était sérieux là ? Paniquait-il vraiment à ce point ? Cette façon de parler qui ne le ressemblait guère, cette manière de presser les choses... Kurosawa Aki était-il donc si effrayant à ses yeux ? D'accord, il détenait dans sa main la clé de sa perte, il savait comment ruiner sa carrière. Mais même si la châtaigne était un salaud, il n'était pas non plus le dernier des conards ! Il se disait bien dans sa tête que pour en arriver là, le fils du gouverneur avait dut travailler vraiment dur. Le journaliste n'était pas un monstre, loin de là ! Même si son envie de se venger du mal qu'il lui a fait il y'a deux ans, était bien présente, plus que présente, cette rage qui cognait dans sa poitrine et qui lui rappelait à chaque seconde ce moment horrible, où il regardait cette vidéo de Masao qui le trompait. Aki était un calculateur, les choses il les voyait toujours arriver. Mais cette infidélité de la part de celui qu'il aimait, lui était tombé dessus comme une grosse masse, il n'en revenait absolument pas. Jamais il n'aurait put croire cela de la part du rouquin, ça non.

Et aujourd'hui, il le revoyait à tout hasard. Il avait la capacité de se venger, de lui faire du mal à son tour, de le faire payer. Il en avait les moyens. Alors pourquoi ne le faisait-il pas ?
Il s'approcha derrière le Conseiller, puis s'assied sur la table.

-Si tu le souhaites. Ce n'est pas plus mal. De toutes façons, chaque fois que j'avais la flemme de faire quelque chose, tu le faisais toujours à ma place, non ?

Et ce depuis même le Lycée. Le nombre de fois que le rouquin faisait ses devoirs, heureusement qu'ils étaient dans la même classe !

-Tu sais Masao, j'ai beau faire le chien, je ne suis pas non plus le dernier des salopards. Ça m'arrache la gueule de dire ça, mais je ne vois absolument pas pourquoi est-ce que je m'amuserais à tout faire pour que ta carrière se casse la gueule. Je dois avouer que l'envie est bien présente, mais c'est une chose que je ne ferais certainement pas. Alors, franchement... Arrête de flipper !

Il ponctua sa dernière phrase en lui pinçant doucement le cou. Chose qu'il faisait quelque fois dans l'ancien temps, quand il avait envie d'enquiquiner la carotte. Il savait bien qu'il avait horreur de ça...

-En plus dans le fond... Je ne t'ai jamais rien fais, MOI.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 19:18

Ho ça va, il avait quand même le droit de danser lorsqu’il était seul, ou juste avec lui, dans l’appartement du journaliste èwé De toutes les façons, lorsqu’ils sortaient, le rouquin ne dansait pas le plus souvent, il restait sagement assit. Il valait mieux pour lui, son entourage et sa réputation, hein XD
Là, il commençait sérieusement à atteindre ses limites, il n’en pouvait déjà plus et ne voulait qu’une chose, c’était qu’Aki se casse le plus rapidement possible et qu’il ne le fasse pas passer pour un connard ou on ne sait quoi encore dans son émission, un point c’est tout.

- Je sors en boîte de nuit, au Wave en particulier.

Evidemment, il passa sous silence les autres qui avaient une certaines connotations XD Il n’allait pas dire qu’il se rendait souvent au Queen de Tokyo quoi, il n’était pas fou °° En plus, c’était un coup à, une nuit, voir le châtain débarquer =w= Okay, là, il devait un peu parano, fallait vraiment qu’il la rende à Junpei un jour, quand il le verrait celui-là. Pour le moment, ce dernier étant bien trop occupé à compter fleurette avec Miho, il devrait malheureusement la garder encore un temps. Paranoïa + Aki… Ca allait donner !
La preuve en était, qu’arrivant à bout, il ne se priva nullement d’attraper les affaires de son ex pour en sortir les feuilles où étaient les questions pour commencer à y répondre. En passant, il avait un langage qui ne lui correspondait guère et qu’il n’utilisait que dans les cas où il était sur les nerfs ou en stress. Les deux devaient faire l’affaire à cet instant ~

A sa surprise, cela ne sembla pas énerver la Châtaigne qui se contenta de passer derrière et de lui dire que… C’était vrai, il passait souvent derrière lui pour finir ou faire ce que lui n’avait pas envie d’effectuer. Il ne le faisait forcément nullement par plaisir, mais parce qu’il se disait, qu’avec toutes les conneries qu’il faisait déjà, les retards, l’école buissonnière, il ne valait mieux pas en rajouter et prendre le risque qu’il ne se retrouve en C et donc, plus avec lui =/ Rah, foutu Aki è.é

- Hum, ce n’est pas faux…

Quel discours lui tenait-il donc là d’un coup ? Qu’il arrête de flipper alors qu’au début, il lui avait annoncé, presque comme une déclaration, qu’il ne lui ferait pas de cadeau et qu’il devrait donc peser chaque mot qui sortirait de sa bouche. Et O.O Il lui toucha le cou ! Cette partie si sensible chez lui, han le salaupard. Il chassa rapidement sa mimine, même si cette dernière l’avait déjà lâché.

- Ah ne me touche pas là toi, sinon je te touche à mon tour, je connais très bien toutes tes zones sensible moi aussi, rappel toi. Et puis, si vraiment tu n’as pas envie de me mettre des bâtons dans les roues, tu peux me dire pour quelle raison tu m’as sorti ton couplet au début comme quoi tu n’allais pas me rater. Tu pensais que j’allais le prendre comment, très franchement ?

Et bam il se prenait ce « moi » dans la tronche avec force… Il cessa d’écrire. C’était vrai qu’il n’y avait eu aucune explication, pas un mot, juste une rupture aussi calme que douloureuse.

- Bravo, c’est tout à fait le moment de remettre cela sur le tapis…

Il releva la tête vers lui :

- On peut se reconnecter sur l’entrevue, s'il te plait ? Bois ton café et laisse moi écrire, tu retaperas après, comme d’habitude ~

Il rebaissa les yeux sur les feuilles qu’il était en train de noircir, se remémorant ou plutôt, son cerveau repassant la scène de leur rupture. Non vraiment, s’il pouvait revenir dans le passé, jamais, jamais il ne serait sortit en boîte cette nuit-là, jamais il n’aurait autant bu. Parfois, comme là, il ne pouvait s’empêcher de se demander s’ils seraient encore ensemble s’il n’avait pas été voir ailleurs, ou plutôt si un fils de pute n’avait pas balancé Masao à Aki en vidéo…
Hum, mélancolique et nostalgique d'un coup le Conseiller ~

Ils gardèrent le silence le temps que l’héritier des Tanaka remplissent toutes les feuilles, mettant plus ou moins de détails dans certaines réponses, histoire de ne pas être trop radin et que le journaliste ait du contenu pour faire son truc.
Il relit ce qu’il avait marqué puis tendit les papiers à Kurosawa :

- Tiens, j’ai mis assez de contenu pour que tu puisses en faire quelque chose et amener du nouveau.

Il se mordit la lèvre un instant en regardant le jeune homme, hésitant à lui poser à son tour des questions. Oui, il avait hâte qu’il déguerpisse, mais en même temps, lui aussi était curieux de savoir ce qu’il devenait et pourquoi il était de retour dans la capitale.

- Ano… Tu es revenu il y a longtemps à Tokyo ? Tu faisais parti de la succursale de NHK à Kyoto, parce que c’était bien là que tu étais, non ? Tiens mais au fait, vu comment tu m’as pris la tête pour savoir si j’étais avec quelqu’un ou non, toi t’es libre ou pas ?

Immédiatement, il porta son regard à son cou, style Aki avait le même fonctionnement que lui concernant les colliers =w= Enfin, on lui pardonnera ~


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

avatar
Avatar : Akanishi Jin
Posts : 77
Age : 28
Situation : Célibataire. Etre au fond du gouffre me permet de réaliser que notre histoire est encore possible... J'ai mis deux ans à le chasser de mon coeur, et voilà qu'il revient de nouveau. Masao...
Ambition : Présentateur du JT sur NHK
Profession : Assistant Journaliste
Agenda : DON'T FORGET :

- Aller vite fait à l'annexe de la Mairie, je crois bien que j'ai oublié mon briquet dans le bureau de Masao !
- Faire réparer ma moto =_=

MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 20:24

"Ah ne me touche pas là toi, sinon je te touche à mon tour, je connais très bien toutes tes zones sensible moi aussi, rappel toi. Et puis, si vraiment tu n’as pas envie de me mettre des bâtons dans les roues, tu peux me dire pour quelle raison tu m’as sorti ton couplet au début comme quoi tu n’allais pas me rater. Tu pensais que j’allais le prendre comment, très franchement ?" Parce qu'il était très surpris de le voir et que sa première envie du moment avait été le faire chier, lui faire peur. Normal non ? Heureusement, Kurosawa savait se servir de son cerveau, cela n'aurait servit à rien de causer des montées de trouilles au Conseiller en le menaçant de balancer ceci ou cela à la presse. Et puis, malgré le fait qu'il le détestait, le rouquin était resté Masao, ce mec qu'il avait tant aimé pendant un très bon moment. Alors dans le fond, même s'il voulait le faire payer ? Comment lui faire du mal ?

Eh bien oui, ce MOI était important, car le châtain n'avait jamais fais un tel mal à la carotte. Alors il avait le droit de dire ce MOI, il avait le droit de s'en vanter. Il voulait lui faire comprendre que malgré tout, même s'il en avait la capacité, il ne lui ferait rien, il ne se vengerait pas -à voir-, il voulait lui faire comprendre que malgré sa rancune, il avait de la patience, et surtout, une pointe de compassion pour le travail que le fils du gouverneur avait fait pour arriver à ce poste. Aki ne voulait pas non plus détruire sa vie, ni celle de qui que ce soit. Hors lui, ce Masao, l'avait fait souffrir.

"Bravo, c’est tout à fait le moment de remettre cela sur le tapis…" Oh, mais Châtaigne n'avait jamais dis qu'il voulait en parler, il ne manquerait plus que ça. Il avait juste dit ça question de lui faire un petit clin d'œil du passé au feeling, c'est tout. Autant ne pas se casser la tête pour le lui préciser... "On peut se reconnecter sur l’entrevue, s'il te plait ? Bois ton café et laisse moi écrire, tu retaperas après, comme d’habitude ~ "
Encore un petit sourire de la part du journaliste, avant de quitter la table pour revenir s'assoir à sa place. Inutile de se prendre la tête, il remplissait bien tranquillement le questionnaire, le travail serait rendu, impeccable. Lui, il buvait bien gentiment son café, sans plus rien dire.
Mais le silence devenait de plus en plus pesant.

Non mais vraiment, si seulement il s'y était attendu. Tanaka était vraiment la dernière personne qu'il désirait voir dans les alentours. Il aurait dut s'en douter aussi, jeune conseiller d'arrondissement, annexe de la mairie... Mais il était totalement sortit de sa tête.
Cela lui rappelait, les jours passés après les derniers instants en sa compagnie. Il regardait cette vidéo en boucle, encore et encore, et même si les faits avaient été enregistrés, il ne parvenait toujours pas à y croire. Soudainement, il se retrouvait seul dans son appartement. Plus sa voix, plus son odeur, plus sa simple présence, plus de Masao. Tout semblait si vide... Pendant combien de temps avait-il continué à l'aimer après tout ça ? Il ne savait même plus. Mais pour oublier, le châtain avait été jusqu'à quitter la ville pour Kyôtô. Il devait faire une croix sur le rouquin, et cela n'a pas été chose facile. Toutes ses photos, déchirées puis à la poubelle, restèrent celles qu'il avait dans son portable, et qu'il regardait quelque fois tout en fondant en larmes. Il avait finit par les effacer également, jeter les vêtements qu'il n'avait jamais récupéré. Mais sans le savoir, il avait gardé une chemise du GBoy, et quand il s'en rendit, compte, il l'avait saisit s'approchant de la poubelle.
On ne sut pourquoi, mais jamais, jamais il ne réussit à la jeter. Et à l'heure qu'il est, cette chemise est encore bien au chaud dans son placard. ... Il serait peut-être temps de la lui rendre non ?

Mais non, inutile de penser au passé, cela ne servait à rien.
Le présent, se concentrer juste sur le présent. Il l'avait trompé, Aki l'avait quitté, et aujourd'hui, ils n'étaient strictement rien qu'un journaliste et un conseiller en rendez-vous. "Tiens, j’ai mis assez de contenu pour que tu puisses en faire quelque chose et amener du nouveau. "
Ces paroles le sortirent de ses pensées.

-Ah, merci. dit-il en prenant les documents.

Alors qu'il veillait à ce qu'il aie répondu à toutes les questions, et qu'il rangea ensuite le dossier dans sa mallette, Masao reprit la parole : "Ano… Tu es revenu il y a longtemps à Tokyo ? Tu faisais parti de la succursale de NHK à Kyoto, parce que c’était bien là que tu étais, non ? Tiens mais au fait, vu comment tu m’as pris la tête pour savoir si j’étais avec quelqu’un ou non, toi t’es libre ou pas ?"

Kurosawa leva les yeux sur le Conseiller. Étrangement, son regard était froid, il commença même à froncer les sourcils. Pour qui se prenait-il ?

-Non, je n'étais pas à NHK à Kyôto. Et ensuite, je ne vois absolument pas pourquoi est-ce que je te répondrais. Je suis journaliste, mon travail c'est de prendre la tête. Tu es Conseiller, ton travail c'est juste de fermer ta gueule et de te faire une belle image, alors sois roux et tais-toi.

Alors là, c'était sortit tout seul. Il semblait si serein tout à l'heure, mais il avait soudainement eut le sentiment de rendre des comptes au rouquin. C'était lui qui devait se la fermer, lui qui devait s'excuser, lui qui avait foutu la merde dans leur couple !! Alors si Tanaka n'était même pas fichu de comprendre ça...
Kurosawa se leva, enfila sa veste, prit sa mallette puis se dirigea vers la porte qu'il ouvrit à la volée. Mais il ne put faire un pas de plus. Tout simplement parce qu'aussi stupide qu'il était, Monsieur s'en voulait.

-Excuse-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madeinjapan.forum-canada.com/t340-the-sexiest-journalist-finish http://madeinjapan.forum-canada.com/t349-sexiest-journalist-links

avatar
Shunli, el rouquito admin'
Avatar : Koyama Keiichiro
Posts : 198
Age : 28
Situation : Célibataire...
Ambition : Premier Ministre !
Études : 3°année Sciences Po
À l'école : Président du Conseil de Todai
Profession : Conseiller d'arrondissement
Agenda : À FAIRE
Prévoir un new rdv avec NHK
Vérifier que Keiji fasse un bel enterrement à Peipei
Tenter de rendre le dossier sur l'écologie avant la fin du mois prochain...
Passer le permis, il faudrait bien un jour 8D
Aller au temple, prier pour Aki
Chercher et trouver, une femme de bonne famille qui accepterait de passer pour ma petite amie, le temps d'un repas, histoire que mon père me lâche avec ses histoires de fiançailles !
Justement pour cela, appeler Reina...
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   Ven 21 Jan - 21:03

Masao savait pertinemment qu’il avait raison de dire « moi » d’appuyer avec force dessus, après ce qu’il avait osé lui faire, et qui serait toujours secret à lors d’aujourd’hui si un connard, il ne pensait pas qu’il puisse s’agir d’une fille, n’en est apportée la preuve à Aki. Le rouquin avait évité son petit-ami pendant une semaine, prétextant avoir trop de travail pour le voir. Quand il l’avait revu, il se rappelait très bien qu’il était un peu mal à l’aise, mais s’était vite fait pardonné de son absence, il reconnaissait maintenant avoir été encore plus à l’écoute de celui qu’il aimait, regrettant déjà amèrement de l’avoir trompé. Bien sûr, il savait que si jamais il lui disait, leur couple volerait en éclat et c’est d’ailleurs ce qui se passa.
C’était lui qui était en tors et non le journaliste, il le savait, il le reconnaissait mais… Il aurait tellement souhaité qu’il lui pardonne sa faiblesse, il aurait tout fait pour se racheter, mais cela avait été impossible. Le rouquin se sentait bien trop coupable pour oser aller lui parler, lui rendre visite et pouvoir lui demander pardon. Il avait accepté la rupture et s’était laissé séduire par Takeshi qui avait eu la gentillesse d’attendre que le fils du Gouverneur se remette de cette rupture pour vraiment être avec lui, bien qu’il lui ait déjà mis le grappin dessus ~

Le politicien noirci toutes les questions, n’en sautant aucune, répondant parfaitement, même si à certaines il laissa planer un petit doute, comme finalement sur cette fameuse question s’il avait quelqu’un dans sa vie ou pas. Il marqua qu’il avait effectivement une personne en ligne de mire, mais que pour l’instant, cela restait très abstrait. Il en révélerait plus quand l’histoire aura avancée.
Il lui rendit les documents et ne put s’empêcher, puisque l’atmosphère s’était un peu détendue, de lui poser des questions à son tour. Juste de la curiosité, il voulait simplement savoir comment il en était arrivé là et effectivement s’il avait une petite-amie. Oui une, parce qu’il savait, jusqu’à preuve du contraire, que l’originaire du Kansai était porté sur elles et non sur les hommes, il avait été le seul à lui faire de l’effet. Encore un point commun avec Takeshi n’empêche. C’était fou les ressemblances entre sa première histoire d’amour et la seconde.

Le regard qu’il lui lança était si froid et sa façon de lui répondre, de l’envoyer chier plutôt, de le rabaisser oui ! Comme s’il n’était qu’une image et qu’il se devait de se taire, telle une potiche. Un politicien devait avoir des idées, des projets, savoir comment permettre leurs réalisations, avoir une approche concrète des choses… Et lui, ce connard osait réduire tout son travail, tous ses efforts à une vulgaire image préfabriquée véhiculait par les médias ?!
Voilà oui, qu’il parte qu’il s’en aille, il ne voulait plus jamais le revoir, il avait craché son venin, il avait son papier, il n’avait plus aucune raison de rester ici. Mais… Le voir s’arrêter sur le seuil de la porte et lui demander ainsi pardon, lui qui ne le disait jamais.

- Aki…

Il lâcha un petit soupire :

- C’était juste des questions, rien de plus parce que, figure-toi que comme toi, je suis curieux de ce que tu es devenu. Ce n’était pas là une façon pour moi de faire je ne sais quoi pour te mettre en colère.

Un silence avant de reprendre :

- Et celui qui doit s’excuser, je pense que le mieux placé ici pour demander pardon, c’est moi, pas toi… Cependant, je ne crois pas que cela servira à grand-chose après tout ce temps.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://polaris-tm.forumsactifs.com/ http://madeinjapan.forum-canada.com/heros-en-circulation-f6/tanaka-masao-t43.htm http://madeinjapan.forum-canada.com/repertoires-f10/the-roux-boy-t69.htm#189

Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: L'interview de la mort / Masao   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'interview de la mort / Masao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made in Japan :: 
HAVE A BEER
 :: Les anciens tomes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit